Arte Magazine n°30 18 jui 2020
Arte Magazine n°30 18 jui 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de 18 jui 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Richard III.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 22 juillet ARTE MAG N°30. LE PROGRAMME DU 18 AU 24 JUILLET 2020 20 5.00 LM MAURICE BÉJART, L’ÂME DE LA DANSE Documentaire 6.10 M XENIUS Expérimentation animale  : quelles alternatives ? Magazine 6.40 R XENIUS La pollution électromagnétique  : quels risques pour la santé ? Magazine 7.05 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 LM GEO REPORTAGE Andalousie, la tradition de la transhumance Reportage 8.00 LM LE JAPON VU DU CIEL Le berceau des traditions Série documentaire 8.45 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 EM LE HAREM DU PHARAON-SOLEIL Documentaire 11.00 EM NAPLES, LE RÉVEIL DES VOLCANS Documentaire 12.00 M LE FLEUVE INVISIBLE Un trésor sous la plaine du Rhin Documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 LR UN BILLET POUR LE BALKAN EXPRESS Serbie Série documentaire 13.35 LE MONDE DE SUZIE WONG Film (VF) 15.40 EM LES MAUDITS Film Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande 17.20 ER INVITATION AU VOYAGE Émission 18.15 L R DES INSECTES AU MENU Fromage aux larves de Sardaigne ; Œufs de fourmi du Mexique Série documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.53 ER LA MINUTE VIEILLE La vache et le fermier Série 20.55 DE UNE SAISON EN FRANCE Film 22.35 E TRAFIC D’ENFANTS Documentaire 23.35 LA JUSTICE LES YEUX DANS LES YEUX Documentaire 0.30 FLATLAND – TROIS HORIZONS Film 2.25 DEM MÉLANCOLIE OUVRIÈRE Téléfilm 3.55 EM JARDINS D’ICI ET D’AILLEURS Taman Ujung (Indonésie) Série documentaire Multidiffusion Rediffusion Versions linguistiques disponibles Disponibilité en ligne Date de disponibilité Date de fin de replay en avant-première FRANCK VERDIER – PILI FILMS 20.55 Cinéma Une saison en France Le parcours semé d’embûches d’un père de famille centrafricain pour obtenir l’asile et entamer une nouvelle vie. Avec Sandrine Bonnaire et Eriq Ebouaney, un drame poignant sur la condition des sans-papiers en France. Professeur de français en République centrafricaine, Abbas fuit la guerre avec sa femme et ses deux enfants. Après une longue traversée au cours de laquelle il perd son épouse, tuée par des miliciens, il atterrit à Paris où il trouve un emploi de maraîcher sur les marchés. Il y fait la connaissance de Carole, sa voisine d’étal, avec qui il noue une relation amoureuse. Tandis que ses enfants, Asma et Yacine, retrouvent le chemin de l’école, Abbas entrevoit la possibilité d’une vie normale. Seulement, le père de famille peine à obtenir des papiers. Quand la Cour nationale du droit d’asile rejette son dernier recours, Abbas glisse dans la clandestinité. ESPOIRS ET DÉSILLUSIONS Dans cette chronique sensible, le réalisateur tchadien Mahamat-Saleh Haroun aborde le douloureux parcours des demandeurs d’asile. Sans misérabilisme ni dénonciation rageuse, il raconte les destins fragiles d’Abbas et de ses deux enfants. Auprès de Carole, une fleuriste aimante et protectrice, elle-même fille de réfugiés polonais, Abbas s’essaie à reconstruire un foyer. Mais comment envisager l’avenir quand, une fois encore, tout peut s’effondrer ? Au-delà du combat permanent pour rester digne, Une saison en France dépeint aussi les rouages de la machine à broyer administrative, vouée par ses choix à fabriquer des tragédies humaines. Porté par des acteurs remarquables de justesse – Sandrine Bonnaire et Eriq Ebouaney en tête –, un puissant drame social sur le déracinement et la condition des sans-papiers. Film de Mahamat-Saleh Haroun (France, 2017, 1h37mn) - Scénario  : Mahamat-Saleh Haroun Avec  : Sandrine Bonnaire (Carole), Eriq Ebouaney (Abbas), Aalayna Lys (Asma), Ibrahim Burama Darboe (Yacine), Sandra Nkaké (Madeleine) Coproduction  : ARTE France Cinéma, Pili Films 28/7
22.35 Société La vie en face Trafic d’enfants Exploités par leurs parents, des mineurs roumains volent quotidiennement dans le métro parisien. Au plus près des policiers et des magistrats des deux pays, Olivier Ballande a suivi l’enquête visant à démanteler ce réseau. QUARK PRODUCTIONS_ARTE FRANCE 2019 Par bandes de trois ou quatre, de jeunes Roumains arpentent les dédales du métro parisien en quête de portefeuilles et autres objets de valeur à dérober. Se saisissant du dossier, la Brigade de protection des mineurs de Paris découvre qu’ils font l’objet d’une surveillance de la police roumaine. Début 2017, une équipe commune d’enquête est mise sur pied dans l’objectif de démanteler le réseau. Au fil des investigations, les rouages de l’organisation se dessinent  : les enfants, issus d’un clan rom mafieux, se font la main à Iasi, la deuxième ville de Roumanie, avant d’être envoyés en France. Déscolarisés, ils rapportent chacun un butin journalier de 200 à 800 euros, aussitôt confisqué par leurs parents – ou référents sur place. Si les sommes empochées contribuent au prestige social des uns, il s’agit pour d’autres familles, menacées de représailles, de s’acquitter de dettes infligées par les tout-puissants chefs du clan. Après plusieurs mois d’enquête, les polices roumaine et française procèdent à une vague d’arrestations. À Iasi, sept mineurs sont désormais aux soins des services de protection de l’enfance. À Paris, les enfants, placés dans des centres d’accueil, ont aussitôt fugué... EMPRISE Des réunions de coordination à La Haye au travail de terrain, Olivier Ballande s’est immergé un an durant aux côtés des enquêteurs. Son accès exceptionnel aux écoutes téléphoniques, filatures et auditions de suspects dévoile le sort terrible d’enfants sommés de voler (« manger » dans leur langage codé), prêts à tous les mensonges pour disculper leurs parents, quand ces derniers n’hésitent pas à les abandonner aux mains des autorités. « Si je vais en prison, qui s’en souciera ? », s’insurge ainsi une jeune fille. L’impuissance de la justice à les protéger n’en apparaît que plus tragique. Lire page 8 Documentaire d’Olivier Ballande (France, 2019, 57mn) - Coproduction  : ARTE France, Quark Productions 3/6 31/10 En partenariat avec P.S. PRODUCTIONS 23.35 Société La vie en face La justice les yeux dans les yeux À rebours de la peine carcérale et du tout sécuritaire, la justice restaurative tente une reconstruction des victimes au travers d’une médiation entre elles et leurs agresseurs. Immersion poignante dans des expériences menées en Belgique et en Suisse. Braquage, agression, abus sexuels ou encore accident de la route  : autant d’infractions qui engendrent des blessures profondes, physiques et morales, chez les victimes, souvent privées de voix dans des procédures judiciaires axées sur la peine. Pour leur restituer une place, la justice restaurative organise des confrontations entre elles et les auteurs de ces actes, afin que s’instaure un dialogue cathartique entre les deux parties. Des médiations chargées émotionnellement, qui permettent cependant aux unes et aux autres de dépasser la violence subie et commise pour se reconstruire. En Suisse, à Lausanne, une jeune mineure, victime d’abus sexuels, a osé affronter le regard de son agresseur  : « J’ai pu en face à face lui donner le pardon, c’est-à-dire me pardonner à moi-même de n’avoir pas su lui échapper. » En incitant les auteurs à prendre conscience des souffrances infligées, la justice restaurative, qui ouvre sur des réductions de peine carcérale, peut aussi contribuer à prévenir la récidive. Mais son développement amorcé à travers le monde est aujourd’hui entravé par la dérive du tout sécuritaire. LIBÉRER LES VICTIMES De la Belgique à la Suisse, François Kohler explore ces pratiques qui exigent du temps, un accompagnement et la pleine adhésion des parties prenantes. En remettant les victimes au centre du processus judiciaire, la justice restaurative les libère paradoxalement de ce statut qui les enferme, en même temps qu’elle autorise les auteurs d’agressions à se raconter et à s’expliquer sans faux-semblants. Au-delà des dommages et des ineffaçables cicatrices, une humanisation qui répare et favorise la réinsertion. Documentaire de François Kohler (Suisse, 2018, 52mn) Coproduction  : ARTE GEIE, RTS, PS Productions 15/7 20/8 En partenariat avec mercredi 22 juillet ARTE MAG N°30. LE PROGRAMME DU 18 AU 24 JUILLET 2020 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :