Arte Magazine n°24 10 jun 2000
Arte Magazine n°24 10 jun 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de 10 jun 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : nous, les Européens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
samedi 10 juin Metropolis rencontre des intellectuels algériens : ici, l’écrivain Boualem Sansal, auteur du Serment des barbares. 21.40 Metropolis Magazine culturel européen coordonné par Pierre-André Boutang et Peter Wien Rédaction : Dominique Rabourdin (2000-1h) LASEPTARTE ● Djellali Hadjadj Réalisation : Véronique Taveau et Pierre-André Boutang ● Boualem Sansal Réalisation : Véronique Taveau À quelques jours de la visite en France du président algérien Abdelaziz Bouteflika, M et ro p o l i s a souhaité donner la parole à deux intellectuels algériens : le journ a l i s t e Djillali Hadjadj et l’écrivain Boualem Sansal. Deux re g ards sur une même situation, deux auteurs qui nous parlent de la violence, de la corruption, des luttes de clans au sein du p ou v o ir, de cette démocratie qui semble avoir tant de mal à se réaliser, de cette Algérie de la réconciliation prônée par le nouveau président, où désormais terro r i s t e s et victimes semblent contraints à cohabiter. Leurs livres : C orruption et démocratie en Algérie de Djellali Hadjadj (Éditions La Dispute), le Serment des barbare s de Boualem Sansal (Gallimard). ● Les primitifs au Louvre Réalisation : Guy Seligmannet Pierre-André Boutang Ces arts venus d’Afrique, d’Océanie et des Amériques ont longtemps été nommés « primitifs ». L’obstination d’un homme, Jacques K erchache, et sa re n c on t re avec le maire de Paris en 1994 – un certain Jacques Chirac – ont eu pour effet de leur ouvrir les portes du Louvre, au Pavillon des sessions, le 13 avril 2000. De cette re n c on t re est né le projet d’un nouveau musée situé Quai Branly qui sera inauguré en 2004 : le Musée des arts d’Afrique, d’Océanie et des Amériques sera construit par l’arc h i t e c t e Jean Nouvel au pied de la tour Eiffel. Le Pavillon des sessions a été aménagé par l’architecte Jean-Michel Wilmotte. Depuis son ouverture, le public s’y rend en masse. M et ro p o l i s s’est penché sur l’histoire de cette « conquête » du Louvre : visite aux 120 chefs-d’œuvre installés au Pavillon des sessions, portrait de Jacques Kerchache au temps de sa découverte de l’Afrique (il y a quarante ans). Entretiens avec Wi l m o t t e, K erchache, mais aussi Jean Nouvel, Stéphane Martin et Germain Viatte, responsables du futur musée. 6 - ARTE MAGAZINE n°24 - 10 juin > 16 juin 2000 22.40 Mix-Cité Djamel (Samir Guesmi) est rattrapé par son passé. Téléfilm de Christophe Leprêtre (France, 1999-1h22mn) Scénario : Sylvain Agaesse et Christophe Leprêtre Avec : Annelise Hesme (Élodie), Nour-Eddine Maamar (Momo), Samir Guesmi (Djamel), Thérèse Liotard (Aline), Smaïl Mekki (Samir), Amine Rezaiguia (Rachid), Yves-Marie Maurin (Hugo), Fadila Belkebla (Zhora), François Dyrek (Fournier), Raphael Beauville (Alex) Photographie : Dominique Fausset Montage : Cécile Favier Musique originale : Faxion Coproduction : La Sept ARTE, BKS Films LASEPTARTE Élodie, la trentaine, habite à Lyon où sa mère est journaliste de mode. Elle éprouve le besoin de s’engager sur les traces de son p è re, assassiné en Algérie. Son voisin et médecin, Samir, qui a été élevé dans la cité de Va u l x - en - Velin, lui fournit le nom de Momo, un éducateur qui encadre les jeunes de Vaulx, mais leur pre m i è re entrevue tourne court. Ignorant les vexations, Élodie s’acc roche, gagne peu à peu la confiance d’Alex et Zhora, deux autres éducateurs, et fait la connaissance de Rachid, petit caïd de 12 ans tombé amoureux d’elle, et de Djamel, un ami de Momo qui vient de sortir de prison. Elle ret rouve dans cette cité la chaleur humaine et l’hospitalité qui avaient frappé son père en Kabylie, et dont il l’avait entret e- nue avant de mourir.
Élodie, une jeune journaliste de mode, se rend à Va u l x - en - Ve l i n pour écrire un « article de fond » sur la vie des banlieues. Mais pénétrer ce microcosme, ses codes, ses rituels, n’est pas chose aisée. Chronique de la cité ord i n ai re, de coups de gueule en coups de cœur. Le jour se lève sur ma banlieue… Avec M i x - C i té, Christophe Leprêtre signe son premier scénario et sa pre m i è re réalisation. Après La Haine et Ma 6.T va crack-er, si les banlieues en perdition restent un sujet d’une brûlante actualité, elles n’en commencent pas moins à devenir un lieu commun du cinéma. Mais le réalisateur évite l’orn i è re de la paraphrase et de la redite par un mélange bien dosé de citations pert i n en t e s, d’analyses pénétrantes, de narration poignante. Pour être parfois connus, les lieux ne sont jamais communs. La violence est bien là, inexorable, irrationnelle même si compréhensible. Les personnages, éducateurs, petits caïds, « grands frères », sont souvent interprétés par des habitants de Va u l x - en - Velin et ne deviennent jamais caricaturaux. Ils forment une communauté m arginalisée par les pouvoirs publics (le m é t ro lyonnais n’a pas été prolongé jusqu’à Vaulx à dessein…), qui a ses pro pres lois, non écrites, et sa pro pre langue, un français des cités mâtiné de locutions arabes. Enfin, Christophe Leprêtre rend hommage à une c u l t u re algérienne où l’hospitalité est sacrée, la chaleur humaine bien présente, et d é m on t re bien que « la haine est une défaite de l’imagination » (Graham Gre en e). Élodie (Annelise Hesme), grand reporter à Vaulx-en-Velin. Eros Ramazotti, l’idole des jeunes Italiennes. ARTE MAGAZINE n°24 - 10 juin > 16 juin 2000 - 7 00.05 Music Planet. Eros Ramazotti Documentaire musical de Rudi Dolezal et Hannes Rossacher (Autriche,1998-1h) ZDF (Rediffusion du 13 juin 1998) Eros Ramazotti est actuellement l’un des plus brillants représentants de la musique de variétés italienne : portrait de l’homme et de l’artiste. Né dans une famille romaine pauvre, Ero s Ramazotti a pris sa revanche ce jour de 1985 où il a été découvert au Festival des jeunes talents de San Remo. Sa renommée a dépassé les fron t i è res de l’Italie depuis longtemps et ses concerts re m p l i s s en t d é s ormais les stades jusqu’en Amérique du Sud. Doué pour la musique dès son plus jeune âge, très enraciné dans la culture italienne, il mêle musique traditionnelle et ry t h m’n’blues. Ses chansons évoquent les amours blessées, la fin de l’été et... le foot. Romantique et sexy, Eros Ramazotti est le « c h roniqueur » de la génération des jeunes en Italie, son « port e - p a role » en quelque sorte.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :