Arte Magazine n°40 29 sep 2018
Arte Magazine n°40 29 sep 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°40 de 29 sep 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : sauvages...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°40. LE PROGRAMME DU 29 SEPTEMBRE AU 5 OCTOBRE 2018 6 Pendant plus d’un siècle, des « indigènes » ont été arrachés à leur pays pour être exhibés. Coauteur et coréalisateur de Sauvages, au cœur des zoos humains, l’historien Pascal Blanchard* décrypte cette pratique et cette histoire oubliées. Pascal Blanchard Au temps obscur des colonies À l’orée du XIX e siècle, quelle vision les Occidentaux ont-ils des populations « non blanches » ? Pascal Blanchard  : Avec les grandes explorations, les empires se sont étendus et recouvrent la majeure partie du globe. Le monde du spectacle et les expositions universelles exhibent en Occident des « populations exotiques » pour faire connaître leurs colonies et ces terres lointaines à des visiteurs qui n’y iront jamais. La littérature, la peinture, les exhibitions et la caricature fabriquent alors une image du « sauvage » qu’il faut civiliser, présenté comme racialement inférieur aux Blancs. En même temps, ces « exotiques » fascinent et sont considérés comme étranges. Parmi les 35 000 personnes qui ont connu ce triste sort entre 1810 et 1940, comment avez-vous choisi les six dont vous retracez le destin dans le film ? Avec mon coréalisateur Bruno Victor-Pujebet, trois critères ont guidé notre choix. Ces destins devaient s’inscrire dans les trois grandes périodes au cours desquelles s’est tenue cette pratique, à savoir 1870- 1900, 1900-1920 et 1920-1940. Il fallait ensuite qu’ils soient représentatifs des parcours de personnes exhibées à ces différentes époques. Nous nous sommes ainsi penchés sur les trajectoires d’une rescapée rentrée en Guyane, d’un exhibé devenu chef de village, d’une personne morte en exhibition, d’une autre empaillée après son décès pour être de nouveau exposée au public, d’un membre d’une troupe KHARBINE TAPABOR/HERVÉ THOUROUDE-MGEN
ARTE FRANCE - BONNE PIOCHE TÉLÉVISION - ARCHIPEL PRODUCTION qui, face à son destin, a préféré se suicider, et d’un exhibé ayant décidé de rester vivre en Europe. Cela supposait de trouver des archives sur leur parcours, des images surtout, pour raconter leurs histoires et mettre un nom sur des milliers de récits anonymes. Retrouver leurs descendants a-t-il été simple ? C’était l’un des éléments essentiels de notre démarche  : prendre pour point de départ des récits de vie et mener l’enquête pour retrouver des descendants. Pour certains, comme les Fuégiens, cela s’est avéré impossible car leur peuple a disparu dans ce qui est devenu le Chili. Pour les autres, les moments d’échange ont été d’une émotion incroyable. Faire le lien entre l’histoire et les mémoires croisées constitue l’une des grandes forces du film. Il permet de comprendre en quoi et sous quelle forme cette mémoire-là demeure vivante en Guyane, au Sénégal, au Congo, aux États-Unis, en Australie ou en Nouvelle-Calédonie, les principales étapes de notre quête. Dès le dernier tiers du XIX e siècle, le Jardin d’Acclimatation de Paris suscite un véritable engouement avec ses exhibitions de « sauvages »... Entre 1877 et 1937, le Jardin d’Acclimatation de Paris, dans le bois de Boulogne, accueillera en effet Auteur, réalisateur et chanteur, Abd al Malik est le narrateur de ce documentaire. près d’une trentaine de « troupes », dont certaines fascineront plus d’un million de visiteurs ! C’est l’attraction du dimanche ; on vient en famille se divertir. Il est perturbant de savoir aujourd’hui que ce lieu a été l’un des « temples du racisme » en Europe, sans éveiller d’oppositions ou de critiques. Mais il convient d’aller plus loin et de sortir du silence culpabilisant de ce lieu de mémoire. Il nous semblait important de pointer la manière dont colonialisme, racisme et divertissement ont pu se croiser à la lisière de la capitale. En tant qu’historien, vous avez consacré de nombreux travaux à la thématique des « zoos humains ». Qu’a-t-elle à nous apprendre sur notre histoire commune ? On ne peut pas comprendre comment on est passé du racisme scientifique au racisme populaire, à une époque où les Occidentaux ne voyageaient pas et ne lisaient guère les ouvrages scientifiques, si l’on ne mesure pas l’impact des zoos humains. Les gens ont cru que les « sauvages » existaient parce qu’ils les avaient vus. C’est ainsi que la domination coloniale a été légitimée, que la hiérarchie des « races » est devenue la norme. Il faut regarder les images de ce passé, appréhender les mécanismes de cette Samedi 29 septembre à 20.50 Documentaire Sauvages, au cœur des zoos humains Lire page 11 mondialisation de l’exhibition pour comprendre le monde actuel et nos héritages, mais aussi saisir comment les empires coloniaux se sont légitimés. Il est primordial de lire ensemble ces pages sombres pour mieux les dépasser. C’est pourquoi nous avons souhaité qu’Abd al Malik soit la voix du film. Notre travail avec lui s’est fait dans un va-et-vient permanent afin de trouver les mots justes pour raconter l’indicible. C’est ensemble que nous décoloniserons les imaginaires. Propos recueillis par Christine Guillemeau * Historien, spécialiste du « fait colonial », Pascal Blanchard est chercheur au Laboratoire Communication et Politique de l’Irisso/CNRS de l’université Paris-Dauphine. Il a conçu avec Lilian Thuram l’exposition « Zoos humains – L’invention du sauvage », présentée au Mémorial ACTe de Pointe-à-Pitre jusqu’au 30 décembre 2018. Il est également l’auteur d’une soixantaine de films et d’ouvrages dont Exhibitions – L’invention du sauvage paru aux éditions Actes Sud en 2011. En partenariat avec Hist* Carolina Toka et sa famille, descendants de Moliko, de l’ethnie amérindienne Kali’na de Guyane. 7ARTE MAG N°40. LE PROGRAMME DU 29 SEPTEMBRE AU 5 OCTOBRE 2018



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :