Arte Magazine n°31 29 jui 2000
Arte Magazine n°31 29 jui 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de 29 jui 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : nuits d'Orient.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
19.00 Archimède Magazine scientifique européen 19.45 Météo 19.50 ARTE Info’émission d’actualité e la rédaction d’ARTE 20.15 Reportage Danse avec un fauteuil Réalisation : Sophie Pons 20.45 La vie en face Dans les égouts de Paris Documentaire de Gudrun Hanke El Ghomri 21.45-00.30 Thema Parfums 21.45 ous les parfums de l’Arabie Documentaire de Maud Molyneux t Jacqueline Blanc-Mouchet 23.15 Odeurs de vie Documentaire de Jacqueline Blanc-Mouchet et Maud Molyneux 23.50 Le mythe du N°5 Documentaire de Maud Molyneux Réalisation : Frédéric Lossignol 00.20 Sans toi Court métrage d’Éric Mahé 00.30 Samurai Fiction (r) ilm de Hiroyuki Nakano 02.20 Cartoon Factory Dessins animés 03.00 Fin des programmes es horaires correspondentux codes PDC, auf indication contraire. m ard i 1 e r a o û t 19.00 Archimède Magazine scientifique européen de Philippe B ou l a n g er, Hervé Guérin, Jean-Jacques Henry, Jonas Rosales et Hervé This (France,1999-43mn) Coproduction : La Sept ARTE, Ex Nihilo, Aune Productions, avec la collaboration du CNRS Images Média/FEMIS LASEPTARTE (Rediffusion du 2 novembre 1999) ● Voir : turbulence (archives ONERA) Les hydrodynamiciens recréent en laborat o i re le sillage des bateaux. Ils obtiennent des images de turbulences. ● Pourquoi : qui descend de qui ? Un pédagogue répond à la question de Noé : « P ourquoi l’homme descend-il du singe ? » ● Brève : place du marché Quel est le prix d’un résultat scientifique ? ● Expérience : vide Kamil Fadel réalise plusieurs petites expériences historiques sur le vide au Palais de la Découverte. ● Sciences animées : cavitation Comment optimiser la vitesse des hélices d’un avion. ● Portrait : André Nel Paléo-entomologiste au Muséum national d’h i s t o i re naturelle, il s’intéresse aux insectes fossiles. ● Brève : une bonne descente Comment vider une bouteille le plus vite possible ? ● Application : microalgues Le biologiste Claude Gudin se passionne pour des végétaux microscopiques peu étudiés, les microalgues. Il en existe 30 000 espèces. Il explique comment, de cet herbier minuscule, peuvent naître les médicaments de demain. 20.15 Danse avec un fauteuil Réalisation : Sophie Pons (France, 2000-26mn) ARTE G.E.I.E. Reportage À Bordeaux, une compagnie de danse mêle personnes handicapées et valides. Un combat quotidien. Sandrine a 32 ans et une myopathie qui l’a réduite au fauteuil roulant. Jeannick et Cyril, deux infirmes moteurs cérébraux, ne peuvent contrôler leurs mouvements. Tous trois sont pourtant membres de la Klaus Compagnie, une jeune troupe bord e l ai s e de danse contemporaine qui compte aussi une douzaine de danseuses « valides ». Sur scène, le chorégraphe Pascal Croce joue de l’opposition entre les corps déformé s des uns et la plastique parfaite des autres. Les ovations qui saluent leurs spectacles sont une re v a n c h e : pour les « invalides », une revanche sur la vie ; pour les « valides », un pied de nez à une société où seule prime l’apparence extérieure. Mais, au jour le jour, le fonctionnement d’une compagnie intégrant des handicapés moteurs lourds est un véritable défi. Sans cesse, la Klaus Compagnie doit se battre pour obtenir des sièges accessibles, des moyens de transport adaptés… Sophie Pons les a suivis pendant deux mois dans ce combat quotidien, qui montre les diff i c u l- tés de l’intégration sociale des handicapés.
20.45 Dans les égouts de Paris Sous les pavés... les égouts. La ville de Paris re produite en version souterraine, avec plus de 2 000 km de voies, les mêmes noms de rues, et une tout autre population. Documentaire de Gudrun Hanke El Ghomri (Allemagne, 1998-59mn) SWF (Rediffusion du 1 er septembre 1998) Plus de 2 000 km d’égouts sillonnent le sous-sol parisien. Ce réseau souterrain que l’on peut parcourir à pied re produit fidèlement les rues de Paris. À chaque voie de surface correspond une galerie souterraine p o urvue d’une plaque portant le même nom. La « ville sous la ville » est loin d’être d é s erte. Elle est peuplée d’ouvriers aff e c- tés à l’entretien et au nettoyage quotidien des canalisations. La pre m i è re ébauche du système actuel d’évacuation des eaux usées est due à l’ingénieur Eugène Legrand, qui en conçut le plan en 1850 à la demande du baron Haussmann. Depuis, le réseau a été continuellement complété et élargi. Aujourd’h u i, la moindre détérioration des canalisations, le moindre dysfonctionnement, comme la f ormation de gaz nocifs, sont enre g i s t r é s par un système de surveillance informa t i- sé. Pourtant, les méthodes de nettoyage sont toujours les mêmes qu’à l’époque de l’ingénieur Legrand. Le film présente le travail des équipes dans les entrailles de la ville, un travail qui s’effectue dans des conditions extrêmement d i fficiles. À la poussière, à l’air vicié et à l’étroitesse des lieux s’ajoute le manque de lumière, puisque le seul éclairage dont disposent les ouvriers, c’est celui de leur Là où nous allons, les touristes ne vont pas. lampe frontale. On a donc développé d’importantes mesures de protection et d’hygiène visant à diminuer les risques d’infection, comme les vaccinations obligatoires contre la leptospirose, une maladie mortelle transmise principalement par les rats... Une ville par en dessous Ce ne sont pas les égouts aseptisés des visites touristiques que l’on voit dans ce d o c u me n t ai re, mais les « vrais » égouts de Paris : couloirs dégoulinants, îlots d’ordures dans l’eau des canaux, insectes sur les murs... On comprend l’obsession des ouvriers pour la douche dès qu’ils re m on - tent se défaire des odeurs. Mais le docu - me n t ai re illustre aussi leur passion pour le métier d’égoutier. Un métier qui compre n d des responsabilités, comme celle de contrôler les eaux usées pour détecter d’éventuels toxiques, et de petits plaisirs, comme la « chasse au trésor » destinée à ret rouver les clefs et autres objets tombés dans la ville souterraine... Les égouts de Paris furent d’abord immortalisés par Victor Hugo dans les Misérables (1862), comme le refuge des marginaux et des repris de justice. Depuis, ce monde souterrain n’a cessé d’inspirer la littérature et le cinéma.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :