Arte Magazine n°30 21 jui 2018
Arte Magazine n°30 21 jui 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de 21 jui 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : le monde dans l'objectif.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°30. LE PROGRAMME DU 21 AU 27 JUILLET 2018 8 Samedi 21 juillet à 23.30 Documentaire Cédric Villani Mathématique de la chauve-souris Lire page 11 Ce documentaire est disponible en replay pendant 60 jours. Cédric Villani Tous azimuts Cédric Villani cultive son atypie  : à la Maison des métallos, durant ses conférences sur les mathématiques où il disserte, en chaussettes, sur la mécanique des fluides ; à l’Assemblée nationale où, depuis qu’il a été élu en juin 2017 député de La République en marche dans la 5 e circonscription de l’Essonne, il arbore une lavallière colorée plutôt que la cravate de rigueur. Ce mathématicien au look de dandy gothique et à la notoriété de pop star est devenu en quelques années la coqueluche des médias, qui le baptisent le « Lady Gaga des mathématiques ». Issu d’une famille plutôt versée dans les arts et la littérature – son grand-père est peintre ; ses parents, professeurs de lettres ; son frère, compositeur –, l’adolescent se passionne, lui, pour l’art de la démonstration scientifique. Brillant, il obtient la meilleure moyenne de son académie au bac, avant de se classer quatrième au concours d’entrée de l’École normale supérieure. Sur les bancs de l’ENS, il s’exalte pour les équations complexes – « Certaines ont hanté mes jours et parfois mes nuits », racontet-il devant l’auditoire de la Maison des métallos – en même temps qu’il s’entiche de chemises à jabot et danse le pogo aux soirées. Médaillé Fields 2010, Cédric Villani s’est imposé comme une figure médiatique iconoclaste suscitant auprès du public un spectaculaire regain d’intérêt pour les mathématiques. Portrait. L’EXCELLENCE FRANÇAISE Mais c’est à sa médaille Fields que Cédric Villani doit sa renommée soudaine. Pratibha Patil, alors présidente de l’Inde, lui remet en 2010 cette récompense en or massif, ornée du portrait d’Archimède et décernée tous les quatre ans à quatre mathématiciens (au maximum) de moins de 40 ans. Cédric Villani devient une fierté nationale. Depuis, force est de constater qu’il donne de sa personne pour étendre le rayonnement de la France dans le domaine des sciences. Sollicité par le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, il présente en janvier 2018 un rapport sur l’enseignement des mathématiques, avec pour objectif de relancer l’attrait pour la discipline et d’améliorer le niveau des élèves français, particulièrement mal classés. Mais Cédric Villani refuse de se cantonner à son champ d’expertise et son ambition fait mouche  : c’est à lui que le Premier ministre Édouard Philippe confie un rapport stratégique, rendu en mars dernier, sur le sujet controversé de l’intelligence artificielle. Désormais, Cédric Villani prêche la bonne parole sur les plateaux télé, profitant de son aura pour rassurer ses compatriotes sur les dangers potentiels de cette révolution. Laetitia Moller artpEDITioNs Les huit conférences de Cédric Villani aux Métallos sont disponibles chez ARTE Éditions en coffret de quatre DVD, enrichis de bonus et de deux bandes dessinées de Pénélope Bagieu. AUDOIN DESFORGES/PASCO
PHILIPPE QUAISSE/PASCO Il est le nouveau « king of cool » d’Hollywood. À bientôt 38 ans, l’acteur Ryan Gosling, à l’affiche du « Summer of Lovers » d’ARTE, cache derrière un charme ravageur une personnalité complexe. Portrait en clair-obscur. La vie de Ryan Dimanche 22 juillet à 20.55 Film N’oublie jamais suivi du documentaire Ryan Gosling Lire page 13 Un pilote de voiture taiseux, chevaleresque et violent sillonne la cité des anges pour le compte de malfrats la nuit, et les plateaux de tournage le jour (Drive). Toujours à Los Angeles, un jeune musicien passionné de jazz tente de se faire une place au soleil, mais perd quelques idéaux et l’amour de sa vie en chemin (La La Land). Deux rôles charnières aux antipodes pour un même interprète, le Canadien Ryan Gosling, star au magnétisme et à l’humour imparables. Deux univers cinématographiques opposés pour un même lieu, la Mecque du septième art, comme les deux faces d’une carrière tracée hors des grands schémas hollywoodiens. Chez Ryan Gosling, l’art se nourrit de la vie et réciproquement, et ce, depuis des débuts précoces – rappelés ad nauseam par les médias – dans l’émission du Mickey Mouse Club, à l’âge de 12 ans. Auparavant, il y a eu une enfance morose dans des villes déclinantes de l’Ontario, une éducation mormone, un père ouvrier absent et une mère aimante qui promène son fils dans les cimetières. Élève en difficulté, le petit Ryan est surnommé « Trouble » (« problèmes »)  : raillé, solitaire et bagarreur, il est scolarisé à domicile durant une année. PARTITION SOLAIRE Au cinéma, cela se traduit par une prédilection pour des rôles de jeunes gens perturbés  : un néonazi juif dans Danny Balint (2001), un étudiant assassin dans Calculs meurtriers (2002), un enseignant junkie dans Half Nelson (2006). Propulsé jeune premier romantique par le succès de N’oublie jamais en 2004, il est amoureux transi... d’une poupée gonflable dans Une fiancée pas comme les autres, trois ans plus tard. Son côté obscur s’épanouit dans des rôles d’hommes énigmatiques, mutiques chez Nicolas Winding Refn (Drive, Only God Forgives), ou brisés chez Derek Cianfrance (Blue Valentine, The Place Beyond the Pines), et culmine dans son premier blockbuster, l’apocalyptique Blade Runner 2049. En toute logique, sa première réalisation, Lost River (2014), sous influence de David Lynch et de La nuit du chasseur, installe une mère et ses fils dans le décor hanté de Detroit en ruines, tandis que son groupe de folk rock gothique, créé en 2008, porte le nom de Dead Man’s Bones. Car la musique est le versant solaire de Ryan Gosling ; il y est initié tout enfant par un oncle imitateur d’Elvis Presley et par sa mère, qui lui fait écouter Chet Baker. Compositeur, guitariste et chanteur, il manie le ukulélé dans Blue Valentine, fredonne en espagnol dans The Place Beyond the Pines, chante, danse et joue du piano pour Terrence Malick dans Song to Song, ainsi que pour Damien Chazelle dans La La Land. Sa prochaine partition ? Celle de l’astronaute Neil Armstrong dans le nouveau film du même Damien Chazelle, First Man. Marie Gérard ARTE MAG N°30. LE PROGRAMME DU 21 AU 27 JUILLET 2018 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :