Arte Magazine n°46 7 nov 2020
Arte Magazine n°46 7 nov 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de 7 nov 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : sauveurs d'espèces.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
mercredi 11 novembre ARTE MAG N°46. LE PROGRAMME DU 7 AU 13 NOVEMBRE 2020 16 5.00 M CAMERON CARPENTER AU KONZERTHAUS DE BERLIN Concert 6.15 M XENIUS Les lentilles Magazine 6.40 M SQUARE IDÉE Bruit  : les signaux sont au rouge Magazine 7.10 ARTE JOURNAL JUNIOR a 7.15 LM GEO REPORTAGE Islande, des montagnes et des moutons Reportage 8.00 M L’ALLEMAGNE SAUVAGE Les monts Métallifères Série documentaire 8.45 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 M SERENGETI, LES CLÉS DE NOTRE AVENIR Une enquête écologique Documentaire 10.45 M ANIMAUX NETTOYEURS Les alliés de la nature Documentaire 12.05 M LE LIÈVRE D’EUROPE, UNE ESPÈCE MENACÉE ? Documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 R ARTE REGARDS Ma mère toxicomane Reportage 13.35 EM MEURTRES À SANDHAMN Au cœur de l’été (1-3), saison 5 Série 16.00 EM PAYSAGES D’ICI ET D’AILLEURS Dessau-Worlitz, Allemagne Série documentaire 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission ce 17.10 XENIUS L’intersexuation Magazine a a. 17.45 ER JARDINS D’ICI ET D’AILLEURS Tresco Abbey Série documentaire 18.15 L R FASCINANTS INSECTES Manger ou être mangé ; Les coléoptères Série documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine. a. 20.50 E DE GAULLE À LA PLAGE Les occupations Série d’animation a 20.55 DE LA PRIÈRE Film 22.40 E GEORGE ORWELL, ALDOUS HUXLEY « 1984 » ou « Le meilleur des mondes » ? Documentaire 1 Z 23.35 DE HEUREUX COMME LAZZARO Film 1.40 L R LE POIDS DE MA SŒUR Téléfilm a 3.10 EM DES VIGNES ET DES HOMMES États-Unis – Les vignes de la conquête de l’Ouest Série documentaire 3.40 EM QUAND L’HISTOIRE FAIT DATES 17 octobre 1961, un massacre colonial Collection documentaire Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande Date de disponibilité en avant-première 4.10 M ARTE REGARDS Le héros de Bihac – Au secours des migrants en Bosnie Reportage Multidiffusion Rediffusion Disponibilité en ligne Versions linguistiques disponibles Date de fin de replay CAROLE BETHUEL/LES FILMS DU WORSO, BERLIN 20.55 Cinéma Festival du cinéma d’ARTE 2020 La prière Au sein d’une communauté religieuse, un jeune toxicomane reprend pied grâce au labeur, à l’amitié et à la prière. Par Cédric Kahn, le lumineux récit d’une reconstruction, qui révéla le talent d’Anthony Bajon. Après une overdose, Thomas, 22 ans, atterrit dans une communauté religieuse, cerclée de montagnes et formée d’anciens drogués qui se soignent par le travail, l’amitié et la prière. Le jeune toxicomane doit se passer d’alcool, de tabac, de contacts avec l’extérieur et de solitude. Constamment entouré, Thomas, qui connaît un sevrage éprouvant, craque et envoie tout promener. Mais il croise alors Sybille, une fille de son âge, qui le convainc de poursuivre l’expérience. Il se fait à cette vie rude, aux travaux des champs, à l’humilité et à la camaraderie. Prier l’apaise, à tel point qu’il songe à devenir prêtre. Mais il pense aussi souvent à Sybille. FRATERNITÉ Face aux mystères de la foi et à ses rituels, Cédric Kahn, qui se dit agnostique, laisse au spectateur son libre arbitre, montrant la beauté mais aussi les limites d’une vie retirée du monde. Au sein de cette communauté, Thomas va autant effectuer un cheminement spirituel que faire l’expérience de la fraternité au contact d’hommes meurtris qui ont choisi de s’épauler. Splendide chronique, que l’on sent documentée, de la reconstruction d’un jeune homme tenace dont l’équilibre ne tient qu’à un fil, ce film, auréolé d’une douce lumière et d’une sobre mise en scène, a révélé le talent d’Anthony Bajon (Thomas), dont on n’est pas près d’oublier l’impulsivité et le visage candide. On le retrouvera prochainement dans Pour le meilleur et pour le pire de Stéphane Brizé et Une jeune fille qui va bien, le premier film de Sandrine Kiberlain. Ours d’argent du meilleur acteur (Anthony Bajon), Berlinale 2018 Swannd’or de la révélation masculine (Anthony Bajon), Cabourg 2018 Film de Cédric Kahn (France, 2018, 1h43mn) Scénario  : Samuel Doux, Fanny Burdino, Cédric Kahn, d’après une idée originale d’Aude Walker Avec  : Anthony Bajon (Thomas), Louise Grinberg (Sybille), Damien Chapelle (Pierre), Alex Brendemühl (Marco), Hanna Schygulla (la sœur Myriam) - Coproduction  : ARTE France Cinéma, Les Films du Worso, Versus Production, Auvergne Rhône-Alpes Cinéma, Tropdebonheur Productions I 4/11 17/11
22.40 Le documentaire culturel Les grands romans du scandale George Orwell, Aldous Huxley « 1984 » ou « Le meilleur des mondes » ? Romans d’anticipation, 1984 d’Orwell et Le meilleur des mondes de Huxley mettent en scène le contrôle des masses par le totalitarisme et par l’abondance. À l’heure de leur retour en force en librairie, le film confronte ces visions en miroir de nos sociétés démocratiques surveillées. THE GRANGER COLLECTION/BRIDGEMAN IMAGES Avant l’ère de la surveillance généralisée, des fake news ou des bébés sur mesure, deux romans d’anticipation du XX e siècle ont alerté sur les dérives des sociétés démocratiques  : Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley et 1984 de George Orwell, parus respectivement en 1932 et 1949. Écrits par deux Anglais, qui se croisent en 1917 au chic collège d’Eton − le premier, professeur dandy, y enseignait le français au second, Eric Blair de son vrai nom, boursier égaré dans l’institution −, ces livres mettent en scène des dystopies également cauchemardesques mais foncièrement divergentes. Quand Le meilleur des mondes annonce une aliénation consentie au travers d’une civilisation hédoniste, consumériste et eugéniste dans une Londres futuriste, 1984 dénonce la surveillance systématisée d’un régime totalitaire, sous l’œil terrifiant − et faussement rassurant − de « Big Brother ». L’un redoute une dictature scientiste qui, en s’appuyant sur les biotechnologies, asservirait des individus programmés, quand l’autre imagine un État bureaucratique et répressif qui confisquerait la liberté de penser et la mémoire. MONSTRE HYBRIDE En confrontant les versions du « monde d’après » d’Aldous Huxley et de George Orwell, comme les itinéraires respectifs des deux écrivains, ce documentaire montre combien leurs œuvres visionnaires, qui ont en commun la manipulation du langage et la falsification de l’histoire, rencontrent les enjeux glaçants du monde contemporain, sorte de monstre hybride à la croisée de leurs romans. Éclairée par les analyses de critiques, d’écrivains (Boualem Sansal) et de philosophes (Cynthia Fleury), comme de l’émouvant témoignage du fils adoptif de George Orwell, Richard Blair, une relecture opportune, au temps de la surconsommation, des caméras à reconnaissance faciale, des réseaux sociaux ou encore des éructations de Donald Trump qui martèle  : « Ce que vous voyez et lisez n’est pas la vérité. » Documentaire de Philippe Calderon et Caroline Benarrosh (France, 2019, 53mn) - Auteurs  : Philippe Calderon, Hauke Lanz et Caroline Benarrosh Dans la collection « Les grands romans du scandale » Coproduction  : ARTE France, Les Films en Vrac 1/10 10/1/2021 En partenariat avec I im PICTURES FROM HISTORY/BRIDGEMAN IMAGES TEMPESTA SRL, SIMONA PAMPALLONA 23.35 Cinéma Festival du cinéma d’ARTE 2020 Heureux comme Lazzaro D’un esclavagisme quasi féodal à la misère des sociétés contemporaines, l’histoire d’un innocent exploité par les autres. Entre réalisme et onirisme, une fable sur le désenchantement du monde récompensée à Cannes. À l’Inviolata, une petite communauté de paysans travaille sans relâche pour le compte de la marquise Alfonsina de Luna. Isolés du monde moderne pour être mieux maintenus en esclavage, ces derniers abusent à leur tour de l’un des leurs, Lazzaro. Ce garçon serviable, considéré comme simplet, se lie d’amitié avec Tancredi, le fils rebelle de la marquise. Quand la police découvre le système féodal instauré par l’aristocrate, Tancredi disparaît et Lazzaro chute du haut d’un rocher. Il se réveille indemne, des années plus tard, sans avoir pris une ride. Dans les faubourgs de la ville voisine, il retrouve ses anciens compagnons d’infortune... DÉSHUMANISATION Après Corpo celeste (2011) et Les merveilles (2013), deux coproductions d’ARTE, Alice Rohrwacher orchestre un film irrévérencieux en deux temporalités autour de la figure angélique de Lazzaro, dont la candeur le protège de la réalité de sa condition, mais pas des abus commis à son encontre. Loin de l’Inviolata, il découvre une société moderne livrée aux affres du capitalisme. Sublimé par l’interprétation délicate d’Adriano Tardiolo, un conte à la fois merveilleux et cruel sur le pouvoir de l’argent, les inégalités et la déshumanisation du monde. Prix du scénario, Cannes 2018 (Lazzaro felice) Film d’Alice Rohrwacher (Italie/Allemagne/France, 2018, 2h02mn, VF/VOSTF) Scénario  : Alice Rohrwacher - Avec  : Adriano Tardiolo (Lazzaro), Alba Rohrwacher (Antonia adulte), Agnese Graziani (Antonia jeune), Tommaso Ragno (Tancredi adulte), Luca Chikovani (Tancredi jeune), Sergi López (Ultimo) - Coproduction  : ARTE France Cinéma, ZDF/ARTE, Pola Pandora, Tempesta, Ad Vitam Productions, KNM, Amka Films Productions, RSI-Radiotelevisione Svizzera 10/11 17/11 I mercredi 11 novembre ARTE MAG N°46. LE PROGRAMME DU 7 AU 13 NOVEMBRE 2020 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :