Arte Magazine n°28 4 jui 2020
Arte Magazine n°28 4 jui 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°28 de 4 jui 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Willy Ronis, le grand photographe du petit peuple.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
JUL Une présidence « déchaînée » Le 4 juillet, Véronique Cayla quittera ARTE France, qu’elle présidait depuis presque dix ans. Retour sur les grands moments de son mandat, l’occasion pour les équipes de la chaîne de lui tirer un coup de chapeau. C’était hier, c’était il y a une éternité. En 2011, Véronique Cayla prenait les rênes d’une chaîne linéaire, bousculée par la concurrence de la TNT. En quelques années, sous son impulsion et avec la complicité des partenaires allemands et strasbourgeois, voilà qu’ARTE est devenue un média « déchaîné », ouvert sur le monde d’aujourd’hui et à la pointe du numérique. Que retenir de cette presque décennie ? D’abord, un changement de ton et la création de nouveaux formats. On voit arriver 28 minutes d’Élisabeth Quin, des investigations plus en prise avec le monde actuel, des documentaires à la narration originale (Les aventuriers de l’art moderne, Je ne suis pas votre nègre), des séries courtes pleines d’humour (Silex and the city, Tu mourras moins bête) et un credo  : faire rimer animation et création. Parallèlement, ARTE s’affirme comme la chaîne des séries européennes dans toute leur pluralité, de Borgen à Il miracolo en passant par Real Humans, Mytho ou Eden, des œuvres au milieu desquelles surgissent de surprenantes pépites portées par des cinéastes – Top of the Lake, P’tit Quinquin… Un vent de modernité souffle sur l’antenne, mais respectueux des valeurs fondamentales d’ARTE. C’est le changement majeur de ces dernières années  : un développement spectaculaire de l’offre numérique. La chaîne était pionnière dans la mise en place du replay. Véronique Cayla va plus loin  : « L’antenne est appelée à devenir la vitrine du Web. » Le centre de gravité d’ARTE a basculé  : grâce aux droits longs, à des outils innovants, aux previews et aux créations numériques, l’offre a explosé, rajeunissant et élargissant le public de la chaîne. Désormais disponible en six langues – avec, en plus du français et de l’allemand, une sélection de programmes en anglais, espagnol, polonais et italien –, ARTE touche 70% des Européens dans leur langue maternelle. Convaincue qu’il faut aujourd’hui réinventer le rôle fédérateur de la télévision et terrifiée par l’idée de la culture comme domaine réservé – « Pas de progrès social sans culture », martèlet-elle –, Véronique Cayla porte Educ’ARTE, associe la chaîne aux Micro-Folies et lance les karaokés d’ARTE. Enfin, comment évoquer Véronique Cayla sans parler cinéma, une histoire d’amour qui ne s’est jamais démentie, de MK2 au CNC en passant par le Festival de Cannes. Sur ARTE, le septième art a vu sa place renforcée et enrichie, des films coproduits par la chaîne ont marqué les esprits – Timbuktu d’Abderrahmane Sissako, Shéhérazade de Jean-Bernard Marlin, Atlantique de Mati Diop, Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma... Véronique Cayla admire et aime les cinéastes, en particulier la jeune garde, souvent féminine. En dix ans, ARTE s’est pris un coup de jeune. Merci Madame ! « Ce qui frappe chez Véronique Cayla, au-delà du regard noyé de bleu, de l’intelligence analytique, de l’instinct politique, c’est son rire. Un rire semblant venir de la haute enfance, un rire qui cascade, se développe avec espièglerie et puissance. Un rire follement sympathique, comme toute sa personne. Je connais Véronique Cayla depuis vingt-cinq ans, par le monde du cinéma. Elle m’a choisie en 2012 pour animer 28 minutes. Pendant ces huit ans, j’ai ri, car elle est drôle et pince-sans-rire. Mais j’ai surtout découvert deux qualités naturelles chez elle, si rares dans le monde cathodique  : la sororité et la bienveillance. Véronique, merci ! » Élisabeth Quin ARTE MAG N°28. LE PROGRAMME DU 4 AU 10 JUILLET 2020 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :