Arte Magazine n°29 14 jui 2018
Arte Magazine n°29 14 jui 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de 14 jui 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : couo de théâtre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
lundi 16 juillet ARTE MAG N°29. LE PROGRAMME DU 14 AU 20 JUILLET 2018 16 20.50 Cinéma La nuit du chasseur À travers une Amérique en crise, un faux pasteur poursuit deux enfants et 10 000 dollars. Avec l’extraordinaire Robert Mitchum, qui personnifie le mal à l’état pur. MGM STUDIOS INC. L’Amérique des années 1930. Ben Harper est condamné à mort pour vol et meurtre. Son compagnon de cellule, Harry Powell, un criminel psychopathe, tente en vain de lui faire dire où sont cachés les 10 000 dollars du butin. Seul son fils, John, sait où ils sont, mais son père lui a fait promettre de ne rien dire. Powell, libéré, se rend chez la veuve de Ben, qu’il séduit en se faisant passer pour un pasteur. Comprenant qu’elle ne sait pas où est l’argent, il la tue et tente de faire parler John. Le garçon parvient à lui échapper et s’enfuit avec sa petite sœur, Pearl. Les deux enfants dérivent à bord d’une barque sur le Mississippi. Powell se lance à leur poursuite... CONTE MIRACULEUX Film superlatif, chef-d’œuvre intemporel et universel du septième art, il n’existe pas assez de qualificatifs pour venir à bout de la richesse de La nuit du chasseur. C’est d’abord l’unique film d’un immense acteur, Charles Laughton, spécialiste des rôles antipathiques (le tyrannique commandant Blygh dans Les révoltés du Bounty) ou de râleur à l’humour acide (notamment dans le génial Témoin à charge de Billy Wilder). Cette épaisse carcasse qu’on imagine difficilement attendrie par le monde de l’enfance a livré au cinéma le plus beau et le plus maléfique des contes. Tout à la fois peinture d’une Amérique paumée où des enfants miséreux traînent sur les routes en mendiant – quand ils ne sont pas poursuivis par des tueurs psychopathes –, parcours initiatique pour deux bambins brutalement confrontés aux réalités de la vie, chronique d’une Virginie idyllique qui bascule dans le cauchemar et révèle les turpitudes de ses habitants, La nuit du chasseur est aussi le terrifiant portrait d’un de ces serial killers qui seront tant à la mode quelques décennies plus tard. Robert Mitchum campe magnifiquement Harry Powell, le faux pasteur qui porte, tatoués sur ses phalanges, les mots hate et love et dévoie le discours de l’Église pour parvenir à ses fins. (The Night of the Hunter) Film de Charles Laughton (États-Unis, 1955, 1h28mn, noir et blanc, VOSTF) Scénario  : James Agee et Charles Laughton, d’après le roman de Davis Grubb - Avec  : Robert Mitchum (Harry Powell), Shelley Winters (Willa Harper), Lillian Gish (Rachel), Evelyn Warden (Icey Spoon), Peter Graves (Ben Harper), Billy Chapin (John), Sally Jane Bruce (Pearl), James Gleason (Birdie), Don Beddoe (Walt Spoon), Gloria Castillo (Ruby) Production  : Paul Gregory Productions - (R. du 4/2/1997) Le documentaire Robert Mitchum, le mauvais garçon d’Hollywood est disponible en VOD.
ATIPICA-FILMS/JULIOVERGNE 22.20 Cinéma La isla mínima À la recherche de jeunes femmes disparues, deux enquêteurs s’embourbent dans une mission sanglante, au fond des marais de l’arrière-pays andalou. Un grand polar, âpre et envoûtant. Espagne, décennie 1980. Si l’on cherche à oublier Franco, les hommes, les armes et la violence sont toujours présents dans les campagnes. La justice, moins. Deux détectives sont affectés dans l’arrière-pays andalou – terre agricole et marécageuse – pour enquêter sur la disparition suspecte de deux jeunes femmes. L’un est jeune, borné et idéaliste, l’autre, plus âgé, cache un passé violent sous sa rassurante empathie. Peu à peu, les enquêteurs s’enfoncent dans les marécages et l’omerta d’un pays qui a appris à se taire, sous la dictature et le sang versé des innocents. VÉNÉNEUX ET SURNATUREL Difficile de ne pas rapprocher La isla mínima – ses deux détectives aux déontologies différentes, ses splendides plans zénithaux qui soulignent la géographie brusquée du territoire cultivé et celle, libre et sinueuse, des marais du Guadalquivir – de la série True Detective. Ici aussi, les deux policiers sont fatigués, pleins de contradictions, les femmes disparaissent et les témoins se taisent. La tension permanente accentuée par une musique sourde et lancinante, l’image étouffante et vénéneuse des marais, de la boue et de la poussière, l’extraordinaire duo d’acteurs, l’âpreté des dialogues et le surnaturel qui infuse l’œuvre portent le film au sommet de l’exercice de style. Le polar se porte très bien entre ces mains espagnoles. Meilleurs film, réalisateur, acteur (Javier Gutiérrez), meilleur espoir féminin (Nerea Barros), meilleurs scénario, image, musique, montage et costumes, Goya Awards 2015 Film d’Alberto Rodríguez (Espagne, 2014, 1h39mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Rafael Cobos, Alberto Rodríguez Avec  : Javier Gutiérrez (Juan Robles), Raúl Arévalo (PedroSuárez), Nerea Barros (Rocio), Salva Reina (Jesus), Jesús Castro (Quini), Manolo Solo (le journaliste), Adelfa Calvo (Fernanda) - Production  : Atípica Films, Sacromonte Films, Atresmedia Cine STEFI & LYNX PRODUCTIONS 0.00 La lucarne Le difficile chemin vers l’Europe De la prison au verdict de leur procès, le portrait de deux mineurs syrien et irakien, devenus pour survivre petites mains au service des passeurs. Jasim et Alsaleh, deux mineurs, ont fui respectivement la Syrie et l’Irak pour échapper à la guerre. Enrôlés comme petites mains par des passeurs, ils ont été arrêtés et accusés de trafic d’êtres humains, encourant de très lourdes peines de prison. La réalisatrice a pu les filmer dans leur prison, puis lors du procès, jusqu’au verdict. Un portrait déchirant, nourri de conversations téléphoniques entre les deux garçons et leurs mères restées au pays, qui met en lumière l’impunité dont jouissent les patrons de ce trafic en plein essor. Documentaire de Marianna Economou (Grèce, 2015, 1h14mn) - Production  : Stefi & Lynx Productions - (R. du 2/2/2016) lundi 16 juillet ARTE MAG N°29. LE PROGRAMME DU 14 AU 20 JUILLET 2018 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :