Arte Magazine n°29 14 jui 2018
Arte Magazine n°29 14 jui 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de 14 jui 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : couo de théâtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 18 juillet ARTE MAG N°29. LE PROGRAMME DU 14 AU 20 JUILLET 2018 20 5.00 M MARVIN GAYE – GREATEST HITS Concert 6.00 M XENIUS Le pain  : un danger pour notre santé ? Magazine 6.25 M AUX QUATRE COINS DE L’EUROPE Allemagne, le bassin minier transformé Série documentaire 6.55 L MR PIANOTINE En avant la musique ! Programme jeunesse 7.10 L ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 LM 360° GEO Iquitos, une ville entre deux fleuves Reportage 8.00 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 8.40 LM LES PLUS BELLES ROUTES D’ALLEMAGNE La route des mines d’argent Série documentaire 9.25 M OPÉRATION PETER PAN Guerre secrète contre Cuba Documentaire 10.15 LM LA MÉMOIRE DE LA PLANÈTE Météorites, les visiteurs de l’espace Série documentaire 11.05 ER CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR Les anges de la mort ; Steed et la voyante Série (VF) m 12.50 L ARTE JOURNAL m 13.00 R ARTE REGARDS Magazine 13.35 R LES AVENTURES D’ARSÈNE LUPIN Film 15.15 M CLARISSA Film 17.00 R INVITATION AU VOYAGE Émission 17.40 R XENIUS Analogique ou numérique  : comment préserver notre mémoire collective ? Magazine 18.30 L ER PAYSAGES D’ICI ET D’AILLEURS Potsdam Série documentaire m m m m m î m 19.00 L R UN BILLET POUR LE BALKAN EXPRESS Slovénie Série documentaire 19.45 L ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.50 L ER LA MINUTE VIEILLE Casse-noisettes Série 20.55 LER INDOCHINE Film 23.25 WILLIAM KENTRIDGE L’art, le poétique et le politique Documentaire 0.20 L MONTANHA Un adolescent à Lisbonne Film 1.45 L ER BETTINA RHEIMS Dans la fabrique des icônes Documentaire u 2.40 M LE VENTRE D’AMSTERDAM Marchés et dégustations Série documentaire 3.35 LM ARTE JOURNAL 3.55 M ARTE REGARDS Magazine Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Diffusion en haute définition Disponible en replay Multidiffusion Rediffusion.1 n Version française Version originale sous-titrée en français Vidéo à la demande Version originale sous-titrée en français 20.55 Cinéma Indochine Dans l’Indochine des années 1930, le destin et les amours d’une femme de tête (Catherine Deneuve) qui dirige seule un important domaine colonial. Une grande fresque romanesque sur la fin d’une époque. Saigon, 1930. Héritière d’une famille de colons, Éliane Devries dirige une importante plantation d’arbres à caoutchouc. Tout son amour est voué à sa fille adoptive, Camille, jeune princesse vietnamienne qu’elle a recueillie à la mort de ses parents. L’arrivée d’un bel officier français, Jean-Baptiste, bouleverse le cœur des deux femmes. Éliane obtient la mutation du jeune homme afin de l’éloigner de Camille, mais celle-ci part à sa recherche. Elle découvre alors son propre pays, fait de passion, de violence et de mort. Une fois réunis, les deux amants embrassent la cause du nationalisme vietnamien... SOUFFLE ROMANESQUE « Je n’avais jamais quitté l’Indochine. Nous vivions en paix, et dans l’illusion », déclare Éliane (Catherine Deneuve) en préambule du film. Cette fresque grandiose, qui s’étale sur un quart de siècle, raconte la fin de l’ère coloniale, à travers l’affection, la rivalité amoureuse et l’inéluctable éloignement d’une mère adoptive et de sa fille, l’une symbolisant la France, l’autre l’Indochine. Bien qu’il soit éminemment romanesque et jette avec ravissement ses personnages dans la tourmente de l’histoire, Indochine n’en montre pas moins la cruauté et la décadence du milieu colonial, évoquant en toile de fond la montée des idéaux communistes et nationalistes. Tourné au Viêtnam, ce film élégant, récemment restauré, transporte par son lyrisme, ses splendides images et l’interprétation sans faille de ses acteurs, Catherine Deneuve en tête. Meilleurs actrice (Catherine Deneuve), actrice dans un second rôle (Dominique Blanc), image, décors et son, César 1993 – Meilleur film étranger, Oscars et Golden Globes 1993 Film de Régis Wargnier (France, 1992, 2h30mn) - Scénario  : Erik Orsenna, Louis Gardel, Catherine Cohen - Avec  : Catherine Deneuve (Éliane Devries), Linh Dan Pham (Camille), Vincent Perez (Jean-Baptiste Le Guen), Jean Yanne (Guy Asselin), Dominique Blanc (Yvette) - Production  : Paradis Films, La Générale d’Images, Bac Films Version restaurée - (R. du 21/12/2008)
23.25 Le documentaire culturel William Kentridge L’art, le poétique et le politique Guidée par ses mots justes, une incursion dans l’univers poétique de l’artiste sud-africain devenu star internationale, rencontré chez lui, à Johannesbourg. LONA MEDIA Travailleur boulimique et sans cesse en mouvement, William Kentridge s’exprime à la fois par le dessin, la sculpture, les installations, les films d’animation ou la mise en scène d’opéra. Guidée par l’intuition et l’expérimentation plus que par les concepts, l’œuvre puissamment évocatrice de Kentridge transmet une poésie intense, teintée de mélancolie et d’humour, qui renvoie à l’histoire de l’oppression et des combats qui fut celle de l’Afrique du Sud et de tout le continent, comme à l’absurdité et à la beauté de la condition humaine. ANCRAGES À 60 ans passés, le fils de Sidney et Felicia Kentridge, avocats libéraux qui ont milité contre l’apartheid et défendu ses principaux leaders, dont Nelson Mandela, reste résolument ancré dans sa ville et son pays natals. Pour exister face au couple charismatique formé par ses parents juristes, il a cherché, explique-t-il, à se « forger une vision du monde qui ne pouvait pas être soumise à un contre- interrogatoire ». Des visages grand format de révolutionnaires européens et africains des années 1910, peints à l’encre puis retravaillés avec différents matériaux, à l’évocation des soldats sud-africains de la Grande Guerre en passant par une poignante danse macabre (How Sweetly Play the Dance) ou par un spectaculaire atelier de tapisserie, l’artiste dévoile une partie de son travail – presque toujours collectif – et expose ce qui l’anime. Une passionnante rencontre. Lire page 5 Documentaire de Nicolas Graef (Allemagne, 2017, 53mn) FILMES DO TEJO II/TJASA KALKA 0.20 Cinéma Montanha Un adolescent à Lisbonne David compte les heures dans une Lisbonne étouffante, le cœur battant pour une jeune fille de son immeuble. Après la Palme d’or du court métrage en 2009, João Salaviza fait de son premier long une œuvre sensuelle et lente, d’une beauté saisissante. David vit dans un quartier pauvre de Lisbonne. À 14 ans, il est déscolarisé et traîne avec son ami Rafael, comblant les heures creuses à coups de petits larcins et de fêtes où chacun cherche à oublier la lenteur des jours. David et Rafael voient Mónica, la seule jeune fille de leur âge dans l’immeuble, dont ils sont tous deux amoureux. Les heures passent mais l’ennui, la peur et la rage ne semblent quitter David que lorsqu’il est couché face à Mónica et qu’ils s’embrassent, longuement et en silence. LA BEAUTÉ DU DÉSŒUVREMENT Une Palme d’or et un Ours d’or en poche pour ses deux précédents courts métrages, João Salaviza était attendu avec impatience pour son premier long. À nouveau, le jeune réalisateur portugais filme des corps cuivrés par la chaleur, des regards, des silences. Sa Lisbonne est une Lisbonne secrète, de chantiers et de terrains vagues, connue seulement des enfants livrés à eux-mêmes. Dans cet océan stagnant, le personnage principal reste aveugle au sordide de sa condition, au béton des immeubles et à la pauvreté ambiante, obnubilé par la fille qu’il aime et qu’il attend. Leurs scènes communes, rares et silencieuses, sont les plus belles. Meilleur montage, Sophia Award 2016 Film de João Salaviza (France/Portugal, 2015, 1h26mn, VOSTF) Scénario  : João Salaviza - Avec  : David Mourato (David), Maria João Pinho (Mónica), Rodrigo Perdigão (Rafael), Cheyenne Domingues (Paulinha), Ema Araújo (Ema), Carloto Cotta (Gustavo), Ana Cris (Cris), Margarida Fernandes (Alice) - Production  : Filmes do Tejo, Les Films de l’Après-Midi mercredi 18 juillet ARTE MAG N°29. LE PROGRAMME DU 14 AU 20 JUILLET 2018 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :