Arte Magazine n°26 24 jun 2000
Arte Magazine n°26 24 jun 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°26 de 24 jun 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : « Y en a marre », une nouvelle série animée

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
m erc re d i28 juin 9.00 Connaissance la vôtre ! e rhum cubain érie documentaire de Jeanette azo Heufelder et Sylvio Heufelder 9.45 RTE Info 0.10 Météo 0.15 utain d’Europe ! érie documentaire oyageur clandestin éalisation : Oleg Assadulin 0.45 Les mercredis de l’histoire os ancêtres les Lapons ocumentaire e Paul-Anders Simman 1.35 lash Bach ondon Cab ourt métrage de Günter Atteln 1.40 Musica’ordinateurien tempéré ocumentaire de Syrthos Dreher 2.40 Musica e piano qui joue out seul elte-Mignon t la musique mécanique ocumentaire d’Oliver Becker 3.25 Profil émoins de notre siècle Gisèle Freund n conversation vec G. S. Troller cumentaire de Georg Stefan Tr o l l e r 0.25 La lucarne a c’est vraiment toi éléfilm de Claire Simon ans la collection « Génération TNS » 2.20 (PDC : 02.10) artoon Factory essins animés 3.00 in des programmes es horaires correspondentux codes PDC, auf indication contraire. 19.00 À la vôtre ! Le rhum cubain Connaissance Série documentaire en trois parties de Jeanette Erazo Heufelder et Sylvio Heufelder (Allemagne, 2000-43mn) ZDF Le rhum, le whisky et la vodka. Trois boissons aussi fortes que les identités culturelles auxquelles elles se rattachent. Dégustation en trois étapes avec, ce soir, le rhum de Cuba. Les secrets du rhum dans les plus beaux bars de La Havane. Depuis l’époque où les esclaves africains distillaient clandestinement quelques litre s pour leurs besoins pro pres, cette boisson tient une place essentielle dans la vie des Cubains, à côté du cigare. Tous deux ont inspiré poètes et romanciers. Ern e s t Hemingway lui a donné ses lettres de noblesse ; Fernando Campoamor, écrivain du pays, en parle comme du fils de la canne à sucre. Ce documentaire ret r a c e l’h i s t o i re et la fabrication du rhum, depuis le tord-boyaux jusqu’à l’alcool mûri et raff i- né. Il nous entraîne dans les champs de canne et les bars célèbres de La Havane où la vie bat son plein. La semaine prochaine : le whisky. 20.15 Putain d’Europe ! (Eutopia) Série documentaire Directeur de la série : Colin Luke (France/Grande-Bretagne/Grèce/Italie/Espagne, 2000-26mn) Coproduction : ARTE, Mosaic Films, la Compagnie des Phares et Balises, BBC, TV4 Sweden ARTE G.E.I.E. Voyageur clandestin Réalisation : Oleg Assadulin Montage : John Veal Les tribulations d’un Ukrainien clandestin en Europe… O r i g i n ai re d’Ukraine, Yuli est un jeune homme débrouillard, déterminé à quitter sa patrie pour une vie meilleure à l’Ouest. Il s’est procuré un passeport letton et a obtenu un visa de tourisme pour l’Allemagne. Vis-à-vis des autorités berlinoises, il a prétendu être un réfugié tchétchène, orphelin et sans papiers. Il aff irme avoir 15 ans quand il en a 22. Conformément au droi t e u ropéen, les Allemands sont dans l’obligation de lui offrir le gîte, le couvert et une éducation tant que sa demande d’asile est Yuli, un clandestin en Europe. en cours. Mais il veut voyager : il décide d’aller voir à quoi ressemble Paris, puis téléphone à un copain aux Canaries pour savoir si c’est mieux là-bas qu’en Allemagne. Mais son visa arrive bientôt à expiration…
20.45 Nos ancêtres les Lapons À travers la voix d’un Sami – nom que se donnent eux-mêmes les Lapons –, des témoignages et des images d’arc h i v e s i m pressionnants se raconte le destin cruel d’un peuple soumis aux pires humiliations. Pre m ier film réalisé par un Sami, Nos ancêtres les Lapons est une exceptionnelle œuvre de mémoire. (Give us our Skeletons !) Documentaire de Paul-Anders Simman (Finlande, 1999-48mn) Production : SAFI, Promotion Centre of Audiovisual Culture in Finland, Finnish Broadcasting compagny/TV2, Finnish Film Foundation. LA SEPTARTE Depuis 1985, Niilas Somby réclame à l’État n orvégien le crâne de Mons Somby, un de ses ancêtres samis, dont le squelette a p p artient aujourd’hui à l’Institut anatomique d’Oslo. Il raconte comment celui-ci et son compagnon Alask Hetta ont été décapités à la suite d’une révolte survenue en 1854 contre l’oppresseur norvégien. Ces deux hommes injustement condamnés sont devenus les figures emblématiques du mouvement de libération lapon. Niilas a lui-même perdu un œil et un bras dans les années 70, lors d’une manifestation visant à empêcher l’installation d’une centrale h y d ro-électrique sur les terres lapones. Aujourd’hui, sa rébellion est plus pacifiste : tout ce qu’il demande, c’est une digne sépulture pour ses ancêtres… Le martyr sami La voix de Niilas Somby fait œuvre de mémoire, mémoire d’un peuple dont le destin n’est pas sans rappeler les horreurs de l’Holocauste. Victimes d’une politique de ségrégation dès le milieu du XIX e siècle et jusqu’aux années 1970, les Samis ont vu c ertes leur situation largement s’améliore r en Scandinavie. Mais, au fil du récit de Niilas, des témoignages d’hommes et de femmes qui vécurent la violence raciale et morale que leur imposèrent les Scandinaves, c’est la vérité sur deux siècles d’humiliations qui éclate. Objets de pratiques eugénistes, les Samis durent se plier aux exigences des autorités : leurs crânes étaient pesés, mesurés, puis entassés dans un institut d’anatomie. Photographiés dans le plus simple appareil par des scientifiques, ils servaient sans le savoir les théories racistes d’une « science » qui contribua à l’idéologie nazie. Regardant l’une des photos où elle est nue, une femme raconte son eff roi devant cette demande humiliante. Mais, il y eut pire encore : au nom de la pureté de la race scandinave, des centaines de Samis ont été enfermé s dans des hôpitaux psychiatriques où des femmes étaient soumises aux électrochocs et stérilisées. Une Samie raconte son expérience : « Si on voulait sort ir, on n’avait pas le choix. Il fallait se laisser faire. C’était horrible. » En contrepoint de ses témoignages, des images d’archives impre s s i on n a n t e s m on t rent l’horreur de l’oppression mais aussi l’insistance de la propagande d’alors, qui assimilait le peuple scandinave à la race aryenne. Concours de beauté, combats de boxe, expériences scientifiques, tout était prétexte à encourager la compétition entre les races. « Quand Mons Somby et Alask Hetta ont été décapités, les Samis avaient peur. Les Norvégiens, eux, riaient, trinquaient et buvaient du vin. » Présenté par Alexandre Adler



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :