Arte Magazine n°22 27 mai 2000
Arte Magazine n°22 27 mai 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de 27 mai 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : Arte partenaire de l'Exposition Universelle à Hanovre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
d i m a n c h e28 mai 19.00 Maestro Arcadi Volodos Passionnément virtuose Réalisation : Oliver Becker 19.45 ARTE Info’émission d’actualité e la rédaction d’ARTE 20.10 Météo 20.15 Bob et Margaret Ensemble pour le pire Série animée d’Alison Snowden t David Fine éunion féminine 20.40-00.50 Thema Méditerranée, mer partagée 20.40 Film Plein soleil ilm de René Clément 22.40 (PDC : 22.45) Méditerranée, miroir du monde Documentaire e Jean-Denis Bonan 00.05 (PDC : 00.15) Le dessous des cartes Magazine géopolitique e Jean-Christophe Victor pécial Méditerranée 00.15 (PDC : 00.25) De l’huile d’olive, un peu d’eau, une tomate dérobée Documentaire d’Angelos Abazoglou 00.50 Metropolis (r) Magazine culturel 01.50 Festival des Vieilles Charrues (r) vec Massive Attack, Ben Harper… 03.00 Fin des programmes es horaires correspondentux codes PDC, auf indication contraire. 19.00 Maestro Arcadi Volodos Passionnément virtuose Réalisation : Oliver Becker (Allemagne, 2000-43mn) ZDF En partenariat avec Certains voient en lui le nouvel Horowitz. Rencontre avec Arcadi Volodos, jeune star du piano. D’un pas assuré, il entre dans la salle de c on c ert et s’avance vers le piano comme au-devant d’une tâche monumentale… Quand il joue, nul geste emphatique. Arcadi Volodos est un néo-romantique : d err i è re le masque de la concentration se cache un volcan de passions. Depuis son d ernier CD, un enre g i s t rement des magnifiques transcriptions de Horowitz, il est l’invité privilégié de tous les grands orchestres. Coqueluche du piano néo-romantique, Arcadi Volodos improvise avec passion. Avec humour Né à Saint-Pétersbourg de parents chanteurs, il étudie le chant, puis la dire c t i on d’orc h e s t re. Ce n’est qu’à l’âge de seize ans qu’il se met au piano, d’abord au c on s erv a t o i re de Moscou à partir de 1987, puis sous la direction de Jacques Rouvier, à Paris, à partir de 1993. Ce jeune homme de vingt-cinq ans semble concilier les attentes du marché de la musique, qui veut voir en lui un nouvel Horowitz, et sa nature, qui le pousse à improviser avec passion. On est en droit de se demander si, dans sa vie comme dans son art, il ne serait pas assis entre deux chaises… « Je voudrais f ai re partager un peu du charme original des morceaux et de leurs auteurs. Av e c ces paraphrases expressives, je voudrais aussi intro du i re un peu d’humour, d’iron i e et de distance critique vis-à-vis du sérieux des pièces originales, a ff irme Arc a d i Volodos, qui conclut, je me moque des étiqu et t e s ». Le film propose des extraits de concert, avec la Rhapsodie n°13 (F. Liszt), des variations extraites de C arme n (G. Bizet), la M arche turqu e (W. A. Mozart) et Romance (S. Rachmaninov), notamment. Avec ce programme se termine le cycle « Jeunes stars ». Rendez-vous la semaine prochaine dans « Maestro » avec Thomas Hampson pour « les voix de l’été ». 20.15 Bob et Margaret Ensemble pour le pire Série animée d’Alison Snowden et David Fine Réalisation : Jamie Whitney (Canada/Grande-Bretagne, 1999-22mn) - VF Production : Nelvana Limited, Channel 4 ARTE G.E.I.E. Un couple moderne terriblement normal et terriblement drôle. Bob et Margaret reviennent sur ARTE pour 14 épisodes inédits, chaque dimanche à 20.15. Réunion féminine Pendant que Bob emmène Penny, son assistante, au cinéma, Marg a ret réunit quelques amies autour de la venue d’une démonstratrice très spéciale, qui pro p o s e des produits pour le moins inattendus. Margaret est ravie d’organiser une soirée « ustensiles de cuisine » avec ses amies, mais les produits ne sont pas vraiment ceux qu’elle attendait.
20.40-00.50 Méditerranée, mer partagée B erceau de notre civilisation, foyer de nos récits fondateurs, espace d’échanges et de conflits, la Méditerranée est la mère, la gardienne et la médiatrice de notre m é m o i re. Alors que semble se dessiner une nouvelle fron t i è re entre le nord et le sud du bassin, ARTE explore ce monde complexe et s’interroge sur le destin commun de cette mosaïque de peuples et de cultures. ARTE G.E.I.E. (Rediffusion du 9 novembre 1997) 20.40 Film Plein soleil Film de René Clément (France, 1959-1h56mn) Scénario : Paul Gégauff, d’après un roman de Patricia Highsmith Avec : Alain Delon (Tom Ripley), Marie Laforêt (Marge), Maurice Ronet (Philippe Greenleaf), Elvire Popesco (Mme Popova), Erno Crisa (l’inspecteur), Ave Ninchi (la concierge), Bill Kearns (l’ami de Philippe) Photographie : Henri Decae Musique : Nino Rota Production : Paris-Film Production/Titanus Un suspense criminel sous la sensuelle lumière méditerranéenne. Une grande virtuosité au service de l’univers ambigu de Patricia Highsmith, qui a toujours fasciné les cinéastes. Tom Ripley est chargé d’aller en Italie re c h ercher Philippe Greenleaf, le fils d’un riche industriel américain. Philippe coule des jours oisifs en compagnie de sa maît resse, Marge. Ripley est fasciné par la vie que mène le jeune homme. Peu à peu, un profond sentiment d’envie le pousse à vouloir usurper l’identité de Philippe... Portrait de l’artiste en criminel L’ambiguïté est l’une des constantes des romans de Patricia Highsmith. Dans son adaptation, René Clément y ajoute une fatalité existentielle et une fascination pour le piège, thème récurrent dans une œuvre m arquée par Fritz Lang. Si Patricia Highsmith est indifférente à la vraisemblance des événements qui conduisent à la machination de Ripley, Clément s’attache au contraire aux moindres détails pour la re n d re crédible : ainsi l’épisode où Ripley s’e x erce à imiter la signature de Gre en l e a f occupe une vingtaine de plans dans le film, alors qu’il se résume à une seule phrase dans le roman. Clément a traduit l’ambiguïté du personnage de Ripley en lui donnant une forte réalité physique, et les sensations qu’il éprouve sont constamment présentes à l’image (les manifestations physique de sa peur, l’impression de chaleur, ses accès de boulimie après le crime). À ce jeu-là, le jeune Delon est extraord i n ai re de beauté animale, comme fasciné par lui-même lorsqu’il se mire longuement dans une glace. On pense à la perf ormance de Gérard Philipe dans Monsieur Ripois, qui usurpait déjà une identité sous le re g ard acéré de Clément. Le côté « éponge » de Ripley est passionnant : il absorbe le contexte social dans lequel il se trouve, de manière à être aimé par les gens qu’il croise, cette microsociété d’oisifs qui végète sur les îles du côté d’Ischia. La description de ces îles méditerranéennes repliées sur elles- Marie Laforêt et Alain Delon au soleil de la baie de Naples. ●●●



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :