Arte Magazine n°27 30 jun 2018
Arte Magazine n°27 30 jun 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°27 de 30 jun 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : au service de la France.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°27. LE PROGRAMME DU 30 JUIN AU 6 JUILLET 2018 8 Love is all you need ! Qu’ils aient chanté l’ivresse des sentiments ou porté les plus belles romances du grand écran, les lovers de la pop et du cinéma se donnent rendez-vous sur ARTE le temps d’un été placé sous le signe de la séduction et de la passion. Sur arte.tv/summer, retrouvez le « Summer of Lovers », avec trois films d’amour en bonus pendant deux mois  : Laurence Anyways de Xavier Dolan, Désir(s) de Valeska Grisebach et L’amour l’après-midi d’Éric Rohmer. En partenariat avec Leçon de séduction Par Dita Von Teese, présentatrice du « Summer of Lovers » « Un bon flirt doit être mené nonchalamment, sans effort. Il ne s’agit pas de dominer l’autre, mais de l’inviter dans votre monde, de lui laisser découvrir votre aura... Le burlesque, c’est cela  : un art de la création et du glamour. J’ai grandi dans une ville agricole du Michigan et j’ai toujours fantasmé sur les pin-up iconiques de l’âge d’or d’Hollywood, leur allure, leur maquillage. J’étais fascinée par Betty Grable, Hedy Lamarr, Rita Hayworth… Et puis la réalité m’a rattrapée  : plus personne ne s’habillait comme cela de nos jours. Cela ne m’a pas empêchée de le faire quand même. Et ne me lancez pas sur la mode des hommes ! À chaque fois que je vois un type en tongs, je me demande pourquoi je suis condamnée à vivre à cette époque. J’avoue que celle des gants blancs et des chapeaux levés au passage d’une femme m'aurait plu… Mais je ne crois pas qu’un homme, si élégant soit-il, puisse me séduire sans humour. Si vous n’êtes pas drôle, c’est cuit ! » Propos recueillis par Andreas Renner « Summer of Lovers » À suivre les dimanches, en prime time, et les vendredis, en deuxième partie de soirée, du 1er juillet au 19 août. Dimanche 1er juillet Géant Cary Grant, de l’autre côté du miroir Vendredi 6 juillet Barbra Streisand – Naissance d’une diva Marvin Gaye – Greatest Hits Dimanche 8 juillet Vicky Cristina Barcelona Des hommes stylés Pop Models Vendredi 13 juillet I am SteveMcQueen Michael Bublé – Live at the BBC Dimanche 15 juillet Sur la route de Madison Lauren Bacall, ombre et lumière Vendredi 20 juillet Prince Prince  : « Sign O’the Times » Dimanche 22 juillet N’oublie jamais Ryan Gosling Dans les coulisses du monde – Tokio Hotel Vendredi 27 juillet John Travolta, le miraculé d’Hollywood Briseurs de cœurs Dimanche 29 juillet Love is all you need La fièvre du samedi soir Le détail des soirées du mois d’août sera communiqué ultérieurement. MARTIN_EHLEBEN INFO@23DESIGN.DE WARNER BROS
THE KOBAL COLLECTION AURIMAGES La débrouille au Danemark, les débuts dans un Paris chéri depuis l’enfance, les mystères de Godard…  : la voix rieuse et gouailleuse, Anna Karina, au cœur d’un beau documentaire de Dennis Berry, égrène ses souvenirs, avec un enthousiasme intact. Entretien. Lundi 2 juillet à 22.30 Soirée Anna Karina Lire page 16 Anna Karina « J’étais assez fugueuse » Un poulet pour seize « Je suis née en 1940. Au Danemark, il n’y avait pas beaucoup à manger. Un poulet était coupé en seize… quand il y en avait un. Mes grands-parents m’ont élevée jusqu’à l’âge de 4 ans. J’adorais mon grand-père. Il m’a structurée. C’était un homme honnête, correct. Après la mort de ma grand-mère, une femme géniale, je suis partie vivre avec ma mère. Je ne la voyais jamais. Je me débrouillais seule. Comme j’étais copine avec tout le monde, que je rendais service, j’allais manger chez les autres. Mon père, je ne l’ai vu qu’une fois. Il m’a donné une banane, que j’ai croquée avec la peau car je n’en avais jamais vu ! J’étais une enfant plutôt gaie. Dans les moments de tristesse, je me cachais. J’étais assez fugueuse. Quand ça n’allait pas, je partais. » Les débuts à Paris « Après une ultime fugue, je suis arrivée, sans un sou, à 17 ans, à Paris. Enfant, je dévorais tout sur la Révolution française, Bonaparte, je connaissais les chansons de Trenet, Fréhel, Piaf… J’avais peu de vêtements parce que j’étais partie dare-dare. Je me suis arrêtée aux Deux Magots  : je me sentais à l’aise, c’était décontracté. Comme Catherine Harley [qui dirigeait une agence de mannequins, NDLR] le raconte dans le documentaire Anna Karina – Souviens-toi, je portais un imperméable sale et des chaussures dégueulasses. Elle m’a proposé de faire des photos pour Jour de France. Puis j’ai fait la couverture de Elle, et après tout est allé très vite. » La scène du madison de « Bande à part » « On a répété tous les soirs durant trois semaines, dans une boîte de Saint-Germain-des-Prés, parce que Claude Brasseur et Sami Frey, mes partenaires dans Bande à part, n’avaient pas l’habitude de danser. Cela m’a beaucoup plu. Les garçons avaient l’air amusés, même si dans le film, ils regardent beaucoup leurs pieds ! Jean-Luc Godard a-t-il voulu cette scène pour me faire plaisir parce que j’aimais danser ? Je n’en sais rien. Il ne parlait pas plus à moi qu’aux autres. Mais on comprenait ce qu’on faisait. On n’avait pas de scénario, on récupérait les dialogues le matin, mais on avait le temps de répéter. » Cannes 2018 « C’est arrivé comme une surprise. J’ai su que j’étais sur l’affiche du festival, avec le bisou [de Jean-Paul Belmondo, NDLR] dans Pierrot le fou, quatre jours avant l’ouverture. On est partis à Cannes avec mon mari, Dennis Berry, qui, je le précise, signe mon portrait documentaire, et a fait un très beau travail. On a été fêtés comme des rois. Des cocktails partout. La grande affiche applaudie sur les marches. C’était extraordinaire et joyeux. » Propos recueillis par Noémi Constans ARTE MAG N°27. LE PROGRAMME DU 30 JUIN AU 6 JUILLET 2018 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :