Arte Magazine n°23 30 mai 2020
Arte Magazine n°23 30 mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de 30 mai 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 30

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : grande enquête sur l'avenir de la planète.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
lundi 1er juin ARTE MAG N°23. LE PROGRAMME DU 30 MAI AU 5 JUIN 2020 18 5.00 M LEONARD BERNSTEIN «Mass», oratorio scénique Concert 7.10 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 LEM GEO REPORTAGE Japon  : vivre à l’ombre du volcan Iodake Reportage 8.00 L R LA CORÉE DU SUD, LE PAYS AUX MULTIPLES MIRACLES Séoul, c’est tout un roman Série documentaire 9.05 LR EXPÉDITION AUX SOURCES DE L’ESSEQUIBO Le delta du fleuve ; Les chutes de Kaieteur ; La savane du Rupununi ; Le Sud sauvage ; En pays indien Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 ARTE REGARDS Reportage 13.35 LR LES AVENTURES DE ROBIN DES BOIS Film 15.15 L R ROBIN HOOD En vert et contre tous Documentaire 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission 17.10 R XENIUS Les astuces de grand-mère Magazine Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande 17.45 ER ENQUÊTES ARCHÉOLOGIQUES Maya  : l’astronomie au service du pouvoir Série documentaire 18.15 L R LES PLUS BEAUX PARCS D’EUROPE Rome – La villa Borghèse ; Munich – Le jardin anglais Série documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.50 L ER TU MOURRAS MOINS BÊTE Pâtée pour chiens Série d’animation 20.55 D BATAILLE SANS MERCI Film 22.15 R FRENCH CONNECTION Film 23.55 R L’ÉLOGE DU RIEN Documentaire 1.20 R PYROMANIAC Film 2.50 EM ENQUÊTES ARCHÉOLOGIQUES El Argar, une civilisation oubliée Série documentaire 3.20 EM ENQUÊTES ARCHÉOLOGIQUES Pachacamac, la Lourdes préhispanique Série documentaire 3.50 M ARTE REGARDS Reportage Multidiffusion Rediffusion Versions linguistiques disponibles Disponibilité en ligne Date de disponibilité Date de fin de replay en avant-première 20.55 Cinéma Bataille sans merci Victime d’un hold-up, un homme doit se faire justice pour libérer celle qu’il aime. Le duo romantique Rock Hudson et Donna Reed magnifié par la caméra de Raoul Walsh dans un western flamboyant. 1953 (RENEW.1981) COLUMBIA PICTURES/LESTER WHITE Peu de temps après la guerre de Sécession, une diligence chargée d’or et escortée par des militaires fait route vers l’ouest des États-Unis. À son bord, trois hommes et une jeune femme, Jennifer Ballard, en route pour retrouver dans quelques jours Ben Warren, son fiancé. Lorsque la diligence fait halte pour la nuit dans une petite bourgade, celui-ci lui fait la surprise de venir la chercher à son hôtel. Le lendemain, ayant vendu son cheval, Ben poursuit le voyage jusqu’à son ranch en compagnie de Jennifer et des trois autres passagers. En chemin, deux d’entre eux tombent les masques et donnent l’ordre à leurs complices déguisés en militaires de s’emparer de la diligence et de son chargement d’or. Alors qu’il tente de résister à l’attaque, Ben Warren est abattu. Le laissant pour mort, les hors-la-loi s’enfuient vers le Mexique avec leur butin et enlèvent Jennifer. Frank Slayton, le chef de la bande, tente de la convaincre de l’épouser... LE BIEN ET LE MAL Dans les atours flamboyants du western en Technicolor, Bataille sans merci, du maître Raoul Walsh, se lit comme un conte moral sur la justice et la loi du plus fort. Tiraillé entre ses nouvelles convictions pacifistes et le désir de faire parler la poudre, Ben Warren, sommé de sauver sa fiancée et de venger un compagnon d’infortune, incarne à lui seul l’affrontement du bien et du mal. Produit en 3D pour impressionner les spectateurs pendant les scènes d’action au cours desquelles des objets et des couteaux sont lancés face caméra, ce film se laisse aussi découvrir aujourd’hui avec plaisir en 2D. Car quelle que soit la dimension, les paysages de l’Ouest américain offrent un spectacle d’une beauté à couper le souffle. (Gun Fury) Film de Raoul Walsh (États-Unis, 1953, 1h18mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Irving Wallace, Roy Huggins d’après le roman Ten Against Caesar de Kathleen B. George et Robert A. Granger Avec  : Rock Hudson (Ben Warren), Donna Reed (Jennifer Ballard), Lee Marvin (Blinky), Phil Carey (Frank Slayton), Roberta Haynes (Estella Morales), Leo Gordon (Jess Burgers) - Production  : Columbia Pictures
1971 TWENTIETH CENTURY FOX FILM CORPORATION/RENEWED 1999/ALL RIGHTS RESERVED 22.15 Cinéma Spécial William Friedkin French Connection Deux flics new-yorkais enquêtent sur un trafic de drogue mené depuis le sud de la France. Signé William Friedkin, un polar au rythme effréné, récompensé par cinq Oscars. À Marseille, Alain Charnier, un parrain du trafic d’héroïne, prépare une livraison aux États- Unis et se débarrasse du policier qui le suit en le faisant abattre par Pierre Nicoli, l’un de ses hommes de main. Dans le même temps, à Brooklyn, deux enquêteurs des «stups», Jimmy Doyle, dit «Popeye», et Buddy Russo, arrêtent un revendeur qui leur livre le nom d’un grossiste. Une filature les mène à un petit restaurant tenu par Sal Boca, déjà arrêté pour cambriolage. Ils apprennent l’arrivée imminente à New York d’une importante cargaison d’héroïne, tandis qu’un complice d’Alain Charnier, qui vient d’effectuer la traversée de Marseille à New York en paquebot, surveille le débarquement de sa voiture... RYTHME EFFRÉNÉ Dans les années 1960 et jusqu’au début des années 1970, la majeure partie de l’héroïne arrivant illégalement sur la côte Est des États-Unis provenait du sud de la France. Cette «French Connection» donna lieu à une enquête dont William Friedkin (L’exorciste, Killer Joe) s’inspire pour mettre en scène un polar au rythme effréné et au réalisme quasi documentaire. Le New York des années 1970 y est filmé comme une zone de guerre avec ses terrains vagues, ses immeubles en ruine, ses trottoirs éventrés et ses carcasses de voiture. Pour son rôle de flic revanchard et violent, Gene Hackman décrochera l’Oscar du meilleur acteur en 1972. Un film policier profondément novateur à l’époque, devenu un classique du genre, grâce entre autres à une incroyable course-poursuite sous le métro aérien de Brooklyn. Meilleurs film, acteur (Gene Hackman), réalisateur, adaptation, montage, Oscars 1972 Meilleurs film, réalisateur, acteur (Gene Hackman), Golden Globes 1972 Meilleurs film, acteur (Gene Hackman), Bafta 1972 Lire page 10 (The French Connection) Film de William Friedkin (États-Unis, 1971, 1h39mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Ernest Tidyman, d’après le livre éponyme de Robin Moore - Avec  : Gene Hackman (Jimmy Doyle), Fernando Rey (Alain Charnier), Roy Scheider (Buddy Russo), Tony Lo Bianco (Sal Boca), Marcel Bozzuffi (Pierre Nicoli) - Production  : D’Antoni Productions, Shine-Moore Productions ARTE diffuse le documentaire Friedkin Uncut – William Friedkin, cinéaste sans filtre, dimanche 31 mai à 23.25, et French Connection 2, réalisé par John Frankenheimer, mercredi 3 juin à 22.35. 23.55 La lucarne L’éloge du rien Que nous dirait le «rien» s’il pouvait parler ? Et comment le filmer ? Boris Mitic relève ce double et singulier défi avec un tour du monde en images raconté par Iggy Pop. D’emblée, le «rien» prend la fuite, frustré d’être incompris. S’ensuit une aventure planétaire dans laquelle, blasé mais plein de sympathie pour nos faiblesses humaines, il parcourt le monde tel un prophète déchu, dénonçant nos illusions et admettant les siennes, pour tenter de convaincre de son rôle nécessaire et, en définitive, constructif dans l’existence humaine. INSTANTS SUSPENDUS Des rages de jeunesse aux adages pleins de sagesse, des crises existentielles aux incertitudes professionnelles, des introspections romantiques aux évaluations géopolitiques, le «rien» profite de son passage sur terre pour présenter sa critique – totale mais bienveillante – de tout et du tout. Pour mettre ce «rien» en lumière, Boris Mitic, enfant terrible et inclassable du cinéma serbe (Goodbye, How Are You ?) , réunit des images capturées, pendant huit ans et selon ses directives, dans 70 pays différents par 62 complices – dont des documentaristes reconnus comme l’Autrichien Michael Glawogger, le Russe Vitaly Mansky ou encore l’Uruguayenne Alicia Cano. Son film met en scène une constellation d’instants suspendus, entrecoupés par des cartons façon cinéma muet et portés par une BO composée par Pascal Comelade et The Tiger Lillies. S’exprimant en voix off – et en vers ! – au nom du «rien», l’inégalable Iggy Pop apporte une touche poético-satirique aux réflexions philosophiques qu’il distille tout au long de ce voyage insolite et envoûtant. Documentaire de Boris Mitic (Serbie/Croatie/France, 2017, 1h18mn) - Narration  : Iggy Pop - Production  : Dribbling Pictures, Anti-Absurd, La Bête, en association avec ARTE France-La lucarne - (R. du 28/1/2019) 25/5 30/7 LA BETE/DRIBBLING PICTURES/ANTI-APSURD lundi 1er juin ARTE MAG N°23. LE PROGRAMME DU 30 MAI AU 5 JUIN 2020 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :