Arte Magazine n°32 5 aoû 2000
Arte Magazine n°32 5 aoû 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de 5 aoû 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : l’amour dévoilé... Yamina Benguigui enquête sur la sexualité en Orient

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
d i m a n c h e6 août Beauté divine 22.15 La beauté revisitée en Avignon Documentaire de Bernard Tournois (France, 2000-45mn) Cet été, Avignon est la capitale de la beauté. Tandis que Christian Lacroix « habille » la ville, soixante-dix artistes exposent leur vision du beau. Parcours sensible dans un labyrinthe merveilleux. P artir à la re c h erche de la beauté, c’est en t re pre n d re une quête initiatique. Bern ard To urnois a arpenté Avignon en compagnie de Christian Lacroix, chargé d’« habiller » la ville, et de Jean de Loisy, commissaire général de l’exposition « la Beauté ». Ce dernier a rassemblé dans diff é rents lieux les travaux d’une pléiade d’artistes de toutes disciplines. La beauté In Fabula. Sise au Palais des papes (« un corps chargé de trésors », dit Christian Lacroix), cette exposition occupe vingt-deux salles. Dans la plupart d’entre Avignon accueille l’exposition « la Beauté » jusqu’au 1 er octobre 2000 dans le cadre des festivités organisées par la Mission nationale pour la célébration de l’an 2000. 10 - ARTE MAGAZINE n°32 - 5 août > 11 août 2000 elles se côtoient des œuvres du passé (et a p p artenant à des civilisations diverses) et des œuvres contemporaines. On re n c on t re Annette Messager ; Rebecca Horn parle de sa passion pour Diane de Poitiers ; La Monte Young (inventeur de la musique minimaliste et répétitive américaine) présente The We l l Tuned Piano, une œuvre de 6h30 ; Pierre et Gilles mettent en scène la femme de Ti m B urton, photographiée en déesse de l’a m our … La nature à l’œuvre. Au Rocher- de s - D o m s, à l’Espace Jeanne-Laurent, l’arc h i t e c t e espagnol Vicente Guallart a imaginé un parcours qui montre comment notre re g ard c h erche dans la nature les éléments forme l s, les couleurs et les matières qui nourr i s s en t l’i m a g i n ai re. De multiples cheminements sont possibles à travers trois règnes : le minéral, le végétal et l’animal. Décors à corps. Les architectes Stéphane Maupin et Julien Monfort ont fait de l’ancien atelier de réparation des tramways, le Clos des Trams, un superbe lieu de transforma- tion des corps. Ou comment de jeunes artistes qui ont fait du corps leur terr i t o i re d’e x pression inventent les esthétiques de nos vies quotidiennes à travers quatre ateliers : morphing, coiff u re, maquillage et parure. Bern ard To urnois a rencontré le maquilleur Topolino (Björk dans H o m o g en i c), le coiffeur de stars Barna b é, les stylistes Isabelle Ballu et Éric Halley (auteur d’un paravent transparent et déformant…), mais aussi Séraphin D. Ducelier (avec ses métamorphoses de danseurs) et X i t ron, qui transforme son pro pre corps en c r é a t u re infern a le.
23.05 Addis Abeba, le marché de la beauté Reportage de Juliana Ruhfus (Allemagne, 1999-26mn) Dans la série « 360 ° - Le reportage GEO » (Rediffusion du 3 mai 1999) Les Éthiopiennes, top de l’exotisme… Les mannequins jouent un rôle de plus en plus important dans le monde de la mode. Au fil des années, diff é rents types de femmes sont proposés en modèle – les N o i res sont actuellement dans le vent. À L on d res, les agences des Éthiopiennes Lina Kalifa et Natalina Pezzani sont en quête de nouveaux visages. Car le marché ne veut plus de traits classiques à la Naomi Campbell, mais des filles plus « exotiques ». Les deux chasseuses de têtes se re n de n t dans leur pays d’origine dévasté par la guerre et la famine... 23.30 Faut-il souffrir pour être beau ? Reportage de Chris Ledger (Allemagne, 1999-26mn) Dans la série « 360 ° - Le reportage GEO » (Rediffusion du 6 mai 1999) Clubs de gym, chirurgie esthétique, régimes… N o m b re d’individus se sentent mal dans leur peau, se trouvent trop grands ou tro p petits, n’aiment pas leur nez ou leurs cheveux. Ils re g ardent avec envie les top models et les cover boys qui s’affichent à la télévision et illustrent les pages des magazines. Chaque société a ses idéaux de beauté. Mais en cette fin de siècle, les médias ne connaissent plus aucune limite lorsqu’il s’agit de promouvoir le culte du corps : clubs de gym, chirurgie esthétique, conseils beauté, régimes, etc. Les eff ort s s u rhumains de certains pour se conforme r aux canons esthétiques du moment les conduisent parfois dans la salle d’attente des psychiatres... Le modèle éthiopien... Le culte du muscle dans les clubs de gym. Quand la vérité de l’amour sort de la bouche d’un perroquet... ARTE MAGAZINE n°32 - 5 août > 11 août 2000 - 11 00.00 La porte des nuages (The Cloud Door) Court métrage de Mani Kaul (Inde, 1995-29mn) Musique : Usted Zio Foriduddin Dagar Avec : Anu Arya Aggarwal (Kurangi), Murad Ali (Ratnasen) Production : Regina Ziegler/Westdeutscher Rundfunk (Rediffusion du 12 décembre 1995) Un poème sensuel dans une Inde de légende. Dans un château du Rajasthan, la princesse Kurangi écoute son perroquet lui parler de l’amour que lui porte en secret le jeune Ratnasen. Le père de la princesse, qui a entendu une partie des propos licencieux de l’oiseau, menace de le tuer. Kurangi lui sauve la vie de justesse. Nous la ret rou v on s p armi les jeunes filles de la cour qui se baignent nues. Le perroquet la rejoint, elle entre avec lui dans l’eau. Soudain, l’oiseau pre n d son envol vers les montagnes à la re c h erc h e de Ratnasen. Un oiseleur le capture et l’emmène au marché où Ratnasen le re c on n a ît. L’oiseau de l’amour Réalisateur d’une vingtaine de films, Mani Kaul est également un critique d’art, un musicologue renommé et l’auteur d’un ouvrage sur l’esthétique du cinéma. Ses films sont tous inspirés par ses recherches sur la culture indienne. La Porte des nuages re prend un thème familier de la mythologie et de la littérature indiennes. Le scénario s’inspire essentiellement de tro i s s o urces : la pièce en langue sanscrite du poète indien Bhâsa, Av i m a r a k a, dont on situe la rédaction entre le V e et le VII e siècle ; le roman d’amour en vers Padmavat de Malik Muhammad Jayasi, écrit au XVI e siècle ; et un récit érotique indien anonyme, S u k s a p i ti. L’oiseau qui, dans ce court métrage, susurre des propos légers à l’ore i l l e de Kurangi et guide Ratnasen vers sa bien-aimée, est « l’oiseau de l’amour » de la tradition indienne. Mais c’est aussi un symbole universel que l’on retrouve aussi bien dans l’Égypte ancienne que dans la peinture moderne et contemporaine (Manet, Léger, Botero).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :