Arte Magazine n°50 5 déc 2020
Arte Magazine n°50 5 déc 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°50 de 5 déc 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : les nuits magnétiques de la lucarne.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°50. LE PROGRAMME DU 5 AU 11 DÉCEMBRE 2020 8'efeeige Laurence Picot Samedi 5 décembre à 20.50 Documentaire L’invention du luxe à la française Lire page 11 28/11 2/2/2021 Pourquoi les industries du luxe se sont-elles développées en France ? Au terme d’une enquête de la journaliste et plasticienne Laurence Picot, un documentaire trois étoiles retrace l’histoire mouvementée de cet emblème national. Entretien. En quête de luxe La France a-t-elle toujours été la championne incontestée du luxe ? Laurence Picot  : Non, même si cette idée reçue perdure depuis le début du XIX e et l’ère industrielle qui a suivi la Révolution. Or jusqu’au XVII e siècle, le luxe est l’apanage des pays étrangers  : les miroirs proviennent de Venise, les tissus de Flandre, les porcelaines de Chine... Le tournant s’opère sous le règne de Louis XIV. À l’époque, l’économie française repose sur l’agriculture, alors malmenée par un dérèglement climatique. Le ministre Colbert élabore donc une stratégie visant à produire en quantité des objets d’exception dédiés à l’exportation, et non plus seulement à l’élite française. Il va user à cette fin de méthodes peu scrupuleuses… L’intention de Colbert est de copier les savoir-faire étrangers le plus rapidement possible. Pour cela, il aura recours à des opérations d’espionnage industriel et de débauchage d’artisans. Il réussira même à exfiltrer des ouvriers de la verrerie vénitienne de Murano, pourtant très protégée. Les secrets de fabrication des glaces sont alors convoités – un miroir de grande taille pouvait valoir le prix d’un château ! Comment la haute couture, autre symbole du luxe, s’est-elle développée en France ? À mes yeux, la première styliste est Rose Bertin, qui concevait les tenues de la reine Marie-Antoinette à une époque où les femmes n’avaient pas le droit d’exercer la profession de tailleur. Très talentueuse, cette pionnière va imposer son style et esquisser les premiers pas de la mode française. Si les couturiers sont aujourd’hui reconnus, voire starifiés, c’est grâce à elle. Vous avez entrepris de passer au scanner certains objets anciens. Cette démarche a-t-elle étoffé votre enquête ? Le projet expérimental LuxInside a débuté en 2009 avec des pièces contemporaines. Dix ans plus tard, j’ai pu explorer de l’intérieur quatre symboles des industries du luxe françaises des XVII e et XVIII e siècles. Parmi eux, un médaillon de Louis XIV conçu grâce au verre coulé, une technique alors inédite qui permit à la France de dominer le marché des glaces. Autre objet surprenant  : un éventail en papier, corne et soie peinte. Contre toute attente, des dessins sont apparus car les peintures, issues des progrès de la chimie, contenaient des métaux lourds. Là encore, le scanner a permis de déceler des innovations qui n’étaient pas visibles à l’œil nu. Propos recueillis par Guillemette Hervé BELLOTA FILMS
ArteKino, le rendez-vous cinéphile des Européens Du 1er au 31 décembre se déroulera la cinquième édition du ArteKino Festival, à l’issue de laquelle deux prix, celui du public européen et celui du jury Jeunes, seront décernés. Pendant ce dernier mois de l’année, dix films inédits, huit fictions et deux documentaires, dévoilés prochainement, seront diffusés gratuitement en ligne dans quarantecinq pays d’Europe, sous-titrés en dix langues différentes (dont le néerlandais, nouveauté de l’année). Lancé en 2016, le festival contribue ainsi à ouvrir au plus large public possible la richesse et la diversité, y compris linguistique, du cinéma européen, en promouvant des œuvres singulières parfois oubliées, même en temps normal, par la distribution en salles. De la Lituanie à la Grèce, en passant par la Bulgarie ou la Géorgie, le cru 2020, réalisé à parité par de jeune cinéastes hommes et femmes, renouvelle une fois encore nos regards sur les métamorphoses du monde, en rappelant au passage combien notre continent est pluriel. La fréquentation record de la précédente édition (80 000 inscriptions en ligne, dont 43% de nouveaux venus, et plus de 48 000 visionnages, en augmentation de 32% par rapport à 2018) conforte la chaîne dans sa volonté de «cibler» plus particulièrement un public jeune. Pour constituer son jury, elle a lancé le 7 novembre sur Facebook et Instagram, en partenariat avec Erasmus, un appel aux cinéphiles européens de 18 à 25 ans, qui auront jusqu’à la fin du mois Fort d’un succès croissant, le cinquième ArteKino Festival, du 1er au 31 décembre, offre une fois encore en ligne dix films européens inédits, sous-titrés en dix langues différentes, et recrute au préalable de jeunes jurés sur les réseaux sociaux. pour candidater. Dix à quinze d’entre eux seront sélectionnés pour le jury Jeunes, et devront visionner la totalité de la programmation durant les trois premières semaines de décembre. Si les règles sanitaires le permettent, ils se rencontreront à Paris, en janvier prochain, pour remettre leur prix avec le soutien de Chanel. Les œuvres distinguées seront rediffusées en janvier 2021, dans le cadre de la sélection ArteKino, qui propose un film différent chaque mois sur les offres cinéma numériques de la chaîne, arte.tv et ARTE Cinéma Youtube. ArteKino Festival En ligne le 1er décembre 1 sur artekinofestival.com ARTE MAG N°50. LE PROGRAMME DU 5 AU 11 DÉCEMBRE 2020 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :