Arte Magazine n°23 3 jun 2000
Arte Magazine n°23 3 jun 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de 3 jun 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : impressions de la grotte Chauvet.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
L’affaire est dans le sac « Communiqué des auteurs du film le Juge F a y ard dit le shériff. À la requête de l’association régie par la loi 1901 qui estime que : tous ses membres présentés dans le film sont sans exception des personnages det ruands, d’assassins, de proxénètes, de m i l i t ai res déchus, de policiers et de politiciens véreux, que tous les délits et crimes décrits (hold-up, règlements de comptes, etc.) y sont conçus, organisés et réalisés par des membres de cette association, les auteurs ont été condamnés le 12 janvier 1977 par le tribunal de grande instance de Paris à supprimer quelques répliques et à effectuer une coupe où apparaît le nom de cette association. Il en résulte pour les spectateurs un léger inconvénient… indéjeudi 8 juin « Nous sommes dans une situation ridicule qui fait sourire la délinquance organisée. » (Jean-Pierre Murciano, juge d’instruction à Grasse) « Nous sommes tenus par des règles et par des procédures : si on s’y tient avec rigueur, nos chances d’aboutir sont assez minces. » L’Europe, les juges et les affaires (Éric de Montgolfier, procureur à Nice) Patrick Dewaere, magnétique, et Aurore Clément. ●●● sions ro g a t o i res. Des analyses informa- tiques permettent même de déceler des constantes d’organisation qui témoignent d’un réseau clandestin. Mais que faire lorsque de grands groupes de pre s s e, v o i re des personnalités politiques et judiciaires, sont impliqués ? Les pressions, les rumeurs et la corruption sont les méthodes habituelles utilisées pour déstabiliser la justice. Et quand même le plus officiel des chantiers, la construction du Parlement e u ropéen, emploie plus de 50% de main d’œ u v re illégale, la lutte semble désespérée… La seule solution serait de créer un p arquet européen. Mais, symbole de souveraineté pour les États, la justice est loin de devenir européenne. La criminalité organisée s’en accommode fort bien… 22.10 Film Le juge Fayard dit le shériff Film d’Yves Boisset (France, 1976-1h52mn) Scénario : Yves Boisset, Claude Veillot Avec : Patrick Dewaere (le juge Jean-Marie Fayard), Aurore Clément (Michelle Louvier), Philippe Léotard (l’inspecteur Marec), Michel Auclaire (le « docteur »), Jean Bouise (le procureur général Arnould), Jean-Marc Bory (Lucien Degueldre, « monsieur Paul »), Jacques Spiesser (Jacques Steiner), Marcel Bozzuffi (Joanno, le capitaine), Myriam Mézières, Bernard Giraudeau Photographie : Jacques Loiseleux Musique : Philippe Sarde Production : Yves Gasser, Yves Peyrot (Action Films), SFP, Filmedis Prix Louis-Delluc À travers la lutte d’un petit juge de province, Yves Boisset dénonce la collusion du grand banditisme et d’une certaine classe politique. Censuré par la justice (!), ce brûlot révéla le talent unique de Patrick Dewaere. Dans une ville de province, le juge Fayard n’hésite pas à inculper les puissants, quitte à se faire rappeler à l’ord re par sa hiérarchie. Après un banal hold-up, il met en cause le responsable d’une société de gardiennage qui est bientôt assassiné. Aidé par l’inspecteur Marec, Fayard remonte jusqu’au « docteur », un criminel qui semble pr é p a rer un gros coup depuis la prison où il est incarcéré. Mais cette affaire se révèle vite dangereuse, car elle mêle le grand banditisme à la politique : Fayard et sa compagne sont menacés…
Le juge Fayard (Patrick Dewaere) face au gang des braqueurs présumés. pendant, on l’a compris, de la volonté des auteurs. (Yves Boisset, réalisateur ; Claude Veillot, scénariste ; Yves Gasser et Yv e s Peyrot, producteurs). » [Texte du carton placé en ouverture du film] 00.00 Les blanchisseurs Documentaire d’Yves Billy (France, 1998-50mn) D’après les Blanchisseurs de Jeffrey Robinson (Presses de la Cité) Coproduction : La Sept ARTE, Les Films du Village (Rediffusion du 21 novembre 1999) L’argent du commerce de la drogue circule sans entraves dans le monde entier. Les polices des États occidentaux, États-Unis en tête, ont décidé de faire la guerre à cette délinquance financière internationale. De Miami à Paris en passant par Montréal et Genève, Yves Billy est parti à la rencontre de ces agents très spéciaux impliqués dans des opérations de grande envergure… Plus de 1 800 milliards de francs provenant du commerce de la drogue sont blanchis chaque année, soit entre un tiers et un qu art des liquidités mondiales. Seulement 1% de cet « argent sale » est saisi par les policiers. Les organisations criminelles sont si bien conseillées qu’elles parviennent à f ai re pénétrer les narcodollars dans le circuit économique officiel : ouvert u re de comptes, achat de chèques de voyage ou de produits financiers, tous les moyens sont bons pour brouiller les pistes. La seule solution pour les policiers est de surprendre les trafiquants en flagrant délit en org a n i- sant des opérations under cover (sous couv ert u re). Elles consistent à s’infiltrer dans les organisations criminelles pour être présent lors des échanges d’argent ou à créer de fausses banques pour attirer les blanchisseurs. Les vidéos tournées clandestinement pendant ces missions permet t en t d’identifier et de condamner les trafiquants. De telles méthodes ont porté leurs fruits : en 1991, à Montréal, les policiers ont réussi à démanteler un réseau international et, à Miami, ils ont pu arrêter une centaine de trafiquants et saisir 33 millions de dollars sur le point d’être blanchis. Mais pour réussir leur infiltration, les policiers doivent s’adapter en permanence, endosser des rôles différents, faire face à des problèmes de coordination – les institutions concernées ne sont pas toujours les mêmes d’un pays à l’autre – et à une certaine mauvaise volonté politique. Les paradis fiscaux existent toujours, préservant ainsi des bulles d’impunité pour les mafias de la drogue. Une enquête rigoureuse et pleine de rebondissements qui mêle des archives policières inédites (vidéosurveillance de fausses banques, transactions de rue, interventions de brigades antifraude) et des témoignages sans concession de responsables internationaux (policiers, haut fonctionnaires, spécialistes de la lutte antidrogue).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :