Arte Magazine n°28 4 jui 2020
Arte Magazine n°28 4 jui 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°28 de 4 jui 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Willy Ronis, le grand photographe du petit peuple.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 5 juillet ARTE MAG N°28. LE PROGRAMME DU 4 AU 10 JUILLET 2020 14 ZED 20.05 Le documentaire culturel Léonard de Vinci – La manière moderne Au travers de l’exploration du processus créatif du maître de la Renaissance, une plongée dans la fascinante modernité de ses chefs-d’œuvre picturaux. Fils illégitime d’un notaire et d’une paysanne, Léonard est né le 14 avril 1452 à Vinci, un village de Toscane. Il a 12 ans lorsque ses dons pour le dessin lui valent d’être placé par son père dans l’atelier de Verrocchio, à Florence. Dès lors, le jeune artiste n’aura de cesse de combler ses lacunes académiques par l’observation méticuleuse de la nature et du vivant. Ce sont ensuite l’étude de la lumière et du mouvement qui aiguisent son insatiable curiosité, et qu’il cherche sans relâche à capter dans ses peintures. Pourtant, lorsque l’on se penche sur les tableaux laissés par l’artiste, leur petit nombre – moins d’une vingtaine selon les experts – est frappant en comparaison des quelque 6 000 pages de notes et croquis de ses carnets parvenus jusqu’à nous. PROCESSUS CRÉATIF Ses activités d’ingénieur, d’inventeur de machines, d’anatomiste, de poète, de botaniste ou de concepteur de fêtes, à Milan ou à la cour de François I er, où il a vécu ses trois dernières années jusqu’à sa mort, en 1519, ont longtemps laissé penser que la peinture fut pour Léonard de Vinci une activité de second plan. Plusieurs de ses tableaux inachevés ont alimenté cette thèse. Mais les dernières recherches historiographiques et scientifiques démentent cette croyance, établissant au contraire que l’artiste retravaillait inlassablement ses toiles, parfois pendant des années comme ce fut le cas pour La Joconde, dont il ne s’est jamais séparé. Déroulant le fil de sa vie et décryptant de manière pédagogique le processus créatif du peintre, Sandra Paugam et Flore Kosinetz nous convient à une plongée inédite dans une œuvre unique, dont la modernité ne cesse de fasciner. Documentaire de Sandra Paugam (France, 2019, 52mn) Auteure  : Flore Kosinetz - Coproduction  : ARTE France, ZED, Musée du Louvre - (R. du 3/11/2019) 28/6 3/8 Universal Pictures Company 21.00 Cinéma Spartacus Tourné à la fin du maccarthysme, ce film réalisé par Stanley Kubrick avec la complicité de Kirk Douglas, dénonce le fascisme à travers une révolte d’esclaves. Un des premiers péplums « adulte » porté par la magie du Cinémascope. Rome, en l’an 69 avant J.-C. Batiatus, le directeur d’une école de gladiateurs de Capoue, rachète l’esclave thrace Spartacus pour lui apprendre à combattre et à mourir dans l’arène. Mais le jeune gladiateur refuse de se soumettre et prend la tête d’une révolte, regroupant des dizaines de milliers d’esclaves. À eux tous, ils infligent une défaite à l’armée du Sénat. Furieux d’avoir vu l’un de ses protégés être roué de coups par les insurgés, Crassus accepte de mater cette insurrection... GRAND SPECTACLE Spartacus connut un tournage orageux, à l’image de la rébellion qu’il met en scène. Figurant sur la « liste noire » des professionnels d’Hollywood désignés comme politiquement suspects par les zélotes du maccarthysme, Dalton Trumbo avait écrit le script sous un pseudonyme. Indignés par cette mise à l’index, Charles Laughton et Peter Ustinov révélèrent l’affaire à la presse, ce qui contraignit la production à rétablir son nom au générique. Auparavant, le réalisateur Anthony Mannavait quitté l’aventure, exaspéré par les ingérences de Kirk Douglas – acteur principal et commanditaire du film. Celui-ci engagea à sa place le jeune Stanley Kubrick, qui venait d’abandonner un tournage en raison du même type de différend, avec Marlon Brando cette fois. D’un bout à l’autre de ce film fleuve, porté par l’efficacité hors pair du grand spectacle hollywoodien, l’esclave magnifique et ses compagnons nous
communiquent leur jubilation à secouer un joug devenu insupportable, leur rage et leur souffrance quand la révolte est réprimée. Ce premier péplum « adulte » de l’histoire du cinéma reflète l’engagement du tandem Douglas-Kubrick. À travers la condition des gladiateurs, ils entendaient faire le procès d’une moderne tyrannie et des manipulations politiques. Le tournage en Cinémascope et le casting époustouflant contribuent aussi à la force épique du film. Meilleurs second rôle (Peter Ustinov), direction artistique, image et costumes, Oscars 1961 — Meilleur film dramatique, Golden Globes 1961 Film de Stanley Kubrick (États-Unis, 1960, 3h16mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Dalton Trumbo, d’après le roman éponyme de Howard Fast Avec  : Kirk Douglas (Spartacus), Laurence Olivier (Marcus Crassus), Jean Simmons (Varinia), Charles Laughton (Gracchus), Peter Ustinov (Batiatus), John Gavin (Jules César), Tony Curtis (Antoninus) Production  : Byrna Productions, Universal International - (R. du 28/4/2005) 0.05 Zsa Zsa Gabor – Star glamour de Hollywood LONA MEDIA Retour en images sur la vie mouvementée de Zsa Zsa Gabor, première people de l’histoire. Couronnée Miss Hongrie en 1936, Zsa Zsa Gabor décroche dans la foulée un ticket pour Hollywood, entraînant dans son sillage ses deux sœurs, Magda et Eva. Bientôt, les « Gabor Sisters » accèdent à la célébrité, mais Zsa Zsa, surtout, est remarquée pour sa beauté, son franc-parler et son humour. Considérée comme la première vraie starlette Mettant en scène les incroyables archives du Montreux Jazz Festival, ce documentaire souligne son apport inégalable à la musique populaire moderne. Chaque été depuis sa création en 1967, les plus grands musiciens se réunissent sur la scène d’un festival unique au monde, dans une paisible ville suisse, posée au bord du lac Léman. Ella Fitzgerald, Nina Simone, Miles Davis (photo), Herbie Hancock, Beck ou Pharrell Williams  : ils ont tous marqué de leur empreinte le Montreux Jazz Festival. Tous ces concerts d’exception auraient pu n’être qu’un souvenir qui s’efface avec le temps. Mais Claude Nobs, le fondateur du festival, était un fan visionnaire. Porté par sa passion pour la musique, il a dès le début enregistré, filmé et conservé toutes ces performances mythiques. Dans un chalet sur les hauteurs de Montreux, ces archives, classées au patrimoine mondial de l’Unesco, sont gardées tel un trésor inestimable. hollywoodienne, la socialite de l’époque bâtit sa carrière en mettant en scène sa propre intimité – affabulations et légende incluses –, à l’image du clan Kardashian aujourd’hui. Car la renommée de Zsa Zsa Gabor tient moins à sa modeste filmographie qu’à sa vie de noctambule et à sa réputation de croqueuse d’hommes, la belle soignant en outre ses répliques pour alimenter les potins des magazines. Mariée à neuf reprises et divorcée huit fois, la flamboyante Hongroise, née Sari Gabor en 1917, a su faire de ses frasques un feuilleton à succès et une petite entreprise extrêmement rentable, jusqu’à sa mort en 2016, à l’aube de ses 100 ans. Documentaire de Nicola Graef et Heike Dickebohm (Allemagne, 2018, 53mn) - (R. du 24/3/2019) 11/7 1.00 50 ans Montreux Jazz Festival More than Jazz LA BLOGOTHEQUE LE CONCERT DES CONCERTS More than Jazz réalise le « concert des concerts », mêlant les époques, les artistes, provoquant les rencontres et finalement abolissant le temps. Un montage dynamique, agrémenté d’interviews, plonge les spectateurs dans une atmosphère festive, en compagnie de ceux qui ont fait l’histoire de ce festival. Documentaire de Christophe Abric et Guillaume Delaperrière (France/Suisse, 2016, 58mn) Coproduction  : ARTE GEIE, La Blogothèque (R. du 3/7/2016) 28/6 3/8 dimanche 5 juillet ARTE MAG N°28. LE PROGRAMME DU 4 AU 10 JUILLET 2020 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :