Arte Magazine n°32 5 aoû 2000
Arte Magazine n°32 5 aoû 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de 5 aoû 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : l’amour dévoilé... Yamina Benguigui enquête sur la sexualité en Orient

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
jeudi 10 août Au Proche-Orient, la cuisine est une source de jouissance et de bonheur, un plaisir du don et de l’échange. La 2001 e nuit ●●● Le titre du documentaire de Yamina Benguigui évoque le livre d’Al Nafzaoui, le Jardin parfumé où s’ébattent les plaisirs, véritable manuel érotique arabe, équivalent du Kama Sutra. M a g h reb comme au pays de l’exil, les traditions se perpétuent. Le couple reste soumis à la religion et la femme à l’homme, père ou f r è re. À Marseille, un jeune Franco-Algérien s urveille sa sœur. Au « bled », un vieil hommet ruculent se vante de ses conquêtes… Aziza est danseuse à Marrakech. Le soir, il enlève sa robe et redevient Aziz, mari et p è re. Son épouse accepte sa « re l a t i on d’homme à homme ». Au hammam, paradis de vapeur et de sensualité, puis dans un salon de coiff u re, des Algériennes confient leur vie de femme. L’une s’est mariée à qu a t o rze ans et a divorcé plusieurs fois depuis. Elle raconte les cris de la pre m i è re nuit, le passage à l’hôpital pour re f erme r l’hymen. Aujourd’hui, elles en rient... Tou t e s revendiquent leur liberté, avec plus ou moins de ferv e ur. Le mari d’Ourya est part i pour trois mois. Elle aff irme se sentir plus l i b re mais, quelques instants après, on la ret rouve en larmes… En bigoudis, ces femmes mûres et chaleureuses se mettent à chanter « El Djazair », l’Algérie, leur pays me urtri... On le voit, l’ambition de Ya m i n a Benguigui n’est pas de tout dire, mais bien de privilégier l’émotion et la sincérité : « E n proposant un film initiatique qui relie l’Orient aux pays de l’exil, sans jamais choquer ni pro v o qu er, ni prétendre tout expliquer, j’ai privilégié l’angle humain. Ce voyage essaie de répondre à quelques-unes de ces questions sans réponse, de soulever un coin du voile, de libérer une parole taboue, quant à des comportements, des gestes, qui révèlent la sensualité. » 24 - ARTE MAGAZINE n°32 - 5 août > 11 août 2000 21.40 L’Orient à petit feu Documentaire de Jacques Debs (France, 2000-59mn) Coproduction : ADR Productions, La Sept ARTE À la recherche d’un Orient intime qui se mijote dans les cuisines… B e y routh au Liban, Alep en Syrie, Te l - Av i v en Israël et Ramallah en Palestine : quatre étapes dans quatre pays du Pro c h e - O r i en t dont les peuples s’entre - d é c h i rent depuis un siècle. Hanté par ces guerres et par ces haines, le réalisateur, libanais, est parti à la re c h erche d’un autre Orient, un Orient plus feutré, plus intime, qui se mijote dans les cuisines et qui se perd dans le labyrinthe des identités. Il re n c on t re des hommes et des femmes qui nous révèlent le rapport de l’Orient à la cuisine et à l’art culinaire, et nous invitent à partager la recette d’un bonheur p erdu, celui de la convivialité et de l’hospitalité… La recette de Fatmé : la kibbé au four La kibbé au four que prépare sous nos yeux Fatmé, à Alep, est un plat typique de tous les pays du Levant. Pour 6 personnes, découpez 500 g de gigot d’agneau désossé en gros cubes et passez-les deux fois au hachoir électrique. La deuxième fois, rajoutez un oignon et un poivron rouge. Versez la pâte dans un grand plat creux, assaisonnez de sel et de poivre (doux et noir) et ajoutez 300 g de bourghol fin, préalablement tre m- pé pendant 15 mn et essoré. Malaxez avec vigueur pour que le bourghol se fonde bien dans la pâte. Préparez ensuite la farce avec 3 cuillerées à soupe d’huile d’olive en faisant revenir séparément un oignon haché, 150 g d’agneau haché et 50 g de pignons. Mélangez-les sur le feu et assaisonnez de sel et de poivre. Beurrez un plat à four de 25 cm de diamètre. Étalez la moitié de la pâte, après l’avoir ramollie à l’eau glacée, sur une feuille en plastique et déposez-la sur le plat. Étalez la farce sur cette couche. R e c ou v rez la farce d’une autre couche de la pâte. Égalisez à la main puis découpez en huit parts avec un couteau (voir le dessin de Fatmé dans le film). Dispersez des bouts de b e urre ou versez un peu d’huile. Faire cuire à four chaud pendant 40 mn. Servez chaud avec une salade de tomates assaisonnée à l’huile d’olive et au citron. Bon appétit !
22.35 Film Les mille et une nuits (Il fiore delle mille e una notte) Film de Pier Paolo Pasolini (Italie, 1974-2h05mn) - VF Scénario : Pier Paolo Pasolini et Dacia Maraini, d’après les contes des Mille et Une Nuits Avec : Franco Merli (Noureddine), Ines Pellegrini (Zoumourroud), Ninetto Davoli (Aziz), Tessa Bouchè (Aziza), Franco Citti (le démon), Elisabetta Vito Genovese (Munis), Margareth Clémenti (Boudour)… Photographie : Giuseppe Ruzzolini Montage : Nino Baragli, Tatiana Casini Morigi Décors : Dante Ferretti Costumes : Danilo DonatiMusique : Ennio Morricone Production : PEA(Rome), Artistes Associés (Paris) Grand Prix spécial du Jury, Cannes 1974 Chef-d’œuvre narratif, hymne joyeux au désir et au sexe, ce troisième volet de la « trilogie de la vie » pasolinienne est la plus fidèle transposition cinématographique des contes des Mille et Une Nuits. La belle Zoumourroud est mise en vente sur un marché aux esclaves. Elle refuse tous ses prétendants et choisit de devenir la maître s- se du jeune Noureddine, à qui elle off re ellemême de l’argent pour qu’il l’achète. Le lendemain de leur nuit de noces, Zoumourrou d raconte à Noureddine l’histoire du roi Haro un El-Rachid et de la reine Berh a me, m on arques nomades qui font un pari sur l’amour entre un jeune garçon et une jeune fille… Peu après, Zoumourroud se fait enlever par un « chrétien aux yeux clairs » et N ou reddine part à sa re c h erche… Le petit oiseau va sortir Il fiore delle mille e una notte, textuellement « La fleur des mille et une nuits », dans le sens de « florilège », est, comme son titre l’indique, un choix de récits tirés du célèbre recueil de la tradition orientale. Ce film en contient six, que Pasolini a réorganisés de manière magistrale et sophistiquée grâce à une série de tiroirs, de renvois et de parallélismes, composant une véritable « dentelle narr a t i v e » (cf. Hervé Joubert - L a u rencin, P a s o l i n i, P ortrait du poète en cinéaste, éd. Cahiers du cinéma). Le fil conducteur est formé par l’h i s t o i re de Noureddine, le puceau rigolard, et de Zoumourroud, l’esclave semi-aff r a n- chie. Ils s’achètent mutuellement, vivent leur nuit de noces, sont cruellement séparés et se ret rouvent miraculeusement après bien des péripéties. Péripéties qui, toutes, racontent le jeu complexe des relations amoureuses (indiff é remment sentimentales et sexuelles, hétéros et homos), les rapports à la fois raffinés, violents, sensuels et cru e l s en t re les êtres, qu’ils soient rois ou serv i- teurs, nomades ou prisonniers. Dans une s orte de réalisme fabuleux, dépouillé de tout merveilleux inauthentique, Pasolini glorifie poétiquement le corps et érige le désir en un état de grâce aérien où tous les bonheurs sont permis, tous les malheurs aussi. L’errance initiatique de Noureddine devient un voyage enchanté à travers le langage du sexe, qui se déploie au cœur d’un monde arabe ancien reconstitué en décors nature l s (Yémen, Érythrée, Iran, Népal). ARTE MAGAZINE n°32 - 5 août > 11 août 2000 - 25 Noureddine (Franco Merli) et Zoumourroud (Ines Pellegrini) : un parfum de l’Orient brûlant, un hymne au désir aussi léger qu’un oiseau. « La vérité n’est pas dans un seul rêve mais dans une multitude de rêves. » Il était une fois Aziz (Ninetto Davoli) : les histoires succèdent aux histoires, les amours aux amours…



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :