Arte Magazine n°23 2 jun 2018
Arte Magazine n°23 2 jun 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de 2 jun 2018

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : les enfants de la mémoire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°23. LE PROGRAMME DU 2 AU 8 JUIN 2018 6 Mardi 5 juin à 22.20 Documentaire Les enfants du 209 rue Saint-Maur Paris X e Lire page 15 Ruth Zylberman Poussant la porte d’un immeuble parisien de la rue Saint-Maur, Ruth Zylberman (Dissidents, artisans de la liberté) a entrepris une longue enquête pour retrouver ceux qui y ont grandi sous l’Occupation. Entretien. La mémoire resurgie Pourquoi vous êtes-vous intéressée à ce qui s’est passé, pendant la guerre, dans un immeuble du X e arrondissement ? Ruth Zylberman  : J’avais depuis longtemps l’envie de retracer sur le long cours l’histoire d’un immeuble. À l’origine, mon projet embrassait une temporalité bien plus large, mais au fil de l’écriture, la période de l’Occupation a pris une place centrale. Lorsque la guerre fait effraction, les interactions entre voisins ne se cantonnent plus à la sphère de l’intime. L’immeuble s’est alors transformé en refuge pour certains, en piège pour d’autres, et il me semblait que cette échelle de l’immeuble, qui rompt à la fois avec la macro-histoire et l’échelle individuelle ou familiale, permettait de rendre compte de quelque chose d’essentiel sur cette période. Pourquoi celui-ci s’est-il imposé à vous ? Je l’ai choisi au hasard mais j’arpentais depuis longtemps les rues du Nord-Est parisien, terre ancienne d’immigration pour de nombreux juifs d’Europe centrale. C’est en découvrant le recensement de 1936 que je me suis aperçue qu’un tiers des trois cents habitants du 209 étaient juifs. Sur les cinquante-deux qui ont été déportés, il y avait neuf enfants. Avec sa cour et ses quatre bâtiments, cet immeuble permettait en outre de multiplier les points de vue et de faire place au présent. Comment avez-vous retrouvé ces «anciens» enfants du 209 rue Saint-Maur ? Les conseils de Claire Zalc spécialiste de la micro-histoire de l’Holocauste, ont été essentiels, ainsi que l’aide d’un autre historien, Alexandre Doulut. Une fois les anciens locataires identifiés, je me suis transformée en détective privée pour les retrouver en France et dans le monde. Qu’aviez-vous envie de partager avec ce film ? Il parle de la guerre, de l’arrestation puis de la déportation de juifs, souvent étrangers, qui avaient fait de la France leur nouvelle patrie, mais il évoque aussi le cheminement possible pour faire resurgir tout ce que l’on croyait englouti. Les sons, les odeurs, les objets familiers des lieux où nous avons vécu imprègnent notre mémoire. Pour ceux dont la condition de la survie a été d’occulter ce qui a brisé leur vie, une rampe d’escalier, les pavés d’une cour ou une fenêtre sont autant de petits cailloux vers un passé retrouvé, même de façon fragmentaire, qu’ils seront en mesure de transmettre. Propos recueillis par Christine Guillemeau ZADIG PRODUCTIONS
TOURNEZ S'IL VOUS PLAIT PRODUCTION Lundi 4 juin à 17.35 Série documentaire Enquêtes archéologiques Lire page 12 Mégalithes percés à jour Les bâtisseurs des fameux mégalithes anglais de Stonehenge ne sont pas ceux que l’on croit. En s’intéressant, dans les années 2000, à des vestiges découverts à quelques kilomètres du site, l’archéologue Mike Parker Pearson a bouleversé les données sur l’identité des populations qui ont contribué, il y a quatre mille cinq cents ans, à son édification. Ce ne sont pas des Britanniques «de souche», mais des agriculteurs venus d’autres régions d’Europe qui auraient érigé ces structures concentriques. De plus, les blocs transportés (pouvant atteindre 40 tonnes) ne l’ont pas été par des esclaves mais par des groupes venus d’Écosse ou du pays de Galles qui, chaque hiver, migraient avec leurs troupeaux pour participer à la construction. Comment les archéologues ont-ils pu se rapprocher au plus près de la réalité ? C’est simple  : en retrouvant dans le sol des trous de poteaux qui racontent l’emplacement des habitations et en analysant l’ADN prélevé sur des squelettes, témoin de la migration des populations. Secrets enfouis des vieux mondes Les yeux du lama Pourquoi les bâtisseurs de la cité de Choquequirao (Pérou), au XV e siècle, ont-ils choisi un emplacement perdu en pleine jungle, à deux jours de marche de toute civilisation ? Thibault Saintenoy, un archéologue spécialiste de l’analyse du paysage a fait le lien entre la culture inca et les éléments naturels qui entourent le site. La rivière sacrée serpentant au fond du canyon, la position des étoiles Alpha et Beta du Centaure brillant dans la nuit comme les deux yeux d’un lama, animal vénéré, sont autant d’éléments expliquant cette étrange localisation. Quant aux vingt-quatre terrasses où des représentations de ces camélidés ont été réalisées, elles figurent les motifs des textiles incas et seraient comme une étole recouvrant la montagne sacrée... Dans une série documentaire, ARTE retrace les plus récentes découvertes des archéologues du monde entier. En voici trois, parmi les plus étonnantes, qui changent le regard sur le passé de nos civilisations. L’instinct des Vikings Parfois, il suffit de quelques pierres pour éclairer une épopée, comme celle des Vikings, colonisant le Groenland vers l’an 1000. Contrairement à ce qu’ont longtemps cru les chercheurs, leurs habitats n’ont jamais été totalement détruits. Les boutons d’or et les pissenlits qui, d’évidence, ne sont pas arrivés tout seuls témoignent de la migration des populations. L’analyse de sédiments au fond d’un lac a fourni des informations sur les troupeaux qui les nourrissaient. Les Vikings ne sont donc pas morts de faim sur ces terres hostiles. De plus en plus isolés économiquement et sentant poindre une petite période glaciaire, ils auraient préféré partir avant d’être emprisonnés par les glaces… Maria Angelo Une série en dix épisodes, à suivre également la semaine prochaine, du lundi 11 juin au vendredi 15. 7ARTE MAG N°23. LE PROGRAMME DU 2 AU 8 JUIN 2018



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :