Arte Magazine n°52 21 déc 2019
Arte Magazine n°52 21 déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°52 de 21 déc 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : chic, c'est Noël.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
vendredi 27 décembre ARTE MAG N°52. LE PROGRAMME DU 21 AU 27 DÉCEMBRE 2019 24 5.00 R RAÚL PAZ, CUBAN BEATS ALL STARS & GUESTS Africa Festival 2016 Concert 6.15 M ARTE REPORTAGE Magazine 7.10 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 EM VOYAGE AUX AMÉRIQUES Le Costa Rica, un laboratoire de la biosphère Série documentaire 7.45 LEM CUBA, L’ÎLE VERTE Le paradis en sursis Documentaire 8.30 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.20 LM L’ITALIE ENTRE CIEL ET MER La Calabre ; L’Ombrie ; La Sardaigne côté ouest ; Le Cilento et la Basilicate Série documentaire 12.20 M AUX CONFINS DU MONDE Espagne Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 ARTE REGARDS L’ombre de la lumière Reportage 13.30 AILLEURS EN EUROPE 13.35 M LA PÉNICHE DU BONHEUR Film 15.25 EM SOPHIA LOREN Une destinée particulière Documentaire Z ce 16.30 ER INVITATION AU VOYAGE Émission 17.00 LES PARCS NATIONAUX CANADIENS Kejimkujik ; Prairies Série documentaire 18.50 VOLCANS, LES BRASIERS DE LA TERRE Documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Hors-série Magazine 20.52 ER A MUSÉE VOUS, A MUSÉE MOI « The Problem We All Live With » – Burn out Série 20.55 D SOUS LE POIRIER, LA MORT Téléfilm 22.30 D QUI A INVENTÉ L’AMOUR ? Téléfilm 0.00 E LA PASSION D’ANNA MAGNANI Documentaire 0.55 EM CONVERSATION AVEC ROMY SCHNEIDER Documentaire 1.50 EM JOHN WAYNE L’Amérique à tout prix Documentaire 2.45 EM ROBERT MITCHUM Le mauvais garçon d’Hollywood Documentaire 3.40 ER ANNA KARINA Souviens-toi Documentaire Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande Date de disponibilité en avant-première Multidiffusion Rediffusion Disponibilité en ligne Versions linguistiques disponibles Date de fin de replay ZDF/HANNES HUBACH 20.55 Fiction Sous le poirier, la mort Cette transposition contemporaine d’un roman de Theodor Fontane, grand écrivain réaliste dont l’Allemagne fête le 200 e anniversaire de la naissance, met en scène l’assassinat d’un créancier par un couple surendetté. Abel et Ursel Hradschek tiennent une auberge dans un village de l’est de l’Allemagne. Les affaires marchent mal et le couple, qui ne se remet pas de la mort de son enfant, fuit la réalité en accumulant les dettes. Tandis qu’Abel joue et perd des sommes de plus en plus colossales, Ursel achète compulsivement en ligne des choses dont elle n’a pas besoin. Lorsqu’un créancier excédé leur annonce son arrivée, tous deux s’affolent. Mais Abel découvre alors sous l’un des arbres du jardin un squelette datant de la Seconde Guerre mondiale. Il échafaude un plan machiavélique et, aidé par sa femme, prépare le crime parfait qui devrait leur permettre de régler leur problème... ÉLAN CRIMINEL Deux cents ans après la naissance de Theodor Fontane, le 30 décembre 1819, Uli Edel et Léonie-Claire Breinersdorfer rendent hommage à ce contemporain de Flaubert, grand auteur du réalisme allemand qui inspira notamment Fassbinder (Effi Briest), en transposant l’une de ses nouvelles, non traduite en français, sous forme de thriller contemporain. Avec brio, ils mettent en scène l’élan de survie criminel d’un couple en perdition, dans la grisaille d’une bourgade de l’ex-RDA, au cœur de ce Brandebourg dont Fontane fut le chantre, aujourd’hui dépeuplé et en crise. (UntermBirnbaum) Téléfilm d’Uli Edel (Allemagne, 2019, 1h29mn, VF/VOSTF) Scénario  : Léonie-Claire Breinersdorfer, d’après la nouvelle de Theodor Fontane Avec  : Fritz Karl(Abel Hradschek), Julia Koschitz (Ursel Hradschek), Katharina Thalbach (Mme Jeschke), Devid Striesow (Geelhaar), Peter Schneider (Schulze), Nellie Thalbach (Line) Coproduction  : ARTE/ZDF, Mecom fiction Gmbh I 25/1/2020
22.30 Fiction Qui a inventé l’amour ? Sexagénaire atteinte d’Alzheimer, Charlotte, qui étouffe dans sa vie maritale, s’évade dans un fantasque road trip avec sa petite-fille. Une tragicomédie sur l’amour réinventé et le sens de l’existence. Après trente-sept ans de mariage, l’union de Paul et Charlotte ne tient plus qu’à un fil. Alors que celle-ci pâtit de leur vie monotone, son mari ne sait comment gérer ses comportements de plus en plus étranges. Charlotte souffre de la maladie d’Alzheimer, un état qu’elle ne souhaite pas révéler à ses proches, pas même à sa fille Alex, une monitrice d’auto-école dépassée par sa fille adolescente, Jo, gamine surdouée et fantasque. Un jour, lors d’une réunion de famille, la situation dégénère. Paul et Alex rejettent le projet de vacances à la mer que Charlotte avait concocté pour eux. Sur la route du retour, prise d’un coup de folie, cette dernière abandonne son époux sur une aire d’autoroute, et s’aperçoit bientôt que Jo s’était cachée à l’arrière de la voiture. Toutes deux se lancent dans un road trip jusqu’à une étrange île de la mer Baltique, où elles sont rejointes par Alex et Paul... POÉTIQUE Premier long métrage de la réalisatrice allemande Kerstin Polte, cette tragicomédie enchante par sa mise en scène poétique subtilement teintée de surréalisme. Dans le rôle principal, Corinna Harfouch (La chute) livre une vibrante partition en femme tiraillée entre désirs d’émancipation et raison défaillante. Une réflexion originale sur l’amour éternel, la maladie et le sens de l’existence. (Wer hateigentlich die Liebe erfunden) Téléfilm de Kerstin Polte (Allemagne, 2018, 1h30mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Kerstin Polte Avec  : Corinna Harfouch (Charlotte), Meret Becker (Alex), KarlKranzkowski (Paul), Sabine Timoteo (Marion), Bruno Cathomas (Hörster), Annalee Ranft (Jo) - Coproduction  : ARTE, SR, Augenschein Filmproduktion, CognitoFilms, SRF/SRG SSR, Teleclub AUGENSCHEIN FILMPRODUKTION 2/1/2020 0.00 La passion d’Anna Magnani Égérie du néoréalisme italien, l’actrice a imposé sur grand écran sa liberté et son tempérament de feu. Un tendre portrait de la volcanique et talentueuse Magnani. SCREENPROD/PHOTONONSTOP/ALAMY STOCK PHOTO Qui a oublié la course folle d’Anna Magnani, brisée par les tirs des nazis, dans Rome, ville ouverte ? Cette séquence, tournée en 1945, porte au premier plan les déchirures de la guerre et devient l’emblème du néo réalisme italien. Différente des divas qui l’ont précédée, cette actrice sensuelle au regard magnétique offre un nouveau visage au cinéma  : une femme libre, impressionnante de gravité et d’aplomb. « La Magnani » ne colle pas aux canons de beauté façonnés par le désir masculin, ce qui n’empêchera pas de grands réalisateurs de la faire travailler, à commencer par Roberto Rossellini dont elle tombe amoureuse et avec qui elle tourne Rome, ville ouverte, La voix humaine et Le miracle, avant que l’arrivée d’Ingrid Bergman ne brise leur idylle. S’ensuit une éprouvante rivalité par paparazzis interposés, puis un sublime Bellissima avec Visconti et un intermède hollywoodien, sous l’impulsion de Tennessee Williams qui voit en Magnani une muse. L’actrice en retirera un Oscar pour La rose tatouée, et une certaine frustration devant les rôles stéréotypés qu’on lui propose ensuite. MÉCANISME DE DÉFENSE Ce documentaire retrace la vie et la carrière riche en coups d’éclats et en traversées du désert d’une actrice douée, excessive et volcanique – ex-enfant abandonnée dont les colères s’avèrent aussi un mécanisme de défense –, à travers les souvenirs de son fils Luca et des cinéastes qui l’ont dirigée. Visconti, Fellini et Renoir racontent, notamment, le bouillonnant talent créatif dont elle nourrissait ses interprétations. Composé d’archives, parfois rares ou privées, qui font ressortir la mélancolie mais aussi la drôlerie de la grande « Nannarella », comme la surnommaient les Italiens, le film dévoile également une interview inédite de l’actrice par la journaliste Oriana Fallaci, à qui elle confiait  : « Il faut qu’on me laisse m’exprimer. » Documentaire d’Enrico Cerasuolo (France/Italie, 2019, 52mn) - Coproduction  : ARTE France, Les Films du Poisson, Zenit Arti Audiovisive, Rai Com, Istituto Luce Cinecittà 20/12 24/2/2020 vendredi 27 décembre ARTE MAG N°52. LE PROGRAMME DU 21 AU 27 DÉCEMBRE 2019 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :