Arte Magazine n°32 5 aoû 2000
Arte Magazine n°32 5 aoû 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de 5 aoû 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : l’amour dévoilé... Yamina Benguigui enquête sur la sexualité en Orient

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
m erc redi 9 août > Flash Bach Durant toute l’année 2000, ARTE propose Flash Bach : de brèves rencontres surprises avec les plus belles œuvres de Bach, interprétées par les grands musiciens, détournées par les jazzmen et les humoristes, revues par de jeunes cinéastes. Ce soir à 21.35 : Vite, vite Court métrage de Dorothée Sebbag (France, 2000-5mn) Coproduction : La Sept ARTE, FEMIS En partenariat avec 21.40 Les chants des Maori Documentaire de Manfred Waffender (Allemagne, 1997-53mn) ZDF (Rediffusion du 22 juillet 1998) Le chant est indissociable de la vie quotidienne et des rituels du peuple maori. Manfred Wa ffender part à la découverte de la plus ancienne tradition culturelle de Nouvelle-Zélande. Les chansons, ou w ai a t a, et les chants accompagnés de danses font partie intégrante de la culture maori. Le plus connu en dehors du pays est le h a k a, chant accompagné de mouvements agressifs et d’exp ression faciales destinés à intimider les a d v e r s ai res, pratiqué aujourd’hui par les équipes de ru g b y. Il y a également le k a r a n- g a, chant de deuil ou de bienvenue, et l’« action song », qui incorpore les bruits de la n a t u re. Pour mieux compre n d re ces musiques diverses et leur importance dans la tradition orale des Maori, ce film pro p o s e des images de rituels captés sur place en N ou v e l l e - Z é l a n de. Nous sommes guidés par le sexagénaire Wi Kuki Kaa, comédien maori qui a joué dans plus de vingt films ou téléfilms intern a t i o- naux. Très au fait de la mentalité occidentale ainsi que des coutumes locales, Wi Kuki Kaa est un k a u m a a t u a, un sage re s p e c t é par son peuple pour son vécu et ses connaissances. Manfred Waffender M a n f red Wa ffender a réalisé SteveReich, d o c u me n t ai re nominé au Prix Italia en 1995 et diffusé sur ARTE. Il a également signé un p ort r ai t - c on c ert du Kronos Quartet diff u s é sur la chaîne. Ce programme s’inscrit dans le cycle « Voyages en musiques ». Rendez-vous dimanche 13 août avec Music City San Francisco dans « Maestro ». 20 - ARTE MAGAZINE n°32 - 5 août > 11 août 2000 22.35 Bel canto : les grands ténors Helge Rosvaenge Série documentaire de Jan Schmidt-Garre (Allemagne, 1997-30mn) ARD/NDR À la découverte des ténors légendaires de la première moitié du siècle, héritiers de la grande tradition du bel canto. Ce soir, Helge Rosvaenge, un ténor des plus « polyvalents ». Le ténor danois Helge Rosvaenge (1897- 1972), sans être un styliste inspiré, était un m a î t re de la polyvalence. Ténor lyrique dans Mozart, il pouvait aussi tenir des rôles i n t ermé d i ai res ou héroïques dans Beethoven, Wagner ou Verdi. Comme les ténors italiens de cette époque, il chantait avec une ardeur emphatique qui donne à l’e n re g i s t rement de l’air de Florestan, analysé dans le documentaire, une puissance pathétique sans pareille. L’auteur s’attache à retrouver dans le Berlin d’a u j o urd’hui les traces de la capitale prussienne des années trente et quarante. Il re n c on t re des témoins de l’époque, E i n h ard Luther, Gert rud Rosvaenge, la veuve de Helge, son biographe Ole Harbo, le chanteur Waldemar Kmentt et l’historien Shlomo Zilbersteyn. Rosvaenge interprète le monologue de Florestan de F i de l i o (Beethoven), le lied « Feuerreiter » de Hugo Wolf ainsi que des airs de Meyerbeer et de Flotow. Helge Rosvaenge Helge Rosvaenge (1897-1972) brillait par ses si et ses d o aigus que bien des ténors ne pouvaient atteindre. Chimiste de forma- tion, il fait ses études à Copenhague et à Berlin avant de débuter en 1921 à Neustrelitz (Poméranie). Il arrive en 1929 au Berliner Staatsoper où il se produit avec autant de succès qu’à Salzbourg et à Vienne, où il accomplit l’essentiel de sa carr i è re jusqu’à la fin des années cinquante.
23.05 Profil. Frank Lloyd Wright (2) « Je suis un architecte de génie » Documentaire en deux parties de Ken Burns (Grande-Bretagne, 1998-55mn) ARD/BR (Rediffusion du 24 juin 1998) Deuxième partie du parcours à travers la vie mouvementée et l’œuvre monumentale de l’architecte américain Frank Lloyd Wr i g h t (1876-1959). P armi les quelques 800 édifices conçus par le très immodeste architecte Frank Lloyd Wright, le bâtiment édifié pour abriter les collections du musée Guggenheim de New York fait date. Il fut inauguré en 1959, mais l’architecte avait travaillé dès 1925 sur cette f orme inattendue de spirale. Wright a aussi signé l’un des plus beaux immeubles de b u reaux jamais réalisés aux États-Unis, celui de la société Johnson-Wax dans le Wisconsin. « Un palais, une église, une i m pression de flottement dans l’air », dit son collègue l’architecte Philip Johnson. L’homme qui concevait cette arc h i t e c t u re r é v o l u t i on n ai re était lui-même un personnage hors du commun. Il mettait à rude épre u- ve les nerfs de ses clients et en mena plus d’un à la faillite. Mais nombre d’entre eux ont a ff irmé que la re n c on t re avec Lloyd avait été l’événement le plus marquant de leur vie. Un million de dollars sous terre… F.L. Wright compte 800 édifices à son actif. 00.00 La lucarne. W.I.S.O.R. Robot en sous-sol Documentaire de Michel Negroponte (États-Unis, 2000-1h10mn) ZDF Dans les entrailles de New York, un formidable réseau distribue de la vapeur d’eau. Pour entretenir ce labyrinthe, la ville s’est offert W.I.S.O.R… À New York, un impressionnant réseau sout errain fournit de la vapeur d’eau à des milliers de pressings, saunas et bâtiments publics (comme le Rockefeller Center ou le World Trade Center). Certains s’en serv en t comme source d’énergie, d’autres comme mode de chauffage. Ce réseau plus que c en t en ai re nécessite des réparations constantes. Or personne ne peut s’aventurer à l’intérieur de ce labyrinthe où la tempér a t u re atteint 135 degrés. Pour procéder à l’e n t retien des tuyaux sans éventrer les ru e s de la « grande pomme », la ville s’est off ert un robot d’un million de dollars : W. I. S. O. R … ARTE MAGAZINE n°32 - 5 août > 11 août 2000 - 21 Fax Christophe Otzenberger tourne sa première fiction pour ARTE Au cours des audiences de la 23 e chambre correctionnelle de Paris, Christophe Otzenberger a croisé un jour trois jeunes adultes condamnés à une peine d’exil hors d’Île-de-France pour avoir revendu du haschich. Malgré ses recherches, le réalisateur n’a jamais pu savoir ce qu’ils étaient devenus. L’idée d’A u t re me n test partie de son désir de le savoir, donnant le jour à un projet de fiction pas comme les autres, au principe particulièrement novateur. Christophe Otzenberger met en situation trois jeunes qu’il nomme Sandrine, Hélène et Ya nn. Interdits de séjour en Île-de-France, les trois amis se retrouvent dans une petite ville de province, à charge pour eux de trouver du travail, de s’insérer, bref, de se confronter à la réalité. Mais que propose la société à ces jeunes en rupture de ban ? Est-il possible de changer de vie ? Christophe Otzenberger poursuit avec cette première fiction son travail pointu d’observation de la société. Le tournage d’A u t re me n t a lieu du 12 juin au 12 août 2000 à Paris et en province. Avec, dans les rôles principaux, Léna Bréban (Hélène), YannTregouët (Thierry) et Céline Cuingnet (Sandrine). Ce téléfilm est coproduit par La Sept ARTE et the factory. Christophe Otzenberger est un documentariste confirmé à qui l’on doit la Conquête de Clichy (1 9 9 4) , un film très remarqué. Il a également réalisé pour ARTE Une journée chez ma tante (1 9 9 5) et Fragments sur la misère (1998). Contact presse Virginie Doré : 01.55.00.70.46 vdore@paris.arte.fr assistée de Grégoire Mauban : 01.55.00.70.48 gmauban@paris.arte.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :