Arte Magazine n°52 19 déc 2020
Arte Magazine n°52 19 déc 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°52 de 19 déc 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : contes de Noël.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
lundi 21 décembre ARTE MAG N°52. LE PROGRAMME DU 19 AU 25 DÉCEMBRE 2020 16 5.00 M VALERY GERGIEV DIRIGE STRAUSS ET MAHLER Concert 6.40 R XENIUS L’impact du changement climatique sur notre alimentation Magazine 7.10 ARTE JOURNAL JUNIOR 7.15 LEM AU FIL DU MONDE Mongolie Série documentaire 8.00 M SAUVEZ LES ANIMAUX ! Retour à la vie sauvage Série documentaire 8.45 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 L ER GEO REPORTAGE Kenya, alors on danse ; Monastères, les trésors cachés de la Géorgie Reportage 11.20 M L’OURS DES KARAVANKE Sur les traces d’un frontalier Documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 R ARTE REGARDS L’ombre de la lumière – Quand la pollution lumineuse occulte la nuit Reportage 13.35 DEM a UNE SI BELLE FAMILLE (1-4) Série 16.45 ER INVITATION AU VOYAGE Émission Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande zc, 17.25 M LES LIONS DU BOTSWANA Survivre dans la savane Documentaire 18.10 LES PUMAS DE PATAGONIE Documentaire 18.55 EM OLIMBA, LA REINE DES LÉOPARDS Documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Hors-série Magazine 20.48 E DE GAULLE À LA PLAGE L’appui des forces sous-marines Série d’animation 20.50 LDR L’HOMME QUI N’A PAS D’ÉTOILE Film 22.20 ER SERGIO LEONE Une Amérique de légende Documentaire 23.15 ER JOHN WAYNE L’Amérique à tout prix Documentaire 0.10 THIS TRAIN I RIDE Documentaire 1.25 R FUGITIF, OÙ COURS-TU ? Documentaire 2.55 R LE RÉSOLU Documentaire Multidiffusion Rediffusion Versions linguistiques disponibles Disponibilité en ligne Date de disponibilité Date de fin de replay en avant-première 1955 UNIVERSAL PICTURES/RUSSELL METTY 20.50 Cinéma L’homme qui n’a pas d’étoile Un cow-boy lutte contre l’utilisation du fil de fer barbelé qui commence à hérisser les prairies de l’Ouest américain. Un western trépidant servi par un Kirk Douglas survolté à l’humour grinçant. Dempsey Rae voyage clandestinement et sans embûche à bord d’un train de marchandises, jusqu’au moment où il doit voler au secours d’un jeune homme, Jeff Jimson, soupçonné du meurtre d’un contrôleur. Il réussit à prouver son innocence, avant de le prendre sous son aile. Parvenus dans une petite bourgade, les deux hommes sont embauchés au ranch de Reed Bowman, une femme séduisante et ambitieuse, en conflit avec son voisin, Tom Cassidy, qui a entrepris de protéger ses terres en employant du fil de fer barbelé. Dempsey, qui déteste ces nouvelles clôtures, accepte de prêter main-forte à sa patronne, dont il est tombé sous le charme... HUMOUR ET REBONDISSEMENTS Dix ans après Duel au soleil, L’homme qui n’a pas d’étoile (pas celle du shérif, mais celle des cieux qui sert de guide) signe le retour de King Vidor au western pour ce qui devait être, au départ, un petit film tourné en trois semaines – en raison de l’agenda de Kirk Douglas – et qui est devenu un classique du genre. La prestation de la star en cow-boy haut en couleur à l’humour débridé, dissimulant mal une blessure secrète, a largement contribué au succès de ce film en Technicolor au thème brillamment développé et mis en scène à un train d’enfer  : un individualiste forcené prend conscience que le monde autour de lui évolue et qu’il doit suivre son inéluctable course s’il veut rester dans le coup. (Man Without a Star) Film de King Vidor (États-Unis, 1955, 1h25mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Borden Chase, D. D. Beauchamp, d’après le roman éponyme de Dee Linford - Avec  : Kirk Douglas (Dempsey Rae), Jeanne Crain (Reed Bowman), Claire Trevor (Idonee), William Campbell (Jeff Jimson), Richard Boone (SteveMiles), JayC. Flippen (Strap Davis), Eddy Waller (Tom Cassidy) Production  : Universal International Pictures (R. du 19/12/2016)
RONALD GRANT ARCHIVE/ALAMY STOCK PHOTO 22.20 Sergio Leone Une Amérique de légende Il était une fois Sergio Leone... Retour sur la vie et la carrière de l’inventeur du western-spaghetti, qui dynamita un genre en désuétude pour lui insuffler son style baroque, son goût de la farce, de l’amitié et de la démesure. Au milieu des années 1960, le western se meurt. Un jeune Italien venu tenter le destin à Hollywood va revivifier le genre, en misant sur un quasi-inconnu, Clint Eastwood, dont il étoffe la mince silhouette d’un poncho. Sorti en 1964, Pour une poignée de dollars ulcère la critique mais remporte un immense succès grâce au bouche-à-oreille. La carrière de Sergio Leone est lancée. Ce premier western à l’italienne contient déjà tout l’univers du cinéaste  : une Amérique fantasmée, de sales types réjouissants, une irrévérence totale pour la conquête de l’Ouest, une ampleur baroque et un cocktail explosif de lyrisme et d’humour potache. De film en film, Sergio Leone affirme son style, son goût de la lenteur, voire de la suspension, ses thèmes de prédilection – la famille, l’amitié –, et noue de précieuses collaborations. L’architecte Carlo Simi fait ainsi surgir de saisissants décors dans le désert d’Almería, en Espagne, tandis qu’Ennio Morricone compose d’inoubliables bandes-son. MONTÉE EN PUISSANCE Ce documentaire retrace les influences multiples (le cinéma américain, bien sûr, mais aussi la BD, les marionnettes napolitaines...) qui ont orienté la vie personnelle et la carrière mouvementées du cinéaste. De son enfance pauvre sous le fascisme, dans le quartier romain du Trastevere, dont les voyous lui inspireront certains de ses antihéros, jusqu’à l’épopée de la trilogie fleuve Il était une fois..., on suit la montée en puissance de l’œuvre. Un récit haut en couleur, porté par des archives dans lesquelles le réalisateur se raconte avec truculence, aux côtés de Claudia Cardinale ou de Clint Eastwood, et par les interviews de proches, comme le réalisateur Luca Verdone ou l’historien du cinéma Noël Simsolo. Documentaire de Jean-François Giré (France, 2018, 52mn) Coproduction  : ARTE France, Un Film à la Patte, L’Envol (R.du 16/12/2018) 23.15 John Wayne L’Amérique à tout prix Incarnation de la légende de l’Ouest, John Wayne a porté haut les valeurs de l’Amérique. Mais comment l’acteur a-t-il revêtu le lourd uniforme du héros qu’il n’était pas ? Un formidable portrait du « Duke » signé Jean-Baptiste Péretié. C’est l’histoire d’un rêve américain, celui d’un acteur, né en 1907, qui gravit un à un les échelons pour se hisser durablement au firmament d’Hollywood. Marion Morrison, qui se fait appeler « Duke », passe le balai sur les plateaux quand John Ford le repère. Grâce à ce mentor, sévère figure paternelle, le colosse maladroit aux yeux clairs, qui enchaîne les westerns fauchés pendant une décennie, finit par imposer son double de cinéma. L’indomptable John Wayne promène alors sa démarche chaloupée et son jeu nuancé au fil d’une impressionnante filmographie – de La chevauchée fantastique à Rio Bravo –, jusqu’à se fondre avec la légende même de l’Ouest. Mais alors que d’autres stars s’engagent lors de la Seconde Guerre mondiale, lui renonce, profitant d’opportunités de rôles qui le propulsent au zénith de la popularité. Une dérobade qu’il tentera d’effacer en professant 0.10 Les nuits de « La lucarne » No Limits This Train I Ride Comment trouver sa place ? Le réalisateur français Arno Bitschy a suivi trois femmes hoboes dans l’Amérique d’aujourd’hui, captant dans le fracas métallique des rails les échos de leur quête, entre rage de vivre et rébellion. À la quiétude des grands espaces de l’Amérique sauvage se mêle le fracas du train de marchandises, immense bête métallique et serpentine, dans lequel Cristina voyage clandestinement en quête de liberté. Comme elle, d’autres jeunes femmes ont endossé un temps les habits rapiécés du hobo, cet ouvrier itinérant frappé par la Grande Dépression qui se déplaçait seul à bord des trains pour vendre sa force de travail à travers le pays. Au fil du temps, il est devenu une figure de la rébellion solitaire, refusant tout système. Avec pour bagage un baluchon, un sac de couchage et une bonbonne d’eau, Karen et Ivy se sont lancées aussi dans un voyage au long cours, l’une pour fuir une vie PICTURELUX/THE HOLLYWOOD ARCHIVE/ALAMY STOCK PHOTO un ferme patriotisme, jusqu’à l’obsession. Inlassable soldat héroïque à l’écran et zélé serviteur du maccarthysme pendant la guerre froide, John Wayne, figure mythique, a porté haut l’Amérique et ses valeurs, dans des postures ultraconservatrices. Au fil de témoignages de proches et d’extraits de films minutieusement choisis, Jean-Baptiste Péretié signe un passionnant portrait politique dévoilant, derrière le monument John Wayne, les fêlures du « Duke ». Documentaire de Jean-Baptiste Péretié (France, 2019, 52mn) - Coproduction  : ARTE France, Les Bons Clients - (R. du 8/12/2019) Le 25 décembre à 13.35, ARTE diffuse aussi Le plus grand cirque du monde, avec John Wayne. LES FILMS DU BALIBARI/NAPA FILMS de banlieue étriquée, l’autre pour surmonter un traumatisme d’enfance. Chacune trimballe son histoire, toujours poignante. Le réalisateur français Arno Bitschy a suivi ces trois jeunes marginales dans le mode de vie nomade, et extrême, qu’elles se sont choisi. Après des années de fugues et d’errances, Ivy, aujourd’hui âgée de 40 ans, a posé sa valise à San Francisco. Sous l’œil de la caméra, elle évoque notamment la gentrification de l’ex-capitale des hippies avec son lot d’expulsions qui laisse sur le carreau les gens ordinaires, comme elle. Documentaire d’Arno Bitschy (France/Finlande, 2019, 1h15mn) - Coproduction  : ARTE GEIE/YLE, Les Films du Balibari, Napa Films 14/12 19/1/2021 En partenariat avec lundi 21 décembre ARTE MAG N°52. LE PROGRAMME DU 19 AU 25 DÉCEMBRE 2020 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :