Arte Magazine n°44 26 oct 2019
Arte Magazine n°44 26 oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°44 de 26 oct 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : le portrait de Jane...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 27 octobre ARTE MAG N°44. LE PROGRAMME DU 26 OCTOBRE AU 1 ER NOVEMBRE 2019 14 20.10 Vox pop Brexit  : l’effet papillon Pour son 200 e numéro, à la veille de la date butoir fixée pour le Brexit, Vox pop consacre une émission spéciale à ses conséquences économiques pour l’Europe. Brexit  : les perdants et les gagnants Gros plans sur la manière dont le Brexit, avec ou sans accord, va bouleverser l’économie européenne, et avec elle bien des existences. Si les Pays-Bas en sont d’ores et déjà les grands gagnants, on s’inquiète en Pologne, où l’immigration au Royaume-Uni a rapporté en 2017 plus d’un milliard d’euros, en Bretagne, où les pêcheurs vont voir réduire leur zone de pêche, et en Andalousie, où la très prospère enclave de Gibraltar constitue un moteur économique incontournable. Irlande  : le retour de la violence ? Première pierre d’achoppement dans les négociations, la frontière qui sépare l’Irlande du Nord du reste de l’île a cristallisé les tensions. Ravivant le spectre de la guerre civile, augmentant les frictions communautaires, laissant peser sur les économies et les agricultures de graves menaces, le Brexit va-t-il balayer les bénéfices de deux décennies de paix ? Entre Dublin et Belfast, Nora Hamadi parcourt l’Irlande et rencontre des acteurs clés le long de la frontière. Magazine présenté par Nora Hamadi (France, 2019, 28mn) - Coproduction  : ARTE France, Magnéto Presse 20/10 25/12 PAULINE BALLET 20.55 Cinéma Soirée Bill Murray Broken Flowers Un don Juan vieillissant (Bill Murray) découvre qu’il a un fils et pour le retrouver, se met en quête des femmes qu’il a aimées vingt ans plus tôt. Un road movie envoûtant, teinté de mélancolie et d’humour. SEFM Dans un paisible pavillon de banlieue, un don Juan en fin de parcours assiste sans résistance au départ de celle qui partage sa vie. Alors qu’il se résigne à la solitude, une mystérieuse enveloppe rose le sort de son apathie  : une ancienne conquête, qui a gardé l’anonymat, lui apprend qu’il est le père d’un jeune homme de 19 ans, lequel est parti à sa recherche. Aiguillonné par un voisin mordu de polars, Don Johnston dresse la liste des possibles auteures de la missive et décide d’aller à leur rencontre... ÉCHAPPÉE DOUCE-AMÈRE Couronné par le prix du jury au Festival de Cannes 2005, Broken Flowers est un film à la fois mélancolique et malicieux, servi par une BO formidable. Le jazz de l’Éthiopien Mulatu Astatke, que le héros écoute en boucle dans sa voiture, constitue le prélude groovy à toutes ses retrouvailles. Ce découpage en musique donne lieu à une suite de séquences cocasses où Jarmusch laisse libre cours à son art de l’absurde, avec le soutien de seconds rôles déchaînés – de Jessica Lange en communicante pour animaux à la bourgeoise psychorigide campée par Frances Conroy. Loin de son répertoire de femme fatale, Sharon Stone se révèle épatante en mère candide bousculée par sa Lolita de fille. Contrepoint parfait dans un rôle taillé sur mesure, le grand Bill Murray, blasé et pince-sans-rire, se laisse placidement porter par les événements, avant de se prendre au jeu pour chercher désespérément celui qui pourrait donner un sens à sa vie. Ce road-movie, subtil dosage de dérision et de profondeur, se regarde avec délectation. Grand prix, Cannes 2005 Film de Jim Jarmusch (États-Unis, 2005, 1h41mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Jim Jarmusch - Avec  : Bill Murray (Don Johnston), Jeffrey Wright (Winston), Sharon Stone (Laura), Jessica Lange (Carmen), Frances Conroy (Dora), Tilda Swinton (Penny) - Production  : Bac Films, Focus Features - (R. du 13/5/2010) 2/11
22.35 Soirée Bill Murray Le fantastique Mr Murray Un portrait impressionniste du « prince du cool », comédien culte et fils spirituel de Keaton, dont la carrière à éclipses et l’imprévisibilité continuent à nourrir le mythe. Partir en quête de Bill Murray, 68 ans, comédien à la mélancolie existentielle et au potentiel comique hors norme, c’est un peu comme chasser le dahu dans les Alpes  : une mission impossible pleine de promesses. La notice biographique du « pape du cool » fournit quelques repères  : les origines catholiques irlandaises, la famille nombreuse (huit frères et sœurs), l’enfance dans le pavillon le plus modeste d’une banlieue chic de Chicago et le talent précoce, et redoutable, pour l’improvisation. Cet électron libre trouve, aux côtés du survolté John Belushi, mort à 33 ans, et de Harold Ramis, futur réalisateur de l’iconique Un jour sans fin, avec lequel il se fâchera au cours du tournage, des acolytes à sa démesure. De la troupe trash du National Lampoon au show TV loufoque Saturday Night Live, ces pionniers subversifs du stand-up osent tout. Mais starisé dans les années 1980 par la comédie hollywoodienne (Meatballs ou, surtout, SOS Fantômes), Murray déprime. Il disparaît alors des écrans radars et se réfugie un temps à Paris. INCONTRÔLABLE Aujourd’hui, l’acteur culte promène, avec une fausse désinvolture, sa silhouette de géant impassible dans le meilleur du cinéma, du sur mesure Lost in translation de Sofia Coppola au burlesque poétique de son désormais frère d’âme Wes Anderson. Mais à ses heures, l’amateur de karaoké va taper l’incruste dans un mariage ou un colloque lambda, au nom de sa délirante tournée « Bill Murray can crash here », qui provoque l’hystérie collective. C’est ce phénomène, idole flegmatique à la vie privée chaotique, que tente de saisir Stéphane Benhamou, au fil d’archives et de témoignages, en se réjouissant in fine que l’irrésistible héros de La vie aquatique lui échappe, comme à tout contrôle et à toute définition. Car son film montre surtout combien Bill Murray reste, envers et contre tous, le seul auteur de sa légende et le génial orchestrateur de son énigme. Documentaire de Stéphane Benhamou (France, 2019, 52mn) - Coproduction  : ARTE France, Siècle Productions 20/10 1/12 23.30 Marina Abramovic L’art de l’écoute Exploration des coulisses d’un projet musical ambitieux, mené par la pionnière de l’art corporel Marina Abramovic. En mars 2019, l’Alte Oper de Francfort a accueilli un projet artistique inédit  : une semaine durant, la plasticienne Marina Abramovic a investi les lieux, pour proposer à quelque 2 000 individus d’explorer de nouvelles manières d’entendre et de vivre la musique. Partant du principe que le flot constant de stimuli auquel nous sommes confrontés nous empêche de percevoir les choses les plus simples mais aussi les plus importantes, l’artiste serbe a mis au point la « méthode Abramovic » qui, grâce à des exercices de plusieurs heures, a permis de préparer le public à un concert francfortois de haut vol, en présence notamment de la violoniste allemande Carolin Widmann, du violoncelliste franco-allemand Nicolas Altstaedt ou encore du pianiste turc Fazil Say. L’occasion de revenir également sur la longue carrière de l’artiste, véritable phénomène de la pop culture depuis, entre autres, sa performance poignante The Artist is Present  : en 2010, durant trois mois, elle est restée quotidiennement assise pendant sept heures et demie sans manger, boire ou se lever – un exploit d’endurance mentale et physique. Documentaire d’Andreas Gräfenstein (Allemagne, 2019, 53mn) 26/10 24/1/2020 PHILIPP BABEN DER ERDE dimanche 27 octobre ARTE MAG N°44. LE PROGRAMME DU 26 OCTOBRE AU 1 ER NOVEMBRE 2019 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :