Arte Magazine n°30 20 jui 2019
Arte Magazine n°30 20 jui 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de 20 jui 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Jack le magnétique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°30. LE PROGRAMME DU 20 AU 26 JUILLET 2019 8 Fondé dans le Sud ségrégationniste par deux Blancs, le mythique label Stax a accompagné l’émergence de trois personnalités afro-américaines qui ont forgé son identité soul. Stax  : les visages de la soul Otis Redding En 1962, qui peut imaginer que ce garçon de 21 ans, qui sert de chauffeur au guitariste Johnny Jenkins, deviendra l’artiste emblématique des studios Stax ? À peine a-t-il fait entendre sa voix (exceptionnelle) qu’il est signé par une succursale du label, Volt. Ses mélodies plaintives, de « Mr. Pitifull » à « I’ve Been Loving You Too Long », et son sens du tempo feront du « King of soul » le meilleur ambassadeur de la lutte contre la ségrégation à Memphis. Si les Rolling Stones s’approprient (entre autres) « Pain in My Heart », le chanteur charismatique saura leur rendre la pareille avec sa reprise échevelée de « Satisfaction ». Mais le 10 décembre 1967, l’auteur de « Fa-Fa-Fa-Fa-Fa (Sad Song) » périt dans un accident d’avion, à l’âge de 26 ans. Si le titre « (Sittin’on) The Dock of the Bay », paru post-mortem, est numéro un des charts, le label aura cependant du mal à se relever de cette perte. Isaac Hayes Fils de métayer nourri de negro spiritual (comme Otis Redding), cet orphelin du Tennessee donnera un nouveau souffle au label dans les années 1970. Après une décennie à composer pour les autres, notamment « Hold on, I’m Coming » pour le duo Sam & Dave, le pianiste chauve (en pleine mode afro !) passe de l’ombre à la lumière, dans un accoutrement pour le moins flamboyant, avec collants et grosses chaînes en or sur son torse nu. Surnommé « Black Moses » (le « Moïse noir ») , il s’impose, avec sa reprise du « Walk on By » de Burt Bacharach et ses interprétations tout aussi déchaînées des Beatles (« Something ») , comme l’emblème du Black Power. En novembre 1971, son « Theme From ‘Shaft’ », numéro un des charts, conçu pour la B.O. du film Shaft, les nuits rouges de Harlem, remporte un Grammy Award et un Oscar. Ce morceau d’anthologie a depuis été samplé par des groupes comme Portishead ou Massive Attack. Al Bell On lui doit le logo légendaire de Stax  : une main avec deux doigts qui claquent. Entré en 1965 comme directeur promo du label de Memphis, cet ancien disc-jockey de Little Rock (Arkansas) devient le premier vice-président noir d’une maison de disques blanche après l’assassinat de Martin Luther King, en 1968. Al Bell donne un visage militant à ce label fondé par deux Blancs, Estelle Axton (qui lui a revendu ses parts pour divergence de vues) et son frère, Jim Stewart. En 1972, il organise le festival WattStax, commémorant le septième anniversaire des émeutes raciales de Watts. Mais en 1975, lors du dépôt de bilan du label, des soupçons de malversations vaudront à Al Bell d’être inquiété par la justice, puis finalement acquitté. Motown, la maison concurrente de Detroit, saura plus tard récupérer ce visionnaire de la musique soul. Ludovic Perrin Vendredi 26 juillet à 23.30 Documentaire Stax, le label soul légendaire Lire page 25 En ligne du 19 juillet au 23 septembre
ARTE fait école Une classe visionne la collection documentaire Quand l’histoire fait dates, conçue par Patrick Boucheron. Arts, sciences, histoire, géopolitique, économie…  : de par sa vocation, la chaîne culturelle coproduit et diffuse des programmes à haute teneur éducative relevant de la plupart des disciplines enseignées à l’école. Le tout avec une exigence narrative et visuelle apte à séduire un vaste public. Ce constat a donné naissance, en 2016, au service numérique Educ’ARTE, qui ouvre sur abonnement aux établissements scolaires du primaire et du secondaire un riche catalogue trilingue (en français, allemand et anglais) de vidéos, principalement documentaires, à destination des élèves et des enseignants. Indexés par disciplines et par niveaux scolaires, plus de 1000 programmes sont aujourd’hui disponibles, accompagnés d’outils pédagogiques innovants  : en classe ou à la maison, les utilisateurs peuvent personnaliser les vidéos d’ARTE, mais aussi de ses partenaires (France Télévisions, INA, Radio France, Sacem Université…), grâce à la fonction « créer », par exemple en choisissant des extraits à insérer dans un cours, un exposé, ou en construisant une carte mentale. Mutations numériques En Europe, notamment en France, en Allemagne et en Belgique, ou encore au Luxembourg, où tous les collèges et lycées sont abonnés, près de 1000 établissements, soit quelque 500 000 élèves et enseignants, utilisent aujourd’hui Educ’ARTE. La région Grand Est y a abonné en mai la totalité de ses lycées. Lancée il y a trois ans, l’offre Educ’ARTE, qui ouvre aux élèves et aux enseignants un riche catalogue de plus de 1000 programmes, connaît un succès croissant. ARTE France crée une nouvelle filiale pour accélérer son développement. Nathalie Monnin, principale du collège Louise-Michel à Clichy-sous-Bois (93), y a souscrit elle aussi un abonnement de trois ans. « Notre premier objectif, explique-t-elle, c’est d’aider nos élèves à enrichir leur vocabulaire et leur culture générale. La plupart d’entre eux ne regardent plus du tout la télévision, et ont peu de chance d’avoir spontanément accès à ces programmes, dont certains sont fabuleux. Il ne s’agit pas de remplacer les cours par de la vidéo, mais à la faveur, par exemple, d’une heure de permanence, de prolonger un sujet abordé en classe d’une manière à la fois attrayante et éclairante, dans une langue fluide. » Dans un secteur éducatif en pleine mutation numérique, ARTE France souhaite accélérer ce développement. C’est pourquoi elle vient de créer la filiale ARTE Éducation avec la Caisse des dépôts et consignations, institution financière publique au service de l’État, qui entre à hauteur de 33,3% au capital de la nouvelle structure. La Fondation Daniel et Nina Carasso qui, entre autres missions, promeut l’art en milieu scolaire, participe, elle, à hauteur de 6,7%. Tout en continuant d’étoffer son catalogue et son public, le dispositif devrait ainsi prochainement s’élargir aux universités. Parallèlement, ARTE France réfléchit avec les autres sociétés de l’audiovisuel public à une offre éducative commune. ARTE MAG N°30. LE PROGRAMME DU 20 AU 26 JUILLET 2019 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :