Arte Magazine n°34 18 aoû 2018
Arte Magazine n°34 18 aoû 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de 18 aoû 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Virginie Ledoyen, briser les chaînes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°34. LE PROGRAMME DU 18 AU 24 AOÛT 2018 8 Dirk van den Berg retrace une révolte islamiste menée en 1979 au cœur des lieux saints et réprimée avec l’aide occidentale. Un point aveugle de l’histoire, explique l’anthropologue Pascal Menoret *. Pascal Menoret Mardi 21 août à 22.45 Documentaire Le siège de La Mecque Lire page 19 La Mecque, 1979 Le massacre oublié Secrets « En novembre 1979, plusieurs centaines d’insurgés, qui dénoncent la corruption du régime saoudien et son alliance avec l’Occident, occupent pendant deux semaines la Grande Mosquée de La Mecque, avant d’être tués ou exécutés. Si leur histoire est fascinante, c’est qu’elle est à la fois spectaculaire et mystérieuse. Entre autres zones d’ombre, le bilan reste inconnu  : on parle de 4 000 à 5 000 morts, en majorité des rebelles et des pèlerins, mais aussi des soldats saoudiens  : une hécatombe perpétrée dans le cœur symbolique du monde musulman avec le soutien occidental, et pourtant oubliée. D’abord parce que la monarchie saoudienne, au moins au début, impose un black-out total sur l’événement. Ensuite parce que les Français, qui lui apportent un soutien décisif, en fournissant notamment du gaz lacrymogène qui servira d’arme chimique létale, ont aussi intérêt à garder le secret. Enfin, parce que la révolution iranienne, survenue au tournant de l’année 1979, a éclipsé le reste dans l’actualité de la région. » Tragédie « Comme une majorité de ses disciples, Juhayman al-Otaibi, le chef des insurgés, est un Bédouin saoudien. Il appartient à une population sédentarisée de force et marginalisée depuis au moins trois décennies. Avec un message apocalyptique, les rebelles occupent ce qui est aussi le centre symbolique du pays et sont massacrés sans appel. Cette dimension tragique constitue un autre élément de fascination. Oussama ben Laden présentera l’événement dans ses discours comme une tuerie impérialiste et l’invoquera, entre autres, comme justification du 11-Septembre. En dehors de cela, Juhayman n’a pas laissé d’héritage idéologique. Qu’il ait choisi l’action directe pour combattre le pouvoir saoudien n’en fait pas pour autant un précurseur d’Al-Qaida ou de Daech. » Fermeture « Une fois les rebelles exécutés, toute allusion à l’événement est proscrite. Après 1979, le pouvoir saoudien va donner un tour de vis supplémentaire, imposant à la société une islamisation autoritaire, par le haut, pensant ainsi désamorcer de futures révoltes. Ce qui trahit une forme de naïveté, car ce sont des revendications sociales et politiques, au moins autant que religieuses, qui ont porté le mouvement. En parallèle, la répression s’intensifie contre toute forme d’opposition, notamment islamiste. Le film de Dirk van den Berg donne un accès assez exceptionnel à l’un des pays les plus fermés au monde. Le régime contrôle étroitement son image, ne délivre aux journalistes que des visas de courte durée et réprime impitoyablement l’expression des Saoudiens. » Propos recueillis par Irène Berelowitch * Spécialiste de l’Arabie saoudite, Pascal Menoret, qui intervient dans le documentaire, lui a consacré plusieurs livres, dont Royaume d’asphalte, le dernier en date (2016, La Découverte). K2-OUTREMERFILM
TORBJØRN SUNDOL HOLEN/ZDF/MODERN TIME GROUP MTG LTD Coup de froid norvégien Jeudi 23 août à 20.55 Série Elven – La rivière des secrets Lire page 22 Thomas Lonnhoiden (Espen Reboli Bjerke) Originaire de Djupelv, petite ville dans l’extrême nord de la Norvège, proche des frontières finlandaise et russe, l’inspecteur Thomas Lonnhoiden est revenu s’y installer après avoir débuté sa carrière à Oslo. Policier intègre, perspicace et tenace, ce loup solitaire possède pour toute famille un oncle l’ayant en partie élevé, mais dont il s’est éloigné. Au fil des épisodes, Thomas doit à la fois affronter les fantômes d’un passé remontant à la perte de ses parents – au cours de la guerre froide – et enquêter sur une main tranchée retrouvée aux abords d’une rivière par une petite fille, Silja, qui disparaît peu de temps après. Ne supportant ni les habitants de Djupelv, auxquels il reproche leur mutisme et leurs mensonges, ni l’inertie de l’armée, qu’il soupçonne d’être impliquée dans l’affaire, il trouvera une précieuse alliée en la personne de la jeune militaire Mia Holt. Mia Holt (Ingeborg Sundrehagen Raustol) Très bien notée par ses supérieurs, Mia Holt exerce ses fonctions d’officier militaire sur la base de Djupelv – en proie à un climat de tension causé par la recrudescence d’activité de l’armée russe à proximité de la frontière finlando- norvégienne. Mia dirigeait les manœuvres de nouvelles recrues lors de la disparition de Silja – et avait interdit la zone à Thomas. Rongée par la culpabilité suite à la mort de l’enfant, elle mène sa propre enquête avant de coopérer avec la police pour élucider les circonstances troubles qui entourent les différents meurtres. Mais sa probité semble trop belle pour être honnête  : sa hiérarchie la soupçonne d’être un agent double au service des Russes... Mystérieuse disparition et guerre froide sont les ingrédients de la série Elven – La rivière des secrets, nouvelle perle noire du thriller scandinave. L’intrigue y est portée par des personnages passés maîtres dans l’art de la dissimulation. Portraits. Grace Anti (Anne Magga Wigelius) La mère de Silja mène elle aussi une vie à double fond  : travaillant dans un bar, elle s’y prostitue occasionnellement pour le compte de son patron, avec des soldats de la base. C’est pour la bonne cause, pense-t-elle, gardant chevillé au corps l’espoir de parvenir à mettre suffisamment d’argent de côté pour pouvoir quitter Djupelv – qu’elle exècre – et emmener sa fille avec elle. Mais à la mort de Silja, sa vie s’écroule. Auparavant hébergée par sa mère avec laquelle elle entretenait des relations conflictuelles, elle trouve asile et apaisement chez le pasteur de la ville. Mais son ancien employeur parvient à la retrouver et la harcèle tant qu’elle accepte à contrecœur de remplir une mission périlleuse... Laure Naimski ARTE MAG N°34. LE PROGRAMME DU 18 AU 24 AOÛT 2018 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :