Arte Magazine n°27 27 jun 2020
Arte Magazine n°27 27 jun 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°27 de 27 jun 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : retrouvez la série noire culte the Killing de Soren Sveistrup.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 28 juin ARTE MAG N°27. LE PROGRAMME DU 27 JUIN AU 3 JUILLET 2020 14 20.05 Le documentaire culturel Quand les impressionnistes découvrent le Japon... Un siècle et demi après le début de l’ère Meiji, marquant l’ouverture du pays du Soleil-Levant à l’Occident, retour sur la mode du japonisme qui influença les avant-gardes européennes. Avec l’entrée de la flotte américaine dans la baie de Tokyo en 1853, dans un Japon fermé aux navires étrangers depuis deux siècles, l’Occident découvre l’art nippon, ses estampes et son raffinement. À l’aube de l’ère Meiji, des collectionneurs, tels Guimet, Cernuschi ou encore les frères Goncourt, sillonnent le pays pour en rapporter des merveilles. Bientôt, la vogue du japonisme submerge tous les arts. Habitée par l’Extrême-Orient, fût-il imaginaire, l’avant-garde européenne (Manet, Monet, Degas, Van Gogh ou Whistler) s’empare de cette esthétique pour mener sa révolution, de laquelle émergeront les mouvements impressionniste et nabi. D’ateliers en voyages initiatiques, de galeries en chroniques littéraires, ce documentaire restitue l’atmosphère d’une époque d’ébullition artistique et brosse le portrait de ses grandes figures. Documentaire de Jérôme Lambert et Philippe Picard (France, 2018, 52mn) - Coproduction  : ARTE France, Un Film à la Patte, L’Envol Production - (R. du 6/5/2018) KOBAYASHI KIYOCHIKA _SHIZUOKA MUSEUM 21/6 26/8 2003 BY PARAMOUNT PICTURES ALL RIGHTS RESERVED 21.00 Cinéma Paris brûle-t-il ? Sous haute tension, les dernières heures qui ont précédé la Libération de Paris. Signée René Clément, une superproduction vibrante au casting XXL. 1944. Après quatre années d’occupation nazie, les Parisiens voient enfin percer la lumière au bout du tunnel. Dans les différents QG de résistants, on organise le soulèvement et on pense l’après, sans cesser de chercher à joindre les forces alliées, qui n’ont, pour l’heure, pas reçu l’ordre de marcher sur la capitale. À l’hôtel Meurice, le général allemand von Choltitz, nouvellement affecté à la défense de Paris, rencontre le consul de Suède Raoul Nordling, qui cherche à obtenir la libération de prisonniers politiques promis à la déportation. Dans les rues, le peuple s’arme ou se barricade, à la merci de faux informateurs à la solde de la Gestapo... PHARAONIQUE LIBÉRATION Épaulé par des pointures américaines (Kirk Douglas, Anthony Perkins...), tout ce que le cinéma français compte de vedettes est réuni sous la caméra de René Clément (La bataille du rail, autre film sur la Résistance) pour ce récit choral, reconstitution vibrante des jours qui virent Paris se libérer. L’œuvre aux proportions pharaoniques (cent quatre-vingts lieux de tournage, plus de vingt mille figurants) est pourtant filmée à hauteur d’homme, de manière quasi documentaire, avec images d’archives à l’appui, et rend hommage aux grands noms comme aux petites mains qui se sont battus pour la sauvegarde de la capitale. Cette fresque est aussi l’occasion d’un magistral face-à-face entre le consul de Suède (Orson Welles) et le gouverneur allemand de la ville (Gert Fröbe), qui amènera ce dernier à ignorer les ordres d’Hitler  : réduire Paris en cendres. Film de René Clément (France/États-Unis, 1966, 2h38mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Gore Vidal et Francis Ford Coppola, d’après le livre éponyme de Larry Collins et Dominique Lapierre - Avec  : Orson Welles (Raoul Nordling), Gert Fröbe (le général Dietrich von Choltitz), Alain Delon (Jacques Chaban-Delmas), Bruno Cremer (le colonel Rol-Tanguy), Jean-Paul Belmondo (Pierrelot), Leslie Caron (Françoise Labé), Yves Montand (le sergent Marcel Bizien), Jean-Pierre Cassel (le lieutenant Karcher), Kirk Douglas (le général Patton), Anthony Perkins (le sergent Warren), Michel Piccoli (Edgard Pisani) - Production  : Marianne Productions, Transcontinental Films
23.40 Itzhak Perlman Une vie pour la musique Le violoniste israélien Itzhak Perlman a démontré tout au long de sa carrière que son handicap n’était pas un frein à ses ambitions. Portrait intime d’un virtuose. MASTER FIDDLER/LLC À 74 ans, Itzhak Perlman a voué la majeure partie de son existence au violon. À l’âge de 4 ans, ce fils de juifs polonais, atteint de poliomyélite, perd l’usage de ses jambes. Cloué dans un fauteuil, il se consacre alors à l’apprentissage du violon. À 13 ans, il quitte l’académie de musique de Tel- Aviv pour poursuivre ses études à la Juilliard School de New York. «Il a joué le concerto de Mendelssohn deux fois plus vite que le tempo. Je n’avais jamais vu un tel phénomène», confie son ancienne professeure, la violoniste américaine Dorothy Delay. En 1963, il se produit pour la première fois au Carnegie Hall. Dès lors, Itzhak Perlman collabore avec les plus grands, du chef d’orchestre Daniel Barenboim à la pianiste Martha Argerich en passant par le ténor Plácido Domingo. Mais son aura dépasse les frontières de la musique classique lorsqu’il participe à la partition du film de Steven Spielberg, La liste de Schindler, Oscar de la meilleure musique en 1994. En dehors de ses tournées, le violoniste se dédie à l’enseignement dans le cadre, notamment, du Perlman Music Program, un séminaire d’été pour jeunes musiciens, créé avec sa femme Toby, qui partage son amour de la musique depuis plus de cinquante ans. HORS NORME Ce film retrace l’ascension hors norme d’Itzhak Perlman et suit le violoniste dans son quotidien entre les multiples répétitions, les dîners de famille ou encore les séquences souvenirs au côté de sa femme. Nourri d’archives, d’extraits musicaux mais aussi de réflexions sur l’identité juive chère à ce fils d’immigrants polonais établis en Israël au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le portrait intime d’un des plus grands violonistes du XXI e siècle. Documentaire d’Alison Chernick (États-Unis, 2018, 52mn) - Production  : Voyeur Films, American Masters Pictures 27/6 27/7 0.35 Année Beethoven Orain Beethoven et le secret des chants écossais Les origines perdues des chants populaires écossais arrangés par Beethoven. Les airs populaires écossais dont Beethoven a composé des arrangements restent un mystère dans son œuvre. Luimême paraissait ignorer l’origine de ces chants (orain en gaélique), entonnés en signe de protestation par les Gaëls, une population du nord-ouest de l’Europe, chassée de son territoire au XVIII e siècle. Michael Klevenhaus, spécialiste de la 1.30 Année Beethoven Prometheus De Ludwig van Beethoven MARTIN KAUFHOLD Le chorégraphe Stijn Celis propose une version pétulante de l’unique musique de ballet composée par Beethoven. À l’occasion des 250 ans de la naissance de Beethoven, l’Orchestre et le Ballet de la Sarre ont décidé de monter Les créatures de Prométhée, une œuvre très rarement programmée et méconnue du grand public comme des mélomanes. De cette unique musique de ballet Année Beethoven culture gaélique, part sur les traces des partitions qui ont inspiré le compositeur, à Bonn, Vienne et au milieu des landes sauvages d’Écosse. Documentaire de Friedrich Moser (Autriche, 2019, 51mn) composée par Beethoven, seule l’ouverture a survécu aux années et retentit parfois dans les salles de concert. Repartant de l’histoire de Prométhée, le chorégraphe belge Stijn Celis s’interroge sur le sens contemporain de ce mythe. Des interludes électroniques composés par Lorenzo Bianchi Hoesch viennent ajouter une touche inédite à cette production grandiose. Concert (Allemagne, 2019, 1h26mn) Chorégraphie  : Stijn Celis - Direction musicale  : Stefan Neuber - Avec  : l’Orchestre et le Ballet de la Sarre Réalisation  : Florian Breuer, Sandeep Mehta - Production  : Klangmalerei.Tv 28/6 4/7 Tout au long de l’année 2020, ARTE célèbre les 250 ans de la naissance de Beethoven. Retrouvez l’intégrale de son œuvre sur arte.tv/beethoven. BLUE+GREEN COMMUNICATION dimanche 28 juin ARTE MAG N°27. LE PROGRAMME DU 27 JUIN AU 3 JUILLET 2020 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :