Arte Magazine n°45 31 oct 2020
Arte Magazine n°45 31 oct 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de 31 oct 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : de Gaulle à la plage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 4 novembre ARTE MAG N°45. LE PROGRAMME DU 31 OCTOBRE AU 6 NOVEMBRE 2020 20 5.00 M BERLIN LIVE Moka Efti Orchestra Concert 6.05 M XENIUS Les animaux d’élevage en voie de disparition Magazine 6.30 M SQUARE ARTISTE Carte blanche à Alexandre Jardin Magazine 7.00 ARTE JOURNAL JUNIOR 7.05 EM GEO REPORTAGE Croatie, l’autre pays de la truffe Reportage 7.50 LEM LIONS DE NAMIBIE Un nouveau départ Documentaire 8.35 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.15 DEM LES CHÂTEAUX DU MOYEN ÂGE (1 & 2) Documentaire 11.20 M INDE  : LES LÉOPARDS DES MONTAGNES Documentaire 12.05 EM USA  : LES GRANDES PLAINES La résilience de la vie sauvage Documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 R ARTE REGARDS Donner une seconde vie aux objets Magazine 13.35 M AUTOPSIE D’UN MEURTRE Film 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission 17.10 R XENIUS La Baltique, une mer en péril Magazine Z ce 17.45 ER JARDINS D’ICI ET D’AILLEURS Villa Gamberaia Série documentaire 18.15 R LES PRINCES DE NOS CAMPAGNES Chevreuil et cerf Documentaire 18.55 R LE LIÈVRE D’EUROPE, UNE ESPÈCE MENACÉE ? Documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.50 E DE GAULLE À LA PLAGE Le lyrisme Série d’animation 20.55 DE AVA Film 22.35 TONI MORRISON ET LES FANTÔMES DE L’AMÉRIQUE Documentaire 23.30 CHERRY BLOSSOMS ET MERVEILLEUX DÉMONS Film 1.25 DM LE FLIC ET L’INDIC Téléfilm 2.55 M INDE  : LES LÉOPARDS DES MONTAGNES Documentaire 3.40 EM MÉDECINES D’AILLEURS Inde, l’hôpital flottant du Brahmapoutre Série documentaire 4.05 M ARTE REGARDS Reportage Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande Date de disponibilité en avant-première Multidiffusion Rediffusion Disponibilité en ligne Versions linguistiques disponibles Date de fin de replay 20.55 Cinéma Festival du cinéma d’ARTE 2020 Ava En vacances à la mer, Ava, 13 ans, va perdre la vue et veut vivre vite. Noée Abita crève l’écran dans le premier long métrage de Léa Mysius, ode éclatante à la jeunesse. BAC FILMS Ava, 13 ans, passe une partie du mois d’août dans une station balnéaire du Sud-Ouest avec sa mère et sa demi-sœur bébé, qu’elle supporte aussi mal l’une que l’autre. Un jour, endormie sur la plage, elle est réveillée par un chien noir qu’elle suit jusqu’à son maître, un jeune et beau Gitan occupé à se battre, presque aussitôt embarqué par la police. Le lendemain, Ava, atteinte d’une maladie des yeux, apprend qu’elle est condamnée à brève échéance à devenir aveugle. Déjà, elle constate que son champ de vision rétrécit chaque jour et qu’elle ne distingue plus rien dans la pénombre. Cernée par les cauchemars, ulcérée par les pauvres subterfuges adoptés par sa mère pour fuir la réalité, elle n’écoute plus que sa rage et son urgence de vivre, que cristallisent pour elle le chien noir et son propriétaire. RÉVOLTE Au sein d’un casting au diapason, Noée Abita mène magnifiquement cette ode fougueuse à la jeunesse qui semble avoir été écrite pour elle. La fraîcheur et la maîtrise, l’audace et la justesse  : à l’égal de sa principale interprète, ce premier long métrage, porté aussi par une enivrante bande-son et un sens très sûr du cadre, éblouit et touche au cœur. Léa Mysius, jeune coscénariste d’Arnaud Desplechin (notamment pour Roubaix, une lumière), navigue avec un art teinté d’humour entre le réalisme (la vérité des rapports mère fille, la brutalité que notre société policière, et policée, réserve à ses marges) et le conte. La cinéaste et l’actrice se sont retrouvées cette année pour tourner un deuxième film, Les cinq diables. Prix SACD de la Semaine de la critique et Palm Dog, Cannes 2017 Lire page 7 Film de Léa Mysius (France, 2017, 1h39mn) Scénario  : Léa Mysius, Paul Guilhaume Avec  : Noée Abita (Ava), Laure Calamy (Maud), Juan Cano (Juan), Tamara Cano (Jessica), Daouda Diakhaté (Tété), Baptiste Archimbaud (Matthias) Coproduction  : ARTE France Cinéma, F comme Film, Trois Brigands Productions 28/10 10/11
AP PHOTO - KATHY WILLENS 22.35 Le documentaire culturel Les grands romans du scandale Toni Morrison et les fantômes de l’Amérique En 1987, six ans avant son prix Nobel, Toni Morrison donnait corps et voix à la mémoire de l’esclavage avec Beloved. Retour sur le chef-d’œuvre plus que jamais brûlant d’une grande dame des lettres disparue en 2019. Jamais l’œuvre de Toni Morrison, figure de proue de la littérature afroaméricaine contemporaine et grande dame des lettres, n’a autant résonné avec l’actualité, à l’heure où Donald Trump fait campagne pour un second mandat et où son pays s’embrase à nouveau dans une lutte contre les violences racistes. Première femme noire lauréate du prix Nobel de littérature en 1993 pour avoir, selon l’Académie, « rendu morceau par morceau leur histoire aux Africains-Américains », Toni Morrison n’a eu de cesse pendant cinquante ans de mettre en mots l’indicible  : l’emprise de la « color line » sur la société américaine, de l’esclavage au racisme ordinaire en passant par la ségrégation. Apparu comme une déflagration dans le paysage littéraire de 1987, son roman Beloved explore le grand tabou de l’esclavage et sa férocité imprimée au plus profond de ceux qui l’ont subi pendant quatre siècles. « SOIXANTE MILLIONS ET DAVANTAGE » « J’appellerai mon peuple/Celui qui n’était pas mon peuple/Et bien-aimée/Celle qui n’était pas bien-aimée. » Ainsi commence l’histoire de Sethe, une esclave en fuite qui, sur le point d’être reprise, égorge sa fillette afin de lui épargner ce qu’ellemême a vécu, puis accueille son fantôme, des années plus tard. Inspiré de l’histoire véridique, mais réinventée, d’une esclave nommée Margaret Garner, Beloved épouse l’intériorité de Sethe pour dérouler, toujours plus profondément, le récit de ses souffrances physiques et psychiques, traumas enfouis et transmis en silence de génération en génération. Tissé d’extraits d’entretiens avec Toni Morrison, de ses archives, de fervents témoignages de lecteurs (l’activiste Mona Jenkins, la poétesse Nikki Giovanni, l’écrivaine Yiyun Li, le metteur en scène Peter Sellars…) et des images des luttes menées depuis plus d’un siècle par l’Amérique noire pour conquérir ses droits, ce documentaire nous immerge dans la genèse et les pages d’un chef-d’œuvre à la puissance intacte. Lire page 4 Documentaire de Claire Laborey (France, 2020, 52mn) – Dans la collection « Les grands romans du scandale » – Coproduction  : ARTE France, Roche Productions 28/10 3/2/2021 En partenariat avec e CONSTANTIN FILM VERLEIH/OLGA FILM/HANNO LENTZ 23.30 Cinéma Festival du cinéma d’ARTE 2020 Cherry Blossoms et merveilleux démons Plus de dix ans après Cherry Blossoms, Doris Dörrie donne une suite à son émouvante fable familiale teintée de fantastique, centrée cette fois sur le fils, englué dans le deuil de ses parents. Dix ans après la mort de Trudi et Rudi, leur fils Karlreste inconsolable. Sans emploi alors qu’il était promis à un brillant avenir, il noie sa dépression dans l’alcool et se confine dans la solitude séparé de sa femme et de leur enfant. Pour tenter de faire face à ses démons, il s’installe dans la maison de ses parents où débarque un jour Yu, la danseuse farfelue qui avait enseigné au Japon l’art du butô à son père... avant de devenir la principale bénéficiaire de son testament. Elle souhaite visiter la maison du défunt et se rendre sur sa tombe. À contrecœur, Karll’accompagne en Bavière où l’attendent, parmi les fantômes du passé, ceux de ses parents. ESPRITS SALVATEURS Cherry Blossoms et merveilleux démons est la suite de Cherry Blossoms – Hanami, sorti en 2008. Doris Dörrie respecte ainsi la temporalité de son histoire, ajoutant un troublant effet de réel à sa réflexion sur les destins et la quête de spiritualité. Dans Hanami, Rudi, le père, partait au Japon pour réaliser le rêve de sa défunte épouse d’apprendre le butô. Cette fois, c’est leur fils qui suit Yu dans son pays pour trouver un sens à son existence. « Comédie profondément triste, tout comme la vie », selon sa réalisatrice, ce conte subtil croise les croyances orientales et occidentales sur la mort et porte sur la filiation un regard émouvant. Une suite d’autant plus touchante qu’elle marque l’une des dernières apparitions à l’écran de Kirin Kiki (Les délices de Tokyo). Un délicieux fantôme. Lire page 7 (Kirschblüten & Dämonen) Film de Doris Dörrie (Allemagne, 2019, 1h52mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Frank Johannes Müller Avec  : Golo Euler (Karl), Aya Irizuki (Yu), Floriane Daniel (Emma), Kirin Kiki (la grand-mère de Yu), Felix Eitner (Klaus), Hannelore Elsner (Trudi), Elmar Wepper (Rudi) - Coproduction  : ARTE, Olga Film, BR 10/11 mercredi 4 novembre ARTE MAG N°45. LE PROGRAMME DU 31 OCTOBRE AU 6 NOVEMBRE 2020 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :