Arte Magazine n°24 10 jun 2000
Arte Magazine n°24 10 jun 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°24 de 10 jun 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : nous, les Européens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
m ardi 13 juin En 1931, l’ethnologue Marcel Griaule découvre le peuple dogon. 21.40-00.55 Le mystère dogon Depuis l’expédition Dakar-Djibouti menée en 1931 par Marcel Griaule et Michel Leiris, les Dogons fascinent les ethnologues. Cette civilisation installée depuis le XV e s i è c l e sur la falaise de Bandiagara, au Mali, commence à peine à livrer les secrets de sa culture et de sa cosmogonie. ARTE fait le point des connaissances sur l’un des peuples les plus mystérieux d’Afrique noire. Soirée proposée par Germaine Dieterlen, Jean Rouch et Guy SeligmannLA SEPTARTE (Rediffusion du 17 février 1998) Dans l’entre - de u x - g u e res, l’Europe découvre la musique noire (le jazz) et l’art africain avec les masques collectionnés par Picasso, Derain et André Breton. À Paris, les salles de l’École pratique des hautes études se remplissent de jeunes gens passionnés venus écouter l’ethnologue Marcel Mauss. Ils se nomment Marcel Griaule, Michel Leiris, G ermaine Dieterlen. Mauss leur enseigne la rigueur scientifique, et eux vont l’appliquer à un continent en cours de découverte : l’Afrique noire. Dès 1931, une loi du Parlement français confie à Marcel Griaule la direction d’une expédition qui ira, en deux ans, de Dakar à Djibouti. Elle sera en part i e financée par un match de boxe du champion du monde Al Brown. De cette mission s ort i ront un chef-d’œuvre littéraire – l’A f r i qu e f a n t ô me, de Michel Leiris –, une nouvelle génération d’ethnologues et un intérêt inédit pour les civilisations africaines, notamment celle des Dogons. 20 - ARTE MAGAZINE n°24 - 10 juin > 16 juin 2000 21.40 Les Dogons : chronique d’une passion Documentaire de Guy Seligmann(France, 1997-1h37mn) Avec la participation de Germaine Dieterlen, Jean Rouch, Denise Paulme et Geneviève Calame-Griaule Coproduction : La Sept ARTE, Sodapéraga Depuis soixante ans, les ethnologues se passionnent pour la civilisation dogon. Une culture mystérieuse dont la cosmogonie ne pourra être décryptée totalement avant l’année 2147... Exploitant de nombreux extraits de films et le savoir merveilleusement raconté de G ermaine Dieterlen, Jean Rouch, Denise Paulme et Geneviève Calame-Griaule, le d o c u me n t ai re de Guy Seligmannfait la synthèse de ce que l’on sait aujourd’hui sur les Dogons. Leur statuaire, leur cosmogonie, leurs rituels ont traversé, pour arriver jusqu’à nous, plus de deux mille ans d’histoire orale. Le s i g u i en particulier : cette cérémonie rituelle a lieu tous les soixante ans et raconte l’histoire de la création du monde selon les Dogons. Son rythme est déterminé par l’évolution d’un satellite de Sirius, de nos jours invisible à l’œil nu mais que les Dogon semblent capables d’observ er. Comment ? On l’ignore. Chaque s i g u i a un thème ; il en faut quatre, aux dires des Dogons, pour c o m pre n d re dans sa totalité le sens de ce rituel fascinant. Griaule, le véritable découv reur des Dogons, a recueilli en 1931 les pre m i è res informations sur le s i g u i de 1907.
Jean Rouch et Germaine Dieterlen l’ont filmé pour la pre m i è re fois en 1967. Une autre génération de chercheurs filmera celui de 2027, une autre celui de 2087, et une autre en c o re celui de 2147. Le cycle sera alors complet et l’on pourra peut-être compre n d re la cosmogonie dogon. En attendant, ce fascinant mystère a généré des vocations dans tous les secteurs de l’ethnologie : Denise Paulme et Deborah Lifchtitz se sont intére s- sées à l’organisation sociale des Dogons ; Geneviève Calame-Griaule est, pour sa part, l’auteur d’un dictionnaire dogon-français... 23.25 À l’ombre du soleil Funérailles et intronisation du hogon d’Arou Documentaire de Nadine Wanono et Philippe Lourdou (France, 1997-1h22mn) Son : Pierre Gauthier Montage : Natacha Krylatov-Gallet Coproduction : La Sept ARTE, Sodapéraga Responsable de la fertilité, de la pluie et de l’ordre sur terre, le h o g on est le chef religieux suprême des Dogons. Nadine Wanono et Philippe Lourdou ont filmé les funérailles d’un h o g on et l’intronisation du nouveau chef. Saisissant. L’ensemble de la population dogon se compose de quatre clans. C’est dans le clan des A rou qu’Amma, le dieu créateur, choisit le h o g on qui résidera dans un sanctuaire isolé édifié au creux d’un piton rocheux. En 1984, le dernier h o g on d’A rou est mort. En raison de problèmes économiques et de désacc ords religieux, les funérailles ne sont célébrées qu’en juin 1992. Durant trois jours et deux nuits, les hommes du clan des Arou et des familles voisines viennent lui re n d re hommage au cours d’une cérémonie qui a pour objet d’empêcher l’âme du défunt det o urmenter les vivants. Six semaines plus t ard, l’intronisation de son successeur peut avoir lieu. Les cérémonies d’investiture du rent trois semaines durant lesquelles le h o g o ne ffectue une retraite de quinze jours dans une grotte isolée. À l’issue de son intronisation commence une vie de re n on c e- ment. Il ne quittera plus Arou jusqu’à sa m ort. Abandonner son sanctuaire exposerait le monde à de graves désord res... Renaissance Ce documentaire réalisé par des ethnologues de la nouvelle génération nous fait v i v re au rythme de ces rituels primord i a u x que sont les funérailles et les intron i s a- tions. Ici, c’est dans un v a c arme perma n en t que se déroulent les cérémonies. Entre les chants, les musiques et les derniers soubresauts des bêtes sacrifiées, tout n’est que sons. Dans la perpétuelle poussière de la falaise de Bandiagara, le passage d’un chef religieux défunt à un nouveau est perçu comme une renaissance. Les rituels sont i m pressionnants : chaque geste est accompli avec une précision à la hauteur de la mission symbolique dont il est empli. Le ry t h me du montage et le mixage des sons sont au s ervice de cette ferv e ur, de cet engagement que représente le rituel chez les Dogons. ARTE MAGAZINE n°24 - 10 juin > 16 juin 2000 - 21 Depuis le XV e siècle, les Dogons sont installés sur la falaise de Bandiagara, au Mali. Pendant trois jours, les Dogons rendent hommage à leur chef religieux défunt.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :