Arte Magazine n°40 28 sep 2019
Arte Magazine n°40 28 sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°40 de 28 sep 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Berlin 1989...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 29 septembre ARTE MAG N°40. LE PROGRAMME DU 28 SEPTEMBRE AU 4 OCTOBRE 2019 14 20.05 Vox pop Présenté par Nora Hamadi, le magazine des débats qui agitent l’Europe fait sa rentrée avec une nouvelle identité visuelle. Détention provisoire  : quand la justice abuse Visant à empêcher un suspect de fuir, d’entraver l’enquête ou de commettre un nouveau délit, l’enfermement préventif explose de façon inquiétante  : il concerne 130 000 prévenus en Europe. Instauré comme une exception, l’emprisonnement de présumés innocents se révèle coûteux pour les États, qui y consacrent chaque année 5 milliards d’euros. Vox pop a enquêté en Pologne, en Italie et en France, où le nombre de détentions provisoires ainsi que leur durée ne cessent d’augmenter. Un monde sans cash Les transactions dématérialisées, par carte bancaire, virement ou smartphone, ont le vent en poupe, au point de faire craindre la disparition prochaine des espèces. C’est déjà le cas au Danemark, où la fin du cash est programmée pour 2023. Doit-on redouter l’avènement d’un monde sans pièces ni billets ? Vox pop reçoit Jonas Hedman, professeur à la Business School de Copenhague, pour qui la digitalisation de l’économie s’avère inéluctable. Sans oublier le tour d’Europe des correspondants, avec un focus sur l’Allemagne et l’Italie, où la résistance contre la fin des espèces s’organise. Magazine présenté par Nora Hamadi (France, 2019, 28mn) - Coproduction  : ARTE France, Magnéto Presse PAULINE BALLET CCC FILMKUNST GMBH/ÉLÉPHANT PRODUCTION S.A./FILMS A2 S.A. (TF1) 20.55 Cinéma Soirée Joseph Kessel La passante du Sans-Souci L’ultime rôle de Romy Schneider, qui incarne successivement, des années 1930 aux années 1980, deux femmes victimes du nazisme et de l’antisémitisme. Un film bouleversant adapté d’un roman de Joseph Kessel. Paris, 1981. Max Baumstein, président d’une organisation humanitaire, abat l’ambassadeur du Paraguay, en qui il a reconnu Ruppert von Leggaert, ancien conseiller diplomatique de l’Allemagne nazie à Paris. Arrêté, Max se confie à sa femme, Lina. Berlin, 1933. Après l’assassinat de son père en pleine rue par un groupe de SA, Max, 10 ans, est recueilli par la chanteuse Elsa Wiener et son mari Michel, éditeur. Celui-ci est arrêté alors qu’Elsa et Max ont pu gagner Paris. Von Leggaert, fasciné par Elsa, lui promet de faire libérer son époux si elle accepte de devenir sa maîtresse... L’ADIEU À ROMY Quelques mois après le décès accidentel de David, son fils adolescent, Romy Schneider, malgré le deuil, s’engage pleinement dans ce qui allait devenir son dernier rôle. Sa présence, bouleversante de bout en bout, est rendue plus émouvante encore par sa disparition peu après la sortie du film. Avec le recul du temps, celui-ci semble tout entier dédié à l’actrice, comme un hommage vibrant à sa beauté, à son art et à son immense douleur. Film de Jacques Rouffio (France/Allemagne, 1982, 1h51mn) - Scénario  : Jacques Rouffio, Jacques Kirsner, d’après le roman éponyme de Joseph Kessel - Avec  : Romy Schneider (Elsa Wiener/Lina Baumstein), Michel Piccoli (Max Baumstein), Helmut Griem (Michel Wiener), Gérard Klein (Maurice Bouillard), Wendelin Werner (Max enfant) - Production  : Films A2, Elephant Production, CCC Filmkunst (R. du 11/9/1994)
22.45 Soirée Joseph Kessel Kessel, un lion Quarante ans après la mort de Joseph Kessel, cigarette à la main dans son fauteuil, une exploration envoûtante des mille et une vies de l’écrivain aventurier, fasciné par le genre humain. INA Grand reporter, écrivain, résistant, aventurier... Voyageur dès l’enfance, de l’Argentine aux steppes russes, avant que sa famille ne s’établisse à Paris, Joseph Kessel connaît précocement la gloire et la richesse. Avant même ses 25 ans, il a survécu à la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il fut brancardier puis observateur à bord des zincs de l’aviation balbutiante, et bouclé son premier tour du monde. L’équipage, son premier roman, est édité par Gaston Gallimard en 1923. Le toucheà-tout charmeur et plein de panache flirte avec la nuit de longues années durant, pour les personnages hauts en couleur qu’il y croise, matière à ses romans futurs, mais aussi pour boire sa peine, suite à la mort de son jeune frère. Grand reporter, il couvre la montée du nazisme et s’engage dans la Résistance, qui lui inspire le célèbre « Chant des partisans », coécrit avec Maurice Druon, et son roman L’armée des ombres, avant de suivre tous les grands procès d’après-guerre, dont celui de Nuremberg. À 60 ans, il écrira l’un des plus grands best-sellers du XX e siècle, Le lion. L’ÉTERNEL ÉMERVEILLÉ Qu’est-ce qui lie l’écrivain, disparu en 1979, au noceur, au baroudeur, à l’amoureux, sinon la passion dévorante et l’intérêt suprême qu’il éprouvait pour le genre humain ? Entre superbes séquences d’animation en noir et blanc, émouvantes archives – où la voix fine et précise de Kessel contraste avec son profil intimidant de rhinocéros – et passages lus de ses œuvres, une exploration fascinante des mille et une vies d’un homme éternellement émerveillé par ses semblables, auxquels ses livres n’ont cessé de rendre hommage. Documentaire de Marie Brunet-Debaines (France, 2019, 52mn) - Coproduction  : ARTE France, Camera Lucida, INA En ligne du 22 septembre au 27 novembre 23.40 Le testament d’Alexander McQueen Loïc Prigent revisite la carrière du turbulent créateur en explorant les deux dernières années de sa vie et trois de ses collections les plus cruciales. Comment comprendre un génie comme Alexander McQueen ? Loïc Prigent retrace l’ébouriffante carrière du designer anglais, brusquement interrompue par son suicide, en février 2010. Le testament d’Alexander McQueen explore ses trois derniers défilés et révèle leur extraordinaire processus de création. Un an avant sa mort, Alexander McQueen, très controversé, dévoile une collection qui reprend tous les codes d’une œuvre initiée dans les années 1990. Morbide, excessif, il met la mode au pilori, jette tout, pour mieux recommencer. Six mois plus tard, il présente ce que la critique a décrit comme un chef-d’œuvre visionnaire  : Plato’s Atlantis. Si la collection précédente parlait d’une planète envahie par les déchets, celle-ci évoque un monde amphibie, où les visages et les corps ont muté. Enfin, le 18 janvier 2010, soit trois semaines avant son suicide, il présente son tout dernier défilé, The Bone Collector. Dans un décor d’ossuaire, les hommes sont recouverts de tibias, de crânes et de cordes. Spectacle prémonitoire... PODIUMS MACABRES Dans ce documentaire érudit et inspiré, des images magistrales de ses nombreux défilés, à la fois danses macabres et commentaires politiques truffés de références, sont complétées d’images d’archives inédites, offrant un fascinant aperçu de la carrière et de la personnalité du couturier. Documentaire de Loïc Prigent (France, 2015, 52mn) Coproduction  : ARTE GEIE, Bangumi - (R. du 26/9/2015) À l’occasion de la Fashion Week parisienne, qui se tient du 23 septembre au 1er octobre, ARTE propose sa collection de programmes dédiés à la mode. arte.tv. VICTOR BOYKO/GETTY IMAGES dimanche 29 septembre ARTE MAG N°40. LE PROGRAMME DU 28 SEPTEMBRE AU 4 OCTOBRE 2019 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :