Arte Magazine n°36 1er sep 2018
Arte Magazine n°36 1er sep 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de 1er sep 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : l'Olympe dissipée de Jul.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 2 septembre ARTE MAG N°36. LE PROGRAMME DU 1 ER AU 7 SEPTEMBRE 2018 14 20.05 Vox pop Désormais programmé le dimanche, le magazine qui décrypte l’actualité européenne fait sa rentrée. Dotée d’un nouvel habillage, l’émission s’articule toujours autour de deux grands débats. Dividendes  : les actionnaires au pouvoir En 2017, les multinationales européennes ont versé plus de 190 milliards d’euros de dividendes à leurs actionnaires. Ces sommes vertigineuses mettent en danger les entreprises, les emplois et l’économie globale. Vox pop a enquêté en France, championne du monde en la matière  : selon Oxfam, 67% des bénéfices des entreprises du CAC 40 tombent entre les mains des actionnaires. 20.35 Karambolage Dorénavant diffusé le dimanche, Karambolage poursuit son décryptage amusé des petites différences qui émaillent le quotidien des Français et des Allemands. Au menu cette semaine  : le mot Arschgeweih, ou « la ramure des fesses » en français, qui désigne les tatouages arborés juste au- Populismes, l’Europe en danger ? Alors que la France et l’Allemagne font face à une poussée de l’extrême droite, la Hongrie, la Pologne ou l’Italie sont gouvernées par des partis nationalistes qui rejettent les valeurs de l’Europe. Vox pop s’entretient avec le Belge Guy Verhofstadt, président du groupe libéral démocrate au Parlement européen, qui plaide pour une refondation de l’UE. Sans oublier un reportage en Suède, à la veille des élections législatives, et le tour d’Europe des correspondants. Magazine (France, 2018, 28mn) - Coproduction  : ARTE France, Magnéto Presse dessus du coccyx ; les vestiges du mur de Berlin ; le portrait de Michel Houellebecq, un écrivain français très apprécié outre-Rhin ; et toujours, la devinette. Magazine franco-allemand de Claire Doutriaux (France, 2018, 11mn) - Production  : Atelier de recherche d’ARTE France 1952 ROMULUS FILMS LIMITED 20.50 Cinéma Soirée Humphrey Bogart L’odyssée de l’« African Queen » Katharine Hepburn et Humphrey Bogart, antihéros vieillissants et superbes, descendent un fleuve africain sur un antique rafiot. Un petit bijou d’humour et d’aventure signé John Huston. Au début de la Première Guerre mondiale, quelque part en Afrique centrale. Charlie Allnut ravitaille avec son vieux vapeur, l’African Queen, les villages qui bordent la rivière Ulonga-Bora. Au cours d’une escale, après avoir trouvé le corps sans vie du révérend Sayer, il embarque Rose, la sœur du défunt, afin de l’emmener en lieu sûr. Mais sa passagère se met en tête de descendre le fleuve. -
_Aaililih.. pour faire sauter le Luisa, un navire allemand. Entre la vieille fille intrépide et le rustaud buveur de gin, les sujets de discorde ne manquent pas... DÉLECTABLE CLASSIQUE Si John Huston a été soupçonné de vouloir séjourner en Afrique pour s’adonner à son passe-temps favori, la chasse, il n’en a pas moins tourné un film d’aventures trépidant et cocasse, dans des conditions rocambolesques (attaques d’animaux, maladies...). Humphrey Bogart, oscarisé, et Katharine Hepburn portent avec panache des rôles a priori peu glamour. On tremble quand ils dévalent les rapides, on sourit quand ils jouent les tourtereaux, on écrase une larme quand ils sont à deux doigts d’être pendus et on jubile quand ils coulent in fine l’ennemi allemand. Un bonheur toujours renouvelé. Meilleur acteur (Humphrey Bogart), Oscars 1952 (The African Queen) Film de John Huston (États-Unis, 1951, 1h40mn, VF/VOSTF) - Scénario  : John Huston et James Agee, d’après le roman deC. S. Forester - Avec  : Humphrey Bogart (Charlie Allnut), Katharine Hepburn (Rose Sayer), Robert Morley (le révérend Samuel Sayer), Peter Bull (le commandant du Luisa) - Production  : Horizon Pictures, Romulus Films LTD - (R. du 9/4/2006) 22.30 Soirée Humphrey Bogart Bogart raconté par Bacall Ils ont formé l’un des couples les plus légendaires du cinéma. Lauren Bacall raconte « son » Humphrey Bogart. Lauren Bacall est une conteuse merveilleuse  : elle sait parfaitement alterner les moments d’émotion (lorsqu’elle parle de celui avec lequel elle partagea douze ans de sa vie) et le récit de ce qu’était Hollywood dans les années 1940-1950. De Bogart, elle dit  : « Il a changé ma vie. Il a été mon professeur, mon mari et mon ami. » Elle parle des premiers pas de « Bogie » au théâtre, de son premier grand rôle de gangster dans La forêt pétrifiée, du succès de Casablanca et du Faucon maltais, de l’Oscar qui lui fut décerné pour son interprétation dans L’odyssée de l’« African Queen ». Lauren Bacalla mis à la disposition de l’auteur de ce documentaire des archives strictement personnelles et inédites, notamment des séquences tournées en famille. Documentaire de David Heely (États-Unis, 1988, 1h24mn) - (R. du 13/5/2007) CAMERA LUCIDA PRODUCTIONS 23.55 Spécial Japon Seiji Ozawa – Retour au Japon Élève de Leonard Bernstein et de Herbert von Karajan, le Japonais Seiji Ozawa est l’une des dernières légendes vivantes de la direction d’orchestre. Nourri par un entretien exceptionnel, le portrait d’un maestro exigeant et pédagogue. Né le 1er septembre 1935, Seiji Ozawa fut le premier Asiatique nommé à la tête d’un prestigieux orchestre occidental  : le Boston Symphony Orchestra. Il y restera pendant trois décennies. L’ancien élève de Herbert von Karajan et de Leonard Bernstein a aussi créé en 1984 l’Orchestre international Saito Kinen, en hommage à Hideo Saito, son premier grand maître d’Ozawa, et dirigé, entre autres, l’Orchestre philharmonique de Berlin et l’Orchestre national de France, pays avec lequel il a noué des liens profonds. Éprouvé par une grave maladie, qu’il a vaincue, le maestro doit désormais ménager ses forces. Il a ainsi choisi de circonscrire ses activités au Japon, et de se consacrer à ses académies pour jeunes, fondées dans l’optique de « redonner du sens à l’interprétation de la musique ». TRÉSOR NATIONAL Pendant près de deux ans, Olivier Simonnet a suivi celui qui fit véritablement connaître le répertoire occidental au Japon. Les paroles du chef, comme ses silences, révèlent son souci constant de la transmission, mais aussi la relation ambiguë qu’il entretient avec son pays. Car avant d’être élevé au rang de « trésor national vivant », Seiji Ozawa a longtemps été critiqué pour son exigence et son indocile liberté – affirmée jusque dans son look, associant baskets rouges, cheveux en bataille et casquette de base-ball. Lire page 4 Documentaire d’Olivier Simonnet (France, 2018, 52mn) Coproduction  : ARTE France, Camera Lucida, Veroza Japan dimanche 2 septembre ARTE MAG N°36. LE PROGRAMME DU 1 ER AU 7 SEPTEMBRE 2018 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :