Arte Magazine n°46 10 nov 2018
Arte Magazine n°46 10 nov 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de 10 nov 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : la guerre des as.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°46. LE PROGRAMME DU 10 AU 16 NOVEMBRE 2018 8 Le réalisateur Fabrice Hourlier, qui a fait sa spécialité des grandes batailles de l’histoire, retrace l’épopée des plus fameux aviateurs de la Première Guerre mondiale. Portrait de trois pionniers qu’il fait revivre dans sa Guerre des as. Centenaire du 11 novembre 1918 Mardi 30 octobre Verdun, aux portes de l’enfer à 20.50 Le Baron rouge – Manfred von Richthofen à 22.20 1918  : la révolte des marins à 23.15 Mercredi 31 octobre Capitaine Conan à 20.55 Dimanche 4 novembre Karambolage – Spécial Armistice à 20.35 Lundi 5 novembre La chambre des officiers à 20.55 Le crépuscule des aigles à 23.00 Samedi 10 novembre La guerre des as (1 & 2) à 20.50 Lire page 11 1917, l’offre de paix de l’empereur d’Autriche à 22.35 Shell Shock, a Requiem of War à 23.25 Dimanche 11 novembre Clemenceau dans le jardin de Monet – Chronique d’une amitié à 16.15 Verdun Requiems – Concert du centenaire de l'Armistice à 17.10 Messe pour la paix à 0.35 L’étoffe des héros Georges Guynemer On ignore souvent que le pilote français le plus emblématique de la Grande Guerre fut aussi un aspirant des plus maladroits, qui détruisit plusieurs appareils lors de ses classes. Volontaire à 20 ans, mais jugé trop chétif pour l’infanterie et recalé cinq fois au bureau de recrutement, il se révélera dans l’épreuve du feu. Le 19 juillet 1915, au sein d’une « escadrille des cigognes » qui deviendra légendaire, il remporte la première de ses cinquante-trois victoires attestées. L’« as des as », surnommé aussi le « Môme de Fer », devient immensément populaire mais fléchit en 1917 sous le poids d’une dépression nerveuse avant de disparaître, le 11 septembre, lors d’une mission en solitaire, au-dessus d’Ypres. Manfred von Richthofen D’ascendance aristocratique, comme son principal adversaire, Guynemer, le mythique « Baron rouge » fut lui aussi un débutant fébrile, que bien peu d’observateurs, hormis son mentor Oswald Boelcke, surent reconnaître comme un futur meneur d’hommes auréolé de quatre-vingts victoires. Chasseur implacable, il a pour habitude de se poser auprès de chaque avion abattu par ses balles pour en prélever un morceau de toile destiné à sa collection de trophées. Le 21 avril 1918, la mort en plein ciel, à seulement 25 ans, de celui qui fut peutêtre le pilote le plus respecté des deux camps, sera vécue comme un deuil national par son pays bientôt vaincu. René Fonck Moins connu que Guynemer et von Richthofen, aussi réservé dans le civil que flamboyant dans le ciel, ce Français fut l’une des rares vedettes de l’aviation à survivre au conflit. Fils d’ouvrier, avide d’ascension sociale, il gagne lui aussi son titre officieux d’« as des as » en peaufinant ses techniques de combat. Par esprit de compétition, il se lance des défis spectaculaires qui consolident sa légende  : le 9 mai 1918, il promet ainsi d’abattre cinq avions ennemis en une seule sortie, et en fait tomber six, ce qui lui vaut une Légion d’honneur. Sa guerre s’achève le 1er novembre sur une 63 e victoire, qu’il dédie au héros de son adolescence, Roland Garros, mort dans les airs un mois auparavant. Augustin Faure BRIDGEMAN IMAGES/COLLECTION GREGOIRE/BRIDGEMAN IMAGES/PRIVATE COLLECTION/PRISMATIC PICTURES/BRIDGEMAN IMAGES/INDIGENES PRODUCTIONS
PARIS COLL. MUSEE CLEMENCEAU Le beau documentaire Clemenceau dans le jardin de Monet met en lumière la profonde complicité entre l’homme d’État et le peintre, à l’origine du legs des Nymphéas à la France. Extraits des tendres lettres du « Tigre » à son « vieux frère » artiste. Dimanche 11 novembre à 16.15 Documentaire Clemenceau dans le jardin de Monet Chronique d’une amitié Lire page 13 Le Tigre et le peintre Décembre 1899 Après que Monet lui a offert le tableau Le bloc « Vous taillez des morceaux de l’azur pour les jeter à la tête des gens. Il n’y aurait rien de si bête que de vous dire merci, on ne remercie pas le rayon de soleil. Je vous embrasse de tout cœur. » Juillet 1911 Alors que Monet est dévasté par la mort d’Alice, son épouse, et le déclin de sa vue « Vous savez ce que je vous souhaite du plus chaud de mon cœur ? Souvenez-vous du vieux Rembrandt du Louvre, creusé, ravagé, sous la serviette qui cache son crâne dénudé. Il s’accroche à sa palette, résolu à tenir bon jusqu’au bout à travers de terribles épreuves. Voilà l’exemple. » Avril 1920 De Louxor, en Égypte « Que faites-vous sur la Seine, quand il y a le Nil qui joue en ce moment avec le ciel et les montagnes de Thèbes un opéra de lumière qui vous rendrait parfaitement fou ? Gardez votre raison puisque vous préférez être raisonnable. Mais cependant, ne m’oubliez pas. À vous pour toujours et après. » Avril 1922 « Je vous aime parce que vous êtes vous, et que vous m’avez appris à comprendre la lumière. Vous m’avez ainsi augmenté. Tout mon regret est de ne pouvoir vous le rendre. » Janvier 1925 Alors que Monet ne parvient pas à achever son œuvre ultime, Les nymphéas, qu’il a promise à la nation « Mon malheureux ami, si vieux, si entamé qu’il soit, un homme, artiste ou non, n’a pas le droit de manquer à sa parole d’honneur, surtout quand c’est à la France que cette parole fut donnée. » Décembre 1926 À la veille de la mort du peintre « Mon cher bon vieux bipède, nous n’avons plus 20 ans, j’ai des poumons faiblards et un cœur diminué. Vous avez un cœur excellent et des poumons fatigués. Nous sommes vieux. Je suis aussi fou que vous, mais je n’ai pas la même folie. Voilà pourquoi nous nous entendrons jusqu’au bout. [...] Je respire du bleu et j’expire du rose, que demander de plus ? Vous avez eu la plus belle vie qu’un homme puisse rêver. Il y a un art de sortir comme d’entrer. » Sylvie Dauvillier artp36ora Mu « Les nymphéas » en immersion Avec La dernière obsession de Claude Monet, Nicolas Thépot propose une immersion sensuelle en 8mn30 dans l’œuvre du peintre. Au fil de dialogues entre l’artiste et son ami Clemenceau, l’exploration commence par les célèbres panneaux de l’Orangerie, avant de se poursuivre dans l’étang, puis l’atelier de Giverny. Une expérience inédite en 360 ° VR pour découvrir la peinture autrement, qui inaugure la collection « ARTE Trips ». Sur l’appli ARTE 360 ° VR à partir du 9 novembre. ARTE MAG N°46. LE PROGRAMME DU 10 AU 16 NOVEMBRE 2018 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :