Arte Magazine n°29 11 jui 2020
Arte Magazine n°29 11 jui 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°29 de 11 jui 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : songes des nuits d'été.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 12 juillet ARTE MAG N°29. LE PROGRAMME DU 11 AU 17 JUILLET 2020 14 MARCUS WINTERBAUER 20.05 Moscou L’art et la ville À la découverte de la scène culturelle moscovite et de son histoire, placée sous le signe de l’émancipation. Igor Chelkovski, sculpteur et peintre moscovite exilé à Paris, est retourné il y a quelques années vivre et travailler dans sa ville natale. Peintre talentueuse, Alexandra Paperno est, elle, rentrée des États-Unis pour exposer dans la capitale russe. Quant à la célèbre galerie d’État Tretiakov, elle présente non seulement d’étonnants trésors de l’avant-garde russe, mais aussi des œuvres majeures issues de l’époque soviétique. Plongée dans la bouillonnante créativité de Moscou, capitale de l’art contemporain en quête d’émancipation, qui revisite le passé avec un regard critique et se montre ouverte à l’expérimentation. Documentaire de Inga Wolfram (Allemagne, 2020, 52mn) 21.00 › 2.20 Summer of Dreams Place aux rêveurs éveillés, tous les dimanches et vendredis soir, du 10 juillet au 23 août. Au programme ce soir  : songes de nuits d’été pour petits et grands, de Wolfgang Petersen à Walt Disney. Lire page 6 En partenariat avec WARNER BROS. 21.00 Cinéma L’histoire sans fin Entraîné dans un monde fantastique, un jeune garçon apprend à vivre ses rêves. Par Wolfgang Petersen, un film d’heroic fantasy qui a bercé des générations d’enfants. Solitaire, Bastien, 10 ans, vit avec son père depuis que sa mère est morte. En route un matin pour le collège, il est pris en chasse par trois condisciples résolus à le racketter. Parvenant à leur échapper au terme d’une éprouvante course-poursuite, le jeune garçon trouve refuge dans une librairie. Malgré l’injonction du propriétaire de se tenir éloigné d’un livre de sa boutique, Bastien parvient à s’en emparer en cachette. Filant jusqu’au grenier de son école, il en entame la lecture. Le monde de Fantasia s’ouvre alors à lui, univers étonnant peuplé d’une multitude de créatures étranges que le Néant menace de faire disparaître. À moins que l’intrépide Atreyu ne parvienne à empêcher le pire... FANTASTIQUE BESTIAIRE On ne dira jamais assez l’influence bénéfique qu’exerce la lecture sur les jeunes esprits ! Inventant visuellement un monde habité par des créatures toutes plus mystérieuses les unes que les autres, et dans lequel un fantastique bestiaire (un cheval fougueux, un dragon pelucheux, mais aussi de drôles d’escargots et quelques chauves-souris) tient une place prépondérante, Wolfgang Petersen (Le bateau) entraîne le petit Bastien, imaginé dans le roman éponyme par Michael Ende, dans une aventure initiatique au souffle épique, bercée par la BO de Giorgio Moroder. Le défi à relever pour le jeune héros s’avère de taille  : préserver le monde imaginaire de Fantasia en sauvant la vie de sa petite impératrice. Ode à la puissance du rêve, L’histoire sans fin a subjugué (et par certaines séquences aussi, un peu effrayé) plusieurs générations d’enfants. Un conte magique. Meilleurs décors (Rolf Zehetbauer), Prix du film allemand 1985 (Die unendliche Geschichte) Film de Wolfgang Petersen (Allemagne, 1984, 1h30mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Wolfgang Petersen, Herman Weigel, d’après le roman éponyme de Michael Ende - Avec  : Barret Oliver (Bastien), Gerald McRaney (le père de Bastien), Noah Hathaway (Atreyu), Thomas Hill (Koreander), Deep Roy (Teeny Weeny), Moses Gunn(Cairon), Tami Stronach (l’impératrice) - Production  : Neue Constantin Film Production, en collaboration avec Bavaria Film et WDR Version restaurée
22.35 Walt Disney (1 & 2) COURTESY OF THE MEL BIRNKRANT COLLECTION Un portrait foisonnant et très documenté du père de Mickey, tout à la fois créateur visionnaire et figure autoritaire rêvant à un monde idéalisé, qui marqua durablement l’imaginaire occidental. Épisode 1 Au début des années 1920, le jeune dessinateur publicitaire Walter Elias Disney est animé par deux ambitions  : devenir l’exact opposé de son père, qui a collectionné les échecs professionnels, et pouvoir faire mieux que tout ce qu’il voit sur les écrans en matière de cinéma d’animation, alors émergent. À 20 ans, il fonde sa première société de production, et après quelques fortunes diverses, son équipe et lui décrochent la timbale en 1928 avec Steamboat Willie, marquant la naissance officielle de Mickey Mouse. Le personnage de cette souris futée et batailleuse, en qui beaucoup voient l’alter ego de Disney, rencontre un immense succès auprès de la jeunesse et génère de lucratifs produits dérivés... Épisode 2 En 1941, Walt Disney connaît la plus grosse désillusion de sa carrière. Mortifié par la grève géante qui touche ses studios, il ne comprend pas que son paternalisme ne suffise plus à satisfaire ses employés mal payés et surexploités. D’autres critiques le visent, sans le faire vaciller de son socle idéologique (l’Amérique éternelle et bienpensante). Accusé de donner une image glorifiée de l’esclavagisme avec Mélodie du Sud (1946), il n’a pas non plus hésité à lister le nom des meneurs prétendument communistes de la grève de 1941. Face au réel et à la vie sociale, Walt Disney se prend à rêver à un monde idéalisé et clos sur luimême  : un parc d’attraction thématisé... SOCIÉTÉ IDÉALE À travers de multiples archives et entretiens avec ses proches, ce film revient sur les étapes essentielles du parcours de Walt Disney, depuis ses débuts dans les années 1920 jusqu’à sa mort, en 1966. Il brosse le portrait définitif de celui qui fut l’un des premiers à mesurer le pouvoir des images (cinéma, publicité, télévision) et à penser une société des loisirs. Walt Disney aura marqué l’imaginaire occidental comme nul autre, au prix de quelques arrangements avec la réalité de l’Amérique, notamment la ségrégation raciale. Documentaire de Sarah Colt (États-Unis, 2015, 2x1h41mn) - Production  : Sarah Colt Productions, avec la participation d’ARTE GEIE - (R. du 27/12/15) 5/7 9/9 2.20 Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny Festival d’Aix-en-Provence 2019 Trois escrocs fondent une Babylone moderne au milieu du désert. L’opéra de Kurt Weill et Bertolt Brecht, joué en juillet 2019 au Grand Théâtre de Provence. Plaisirs, jeux, prostitution  : tout est permis à Mahagonny, paradis artificiel fondé en plein désert par trois escrocs en cavale, afin d’attirer les chercheurs d’or de tout le pays. Si le compositeur Kurt Weill et le dramaturge Bertolt Brecht ont connu le triomphe avec L’opéra de quat’sous, Grandeur et décadence de Mahagonny fera l’objet à sa création en 1930 d’une cabale retentissante organisée par des nazis déjà aux portes du pouvoir, et scandalisés par son esthétique, son sujet et sa portée politique. L’œuvre brosse un portrait au vitriol des sociétés capitalistes et industrielles, mais est aussi conçue avec le projet de réformer à la fois l’opéra et son public. Pourquoi s’embarrasser de la tradition théâtrale ? Brecht développe dans son livret une narration non linéaire, construite sur une succession de tableaux indépendants, annoncés et commentés par des pancartes et des projections. La partition de Weill, de son côté, regorge de mélodies, de sonorités et de rythmes empruntés aux chansons populaires et au jazz. Une œuvre résolument iconoclaste désormais considérée comme un « classique du XX e siècle » à la portée politique et sociale toujours actuelle, que le Festival d’Aixen-Provence présentait pour la première fois en 2019, au Grand Théâtre de Provence. Opéra de Kurt Weill (France, 2019, 2h19mn) - Livret  : Bertolt Brecht - Mise en scène  : Ivo van Hove - Direction musicale  : Esa-Pekka Salonen, avec l’Orchestre Philharmonia - Réalisation  : François Roussillon - Coproduction  : ARTE France, Festival d’Aix-en-Provence, François Roussillon et Associés, NHK 5/7 9/9 PASCAL VICTOR/ARTCOMPRESS En partenariat avec dimanche 12 juillet ARTE MAG N°29. LE PROGRAMME DU 11 AU 17 JUILLET 2020 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :