Arte Magazine n°23 3 jun 2000
Arte Magazine n°23 3 jun 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de 3 jun 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : impressions de la grotte Chauvet.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
samedi 3 juin 21.40 Metropolis Magazine culturel coordonné par Pierre-André Boutang et Peter Wien (Allemagne, 2000-58mn) ZDF ● Europe, nous voilà : Chypre La partie grecque de l’île de Chypre, dont le nord est occupé depuis 1974 par la Turquie, est en plein essor économique, ce qui lui permet de se qualifier pour l’adhésion à l’Union européenne. Celle-ci pourrait aider à régler le problème de la république i n s u l ai re, car l’une des conditions d’entrée dans l’Union est d’entretenir de bonnes relations avec ses voisins. L’équipe de Metropolis a rencontré le réalisateur grécochypriote Panikos Chrysanthou et son collègue turco-chypriote Niyazi Kizilyürek, qui ont tourné le documentaire C h y pre, mon amour pour ARTE. Autres interlocuteurs : le peintre Klafkos Koumides et le président de la jeune association nationale des compositeurs, Fedros Kavallaris. ● L’agenda culturel Toute l’actualité culturelle européenne. 22.40 L’été de David David passe l’été de ses dix-sept ans à la campagne, dans la plaine du Pô. Là-bas, ce garçon timide va re n c on t rer l’amour, l’amitié et les dangers du monde. Une très belle chronique, juste et sensible. David (Stefano Campi) passe les vacances chez son oncle bourru (Tony Bertorelli, parfait). Le dernier été d’un adolescent. (L’estate di David) Téléfilm de Carlo Mazzacurati (1998-1h30mn) - VF Scénario : Carlo Mazzacurati, Claudio Piersanti Avec : Stefano Campi (David), Patrizia Piccinini (Patricia), Tony Bertorelli (l’oncle), Semsudim Mujic (Alem), Silvana De Santis (la tante), AlessandroMizzi (l’homme à la Mercedes) Photographie : AlessandroPesci Décors : Leonardo Scarpa Musique : Ivano Fossati Coproduction : Tangram Film, Rai LASEPT ARTE 3 Fipa d’or 1999 (meilleur scénario, meilleur acteur, meilleure actrice) David, 17 ans, vient de réussir son bac. L’été à Turin s’annonce monotone, et David p art à la campagne chez son oncle, dans la plaine du Pô. Là-bas, il travaille à vider une grange et rencontre une jeune femme, Patricia. Timide et sensible, David n’ose pas répondre pas à ses avances. Lors d’un séjour forcé à l’hôpital, l’adolescent re n- c on t re Alem, un jeune Bosniaque qui tra-
vaille comme serveur et trafique un peu de haschich. Par amitié, David accepte de cacher la drogue chez son oncle. Il finit par f ai re l’amour avec Patricia, mais découvre que la jeune femme couche accessoirement avec le trafiquant local qui lui fourn i t de l’héroïne. David se fait mettre à la port e par son oncle qui a découvert le haschich caché dans la grange. Il vit les dern ier s moments de son adolescence… Sous le soleil Filmant avec pudeur et générosité les derniers feux de l’adolescence, ce téléfilm réussit à rester jusqu’au bout juste et captivant. Il y parvient grâce à un sens aigu de l’obs ervation : les paysages sont splendides, la décoration re m arquable. Sans jamais insist er, Mazzacurati ancre son histoire dans un solide fond social : on re m arque en passant les ouvriers agricoles immigrés, les réfugiés d’e x - Yougoslavie, les maffias de la drog u e … Mais loin de forcer sur l’archétype, il rend à chaque personnage une présence singulière (le trafiquant, le jeune voyou tzigane). Bel exemple d’une fiction qui échappe aux conventions du terroir comme à celles du misérabilisme social. Carlo Mazzacurati Il réalise son premier film, Va g a b on d, en 1983, mais c’est Nanni Moretti qui le fait c on n a î t re en produisant Notte italiana en 1987. Le film fait l’unanimité en Italie comme en France (Grand Prix à Annecy). S u i v ront Il prete bello (1989, Grand Prix à Annecy), Un’altra vita (1992, Prix du public à Venise), Il toro (1994, Lion d’argent à Venise), Vesna va veloce (1995). Carlo Mazzacurati a reçu le Prix Sergio-Leone du Festival d’Annecy en 1994. Sensible et timide, David séduit Patricia, une femme plus âgée (Patrizia Piccinini). 00.10 Music Planet I Muvrini Terra Documentaire musical de Tony Gatlif (France, 1996-1h) Dans la série « World Collection » Coproduction : La Sept ARTE, Morgane Productions LA SEPTARTE (Rediffusion du 18 mai 1996) Le cinéaste Tony Gatlif (Latcho Drom) a suivi les stars du chant corse dans le maquis, jusqu’à la source de leur inspiration. Un parcours qui nous mène des polyphonies traditionnelles à la world music et au succès international. En 1979, leur musique est exclusivement traditionnelle. Quatorze albums plus t ard, elle entre par la grande porte dans la world music. Le groupe des f r è res Bern ardini s’est peu à peu converti à des sonorités plus cosmopolites. « Ne jamais oublier que les seules fron t i è res de la Corse sont ses rivages » , rappelle le leader Jean- François Bern ardini. « D a n s ce langage-là, d’autre s voix, d’autres accents, d’autres rivages rejoignent ceux de la Corse. » En accueillant des embruns catalans, des épices malgaches, des coloris africains, tout en gardant un édifice solidement polyphonique, I Muvrini a pu séduire le public intern a t i on a l – même si d’irréductibles traditionalistes lui reprochent des synthétiseurs envahissants. Selon le cinéaste Tony Gatlif, le débat est de toute façon obsolète : toute création naît maintenant d’un recyclage. C’est donc quelque chose de plus intime que le réalisateur de Latcho Dro m a voulu saisir : l’amour porté à la terre. Pour compre n d re les origines de la polyphonie, le groupe a emmené Gatlif « là où elle est née, en haut d’une montagne, dans un village qui domine la mer… » Cinéaste itinérant, Tony Gatlif a voulu un film « en noir et blanc, comme l’est la Corse profonde, comme les vêtements et les traditions, à l’opposé des images touristiques en couleur ». Ce portrait d’I Muvrini en est d’autant plus profond et sincère. « La plus belle pratique culturelle, c’est l’acceptation de tous les langages. » (Jean-François Bernardini)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :