Arte Magazine n°35 25 aoû 2018
Arte Magazine n°35 25 aoû 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35 de 25 aoû 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Starbucks sans filtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
mardi 28 août ARTE MAG N°35. LE PROGRAMME DU 25 AU 31 AOÛT 2018 Sous-titrage pour sourds M 12 R Audiovision pour aveugles 1Z1 et malvoyants =I EN Diffusion en haute définition Disponible en replay 1=1 IIIM 18 5.00 LM DANSES SYMPHONIQUES DE « WEST SIDE STORY » James Gaffigan fête les 100 ans de Bernstein Concert 5.45 M XENIUS Le permafrost Magazine 6.15 R ARTE REPORTAGE Magazine 7.05 L ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 M 360° GEO L’épicier volant de Lettonie Reportage 7.55 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 8.35 LEM LES HYÈNES DE HARAR Documentaire 9.20 LM CERVIN 1865  : UNE PREMIÈRE TRAGIQUE Documentaire 10.50 LM L’ALLEMAGNE SAUVAGE Voyage aux sommets ; La Rhön Série documentaire 12.20 LEM PAYSAGES D’ICI ET D’AILLEURS Alsace Série documentaire 12.50 L ARTE JOURNAL 13.00 ARTE REGARDS Comment endiguer la violence juvénile en Italie ? Reportage 13.35 M AUSTIN POWERS Film 15.35 EM NAISSANCE D’UNE SAGE-FEMME Documentaire et malentendants 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission 17.05 R XENIUS Les glaciers alpins Magazine 17.35 L ER PAYSAGES D’ICI ET D’AILLEURS Mer des Wadden Série documentaire 18.05 L R LES MILLE ET UNE TURQUIE La Cappadoce et l’Anatolie du Sud-Est Série documentaire 19.00 L R PETITS MOINEAUX, GRANDES VILLES Documentaire 19.45 L ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.50 60 STARBUCKS SANS FILTRE Documentaire 22.25 LES NETTOYEURS DU WEB Documentaire 0.05 GLOBAL FAMILY Documentaire 1.25 LM ARTE JOURNAL 1.45 LM L’APPRENTI BOURREAU Film 3.15 L E SUR LES TOITS DES VILLES Bangkok Série documentaire 4.05 M ARTE REGARDS De jeunes médecins s’installent en milieu rural Reportage Pour mieux profiter d’ARTE Multidiffusion Rediffusion Version française Version originale sous-titrée en français Vidéo à la demande Version originale sous-titrée en français Soirée présentée par Andrea Fies PREMIERES LIGNES/ARTE 20.50 Thema Starbucks sans filtre Comment la chaîne américaine de cafés, désormais planétaire, a conquis les classes moyennes urbaines. Cette investigation sur trois continents dévoile la face soigneusement cachée de la marque à la sirène. Starbucks a imprimé sa marque verte et blanche aux rues des principales villes du monde, de Seattle, son berceau d’origine, à la côte Est, l’Europe et aujourd’hui la Chine, où une nouvelle enseigne ouvre toutes les quinze heures en moyenne – toutes les deux semaines à New York, dont les quartiers les plus centraux semblent pourtant saturés par le logo à la sirène. Avec ses quelque 28 000 enseignes dans plus de 75 pays et ses quelque 350 000 employés, la chaîne américaine de cafés se défend pourtant d’être une multinationale comme les autres. Les produits y sont présentés comme issus à 99% du commerce équitable, les salariés, comme des « partenaires ». Et dans l’Amérique de Trump, elle affiche comme valeurs cardinales la défense de l’environnement, la lutte contre les discriminations et la responsabilité sociale des entreprises. Comment le petit café alternatif ouvert en 1971 par trois copains amateurs d’expresso est-il devenu, en un demi-siècle, ce géant omniprésent de la mondialisation ? Arrivé comme directeur du marketing en 1981, son PDG aujourd’hui démissionnaire, Howard Schultz, qui a racheté l’affaire en 1986, a accompli un tour de force  : transformer un breuvage des plus banals en potion magique. De Londres à Shanghai, de Tours à Moscou, l’« expérience » Starbucks, synonyme de sophistication et de modernité, draine des foules prêtes à la payer au prix fort – soit 5 euros en moyenne. Luc Hermannet Gilles Bovon ont enquêté une année durant sur trois continents pour comprendre les raisons de ce succès phénoménal, et en révèlent la face cachée. DÉSILLUSIONS Car le redoutable arsenal marketing de Starbucks, sa rhétorique huma-
niste comme son positionnement haut de gamme dissimulent une réalité plus amère, elle aussi plus banale. Des dures conditions de travail, exposées grâce à une caméra cachée dans une enseigne parisienne, aux désillusions d’un petit producteur mexicain, des produits saturés de sucre et de gras à leur contenant non recyclable, des efforts pour contourner les lois fiscales à une politique immobilière prédatrice, Luc Hermannet Gilles Bovon révèlent le cynisme et l’obsession du profit derrière le masque des bons sentiments. Le portrait nuancé, mais sans concession, d’une entreprise emblématique de l’économie contemporaine. Lire page 6 Documentaire de Luc Hermannet Gilles Bovon (France, 2018, 1h33mn) - Coproduction  : ARTE France, Premières Lignes 22.25 Les nettoyeurs du Web Qui modère nos contenus en ligne ? Les réseaux sociaux contribuent-ils à l’accroissement de la haine ? Des Philippines à la Silicon Valley, une enquête exhaustive et brutale sur la violence à l’ère du Web. GEBRUEDER BEETZ Ignorer ou supprimer ? Cette question, les modérateurs des réseaux sociaux se la posent chacun vingt-cinq mille fois par jour. Aux Philippines, ils sont des centaines à effectuer ce travail que Facebook sous-traite à une multinationale  : purger le Net de ses images les plus violentes. De la pédopornographie aux décapitations terroristes, en passant par l’automutilation ou la simple nudité, proscrite par les chartes des grands groupes, l’impact psychologique des images les plus rudes – seul quotidien de ces abeilles ouvrières du Web – est aussi violent qu’ignoré par la Silicon Valley, pour laquelle le rendement passe avant tout. Mais les règles de modération imposées trouvent bien vite leur limite, dès lors que la question de l’art ou de lait.11111111LikLiF4i11.4:1Fr — J Ir 410..1..1.1 ",fror. politique fait irruption. Quelle est la frontière entre modération et censure ? Doit-on « nettoyer » les réseaux des images de guerre, alors qu’elles documentent les conflits ? Lorsque l’administration du président Erdogan demande aux géants des réseaux sociaux de supprimer des contenus d’opposition politique qu’elle juge terroristes, sous peine de bloquer les sites sur le territoire turc, pourquoi les entreprises s’exécutent- elles ? Comment ne pas y voir une logique froidement mercantile ? LE MAL DU XXI E SIÈCLE Quel est le meilleur moyen d’engranger de l’audience ? « L’indignation », répond Tristan Harris, ancien cadre de Google. En privilégiant les contenus choquants, les réseaux sociaux – seule source d’information pour un nombre grandissant d’internautes – voient leur vision segmentée s’imposer à leurs utilisateurs, polarisant une haine et déchaînant une violence bien réelles. C’est tout le paradoxe de ces nouveaux maîtres du Web, qui épuisent leurs sous-traitants à purger les réseaux tout en bâtissant des algorithmes au service de la colère. Un mal du XXI e siècle intelligemment expliqué par Hans Block et Moritz Riesewieck qui, des Philippines à la Silicon Valley, examinent les deux côtés de la chaîne dans un documentaire à charge, exhaustif et passionnant. Documentaire de Hans Block et Moritz Riesewieck (Allemagne, 2018, 1h25mn) - Production  : Gebrueder Beetz Filmproduktion mardi 28 août ARTE MAG N°35. LE PROGRAMME DU 25 AU 31 AOÛT 2018 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :