Arte Magazine n°24 10 jun 2000
Arte Magazine n°24 10 jun 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de 10 jun 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : nous, les Européens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
jeudi 15 juin L’homme De quoi j’me mêle ! et ses cent mille gènes. Des gènes qui sauvent, tuent ou innocentent. Des gènes bons ou mauvais, qui se transforment et se manipulent, se vendent ou s’achètent. La génomania aux États-Unis, pour le pire et le meilleur : Dean Hamer (en haut), professeur de génétique comportementale, à la recherche du gène du bonheur et du fumeur… Jeremy Henkins (ci-dessus), après 17 ans de prison pour un viol qu’il n’a pas commis, a été innocenté grâce à un test ADN. ●●● soigne la maladie de Parkinson en implantant des électrodes dans le cerveau ; autrement dit, il le manipule. En Allemagne, on va en c o re plus loin. Grâce à un système qui relie directement son cerveau à un ord i n a- t e ur, Hans Peter Salzmann, atteint du synd rome de l’enfermement, communique avec le monde extérieur par la seule force de sa pensée. Mais le d o c u me n t ai re montre qu’une nouvelle révolution se prépare avec l’apparition des organes art i f i ci e ls. Le cœur artificiel est déjà une réalité. Grâce à lui, des patients comme B ern ard, 57 ans, peuvent vivre pendant quatre ans munis d’un circ u i t é l e c t ronique dans le corps, en attendant d’être transplantés. Après la fusion entre l’homme et la machine, quelle sera la prochaine étape ? La fusion de l’homme et de animal ? Les x é n o g re ffes ou transplantations d’org a ne s animaux sur un corps humain sont sur le point de bouleverser le monde chirurg i c al. Vi v re avec un cœur ou un rein de porc ne relèvera bientôt plus de la science-fiction. L’a v en ir, c’est enfin les avancées spectacul ai res des techniques de culture cellulaires... Le film, tel un puzzle, passe ainsi en re v u e toutes les parties du corps. Un corps désormais modifiable, réparable, re c on s t ru c t i b le. 28 - ARTE MAGAZINE n°24 - 10 juin > 16 juin 2000 22.15 Génomania Documentaire de Nathalie Lenfant (France, 2000-45mn) Coproduction : Doc en Stock, La Sept ARTE Tourné aux États-Unis, ce documentaire part à la rencontre des chercheurs à la pointe de la génétique, qui traquent cet invisible morceau d’humain, mais aussi des patients et citoyens, premiers cobayes de cette science en devenir. Portrait d’une société sur le point d’être frappée par le virus de la génomania. Les États-Unis, eldorado de la re c h erc h e génétique, un pays où une société privée a le droit de breveter des gènes ! Dans la grande course à la constitution de la cart e du génome humain, les États-Unis ont la re s- ponsabilité de collecter 55% des informa- tions, quand les chercheurs français n’en ont que 8%. Un pays libéral, jusque dans la re c h erche la plus délicate, où l’on observ e une course folle entre instituts publics et privés, où l’on tente de tout expliquer par le gène. À Washington, au cœur de la « vallée des gènes », le professeur Dean Hamer, grand prêtre de la génétique comport e me n- tale, tente de mettre au jour les gènes de l’homosexualité et du bonheur… D’autre s travaillent sur le syndrome d’hyperactivité et d’inattention chez l’enfant, accusant encore une fois le gène... À New York, deux c é l è b res avocats luttent pour généraliser « la preuve par le gène ». Grâce aux tests ADN, soixante prisonniers condamnés à mort ou à la prison à perpétuité ont pu être innocentés. À Baltimore, Eric Kast, 32 ans, atteint de mucoviscidose, survivra peut-être, grâce à la thérapie génique. Mais cette thérapie expérimentale est encore dangereuse, et a déjà provoqué la mort… Quant à Dan, homme stérile, il est parvenu à faire un enfant grâce à la procréation médicalement assistée, une pre m i è re mondiale. Mais à quel prix ! Au travers d’applications à la pointe de la re c h erche et d’exemples humains, ce film soulève des questions aussi dérangeantes que fascinantes sur l’avenir du genre humain.
23.10 Larmes de clown (He Who Gets Slapped) Film de Victor Sjöström Cinéma le muet du mois (États-Unis, 1924-1h26mn) – Muet, noir et blanc Scénario : Carey Wilson, Victor Sjöström, d’après la pièce de théâtre He,The One Who Gets Slapped de Leonid Andreïev Avec : Lon Chaney (Beaumont), Norma Shearer (Consuelo), John Gilbert (Bezano), Marc MacDermott (baron Regnard), Harvey Clark (Briquet), Tully Marshall (le comte Mancini) Photographie : Milton Moore Montage : Hugh WynnMusique : Jürgen Lamke (musique écrite pour le NDR) Production : MGM ARD Scientifique bafoué, Beaumont décide de devenir clown. Un portrait triste et noir d’une société prête à rire de la détresse des autres… Beaumont est un inventeur victime de la perfidie d’un cert ai n b a ron Regnard qui lui vole les résultats de ses re c h erches et sa femme par la même occasion. Lorsqu’il dénonce le coupable devant une assemblée de collègues scientifiques, ces dern ier s ricanent. Désespéré, il change de vie et devient clown dans un cirque ambulant. avec un numéro intitulé « L’homme qui se fait gifler ». Il tombe amoureux de l’écuyère Consuelo, mais elle le repousse en ricanant. Or, voici que Mancini, le père de la belle, invite le b a ron Regnard dans l’espoir qu’il s’intére s- se à la jeune artiste. Le résultat dépasse toutes ses espérances. Une fois de plus, Beaumont tente de dénoncer publiquement les manœuvres malhonnêtes de Regnard... Malheur d’en rire À travers cette histoire de clown, c’est un p ortrait fort noir et triste que Sjöström fait d’une société prompte à se réjouir du malheur des autres. Et si les amuseurs professionnels étaient les seuls à dire la vérité ? Le film propose un traitement symbolique saisissant d’une existence où chocs psychologiques et coups physiques se répondent, où l’univers du cirque devient parabole pour parler de la vie, de l’amour et de la mort. Victor Sjöström Acteur et cinéaste, Victor Sjöström (1879- 1960) a été avec Mauritz Stiller l’un des plus brillants réalisateurs scandinaves du premier après-guerre. Dès ses premiers films, il s’attaque à des problématiques sociales avec I n g e b org Holm (1913), les Pro s c r i t s (1917), B erg - E y w i n d – d i ffusé sur ARTE le 18 mai dernier –, la Charrette de la mort (1920). Il est appelé à Hollywood par la MGM en 1923. D’abord déçu de ne pouvoir continuer dans la veine de ses œuvres suédoises, il finit par s’adapter et tourne des sujets apparemment plus légers et plus enlevés. Il réalisera neuf films outre - Atlantique, ses plus grandes réussites étant L armes de clown, la Tour des mensonges (d’après Selma Lagerlöff, 1925), la Lettre rouge (1926) et l’extraord i n ai re Ve n t (a v e c Lilian Gish, 1928). L’arrivée du parlant ne lui convient guère ; il re n t re en Suède où il abandonne la réalisation pour se consacrer au métier d’acteur. ARTE MAGAZINE n°24 - 10 juin > 16 juin 2000 - 29 « Il n’y a rien qui fasse autant rire les gens que de voir quelqu’un en train de se faire gifler. » (Victor Sjöström) La vérité sort de la bouche des enfants et des clowns.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :