Arte Magazine n°27 1er jui 2000
Arte Magazine n°27 1er jui 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°27 de 1er jui 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : Saint-Exupéry la dernière mission.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
lundi 3 juillet Roberto Benigni dans une fable tendre de Marco Ferreri. ●●● nie, une fois de plus et comme toujours dans la dern i è re partie de l’œuvre, c’est la mer qui recueille les corps meurtris et les âmes abandonnées, pour un double suicide accompagné par les cris d’un nouveauné. Étrange séquence, l’une des plus belles du cinéma contemporain. F erreri est l’un de ces rares cinéastes auxquels on pense encore souvent aujourd’hui, au détour d’une actualité, d’un fait de société : comment aurait-il réagi, par quel film ? Qu’aurait-il montré ou dit ? Et comment aurait-il filmé ce visage d’actrice, cette d é m arche d’acteur ? Quelle vérité de l’act e ur, justement, aurait-il fait surgir ? Voir un film de Ferreri, c’est se laver le re g ard, ret rouver un peu de cette éternité que le cinéaste appelle de ses vœux lors de ces séquences finales au bord de la mer. C’est être aussi un peu plus dans le monde, dans l’a b s urde et terrible beauté du monde. C’est un cinéma qui a été, et qui pourt a n t ne sera plus. Ce n’est pas de la nostalgie, plutôt de la tristesse. Ferreri manque au cinéma. 22.35 Court-circuit - 1 re partie Le rendez-vous des courts métrages ARTE G.E.I.E. Les tragédies minuscules Je lui ai demandé ce qu’il avait fait pendant toutes ces années Court métrage d’animation de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol Coproduction : ARTE, Folimage Il est toujours déconcertant de ret rouver par h a s ard un ami de longue date, surtout quand on a partagé avec lui un appart e me n t … Un coin d’ombre Court métrage d’animation de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol Un couple s’arrête dans un petit village paisible et ensoleillé. Quand ils quittent le village, celui-ci n’est plus le même… 22.45 DeveWa l t er, 22 ans, a du mal à devenir adulte. Étudiant en philosophie, pur produit des années 90, Walter cherche un sens à sa vie à travers les femmes et le farniente. Il apprend alors la mort de sa tante, l’unique personne dont il se sentait pro c he. (Tutti giù per terra) Téléfilm de Davide Ferrario (Italie, 1997-1h26mn) - VOSTF Scénario : Davide Ferrario d’après le roman de Giuseppe Culicchia Avec : Valerio Mastandrea (Walter), Carlo Monni (le père de Walter), Caterina Caselli (tante Caterina), Benedetta Mazzini (Valeria) Photographie : Giovanni Cavallini Décors : Franca Bertagnolli Production : Hera International ZDF (Rediffusion du 20 avril 1998) Meilleur film et Prix spécial du jury pour Davide Ferrario, Festival de Locarno 1997 Walter a 22 ans et n’a aucune idée de ce qu’il veut ou de ce qu’il doit f ai re. Il n’a pas d’argent, pas de travail et aucune perspective d’a v en ir. Il va à la fac et étudie la philosophie ; c’est un idéaliste qui d é p l o re la mort de la poésie, la toute-puissance de l’argent et le manque de temps des autres. Il fait son service civil et a beaucoup de succès auprès des
r adulte Valeria (Benedetta Mazzini) tente de séduire Walter (Valerio Mastandrea). femmes. Mais, quoi qu’il fasse, il est seul et se sent inutile. Et pour couronner le tout, sa tante, la seule personne qui lui était proche, me urt dans un accident. Désormais, il est seul – mais il est également libre de devenir un adulte. Nouvelle vague italienne ? En 1997, Davide Ferrario a reçu au Festival du cinéma de Locarno le Prix du meilleur film décerné par la presse intern a t i on a le. Le bureau du Festival a estimé que la crise existentielle de Walter était présentée dans ce film avec intelligence et humour : « L e réalisateur italien Davide Ferrario a tourn é un film à l’esthétique impressionnante, parsemé d’idées amusantes, de ralentis, de perspectives étonnantes et de séquences pleines d’élan. Un film intelligent et r é j ou i s s a nt. » L’acteur principal, Va l e r i o M a s t a n d rea, a reçu le Prix spécial du jury. Walter ou le mal de vivre raconté avec humour. 00.10 Court-circuit - 2 e partie Mon copain Rachid Court métrage de Philippe Barrassat (France, 1997-19mn) Avec : Jonathan Reyes (Éric), Nordine Mezahche (Rachid), Mathieu Demy (Éric adulte), Karim Boucherit (Rachid adulte) Photographie : Bertrand Follet Montage : Nathalie Vannier, Coline Beuvelet, Delphine Dufriche Musique : Éric Achille, Fara Kadri Coproduction : La Vie est Belle Films Associés, Les Productions de l’Amour Fou, Images plus LA SEPTARTE Un joujou extra… Éric a 10 ans. Il passe ses après-midi avec Rachid, son meilleur ami, plus vieux et surtout généreusement doté par la n a t u re… Rachid soutire à Éric tout son argent pour le laisser admirer et caresser l’objet de sa convoitise… À Nedjad Court métrage de Frédéric Choffat (Suisse, 1998-14mn) - Noir et blanc Scénario : Frédéric Choffat et Julie Gilbert Avec : Vincent Babel (Manu), Roberto Molo (Nedjad), Claude Muret (le douanier), Emmanuelle Ricci (Lucie), Sandra Amodio (Mirsada) Photographie : Éric Stitzel LASEPTARTE (Rediffusion du 3 mai 1999) Un amour clandestin. Dans le train, Manu re n c on t re Nedjad, un Bosniaque qui vient re j o i n d re sa fiancée, Mirsada, en Suisse. À la fron t i è re, Nedjad, à qui il manque un tampon sur ses papiers, est arrêté par les douaniers. Il oublie un paquet de lettres sur la banquette. Manu les rapporte chez lui et lit les lettres d’amour de Mirsada… Alternant réalisme sans concession et rêverie fantasmagorique, Philippe Barrassat signe un court métrage d’une drôlerie émouvante sur l’éveil d’un enfant à la sexualité.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :