Arte Magazine n°22 23 mai 2020
Arte Magazine n°22 23 mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de 23 mai 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 26

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Adam Driver, l'enchanteur dans Paterson de Jim Jarmusch.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
mardi 26 mai ARTE MAG N°22. LE PROGRAMME DU 23 AU 29 MAI 2020 16 5.00 M AU CŒUR DE LA NUIT Flake Lorenz et Joey Kelly Documentaire 6.15 L ER PAYSAGES D’ICI ET D’AILLEURS Portugal  : Madère Série documentaire 6.40 M XENIUS 5G ou zone blanche – La couverture mobile en question Magazine 7.10 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 LEM GEO REPORTAGE Ghana, l’avenir est aux femmes Reportage 8.00 L R LE CAUCASE EN 30 JOURS Expédition au lac Sevan en Arménie Série documentaire 8.45 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 LMDEM OBJECTIF MONT-BLANC Sur les traces d’un géant Documentaire 11.00 M LA SUISSE  : PETIT PAYS, GRANDE HISTOIRE Documentaire 12.05 EM AMÉRIQUE DU SUD, SUR LA ROUTE DES EXTRÊMES Terres australes Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 ARTE REGARDS Reportage 13.40 DEM MEURTRES À SANDHAMN Le prix à payer, saison 6 Série 15.10 EM CORÉE DU SUD, CŒUR DU CHUNGCHEONGBUK SAUVAGE (1) Documentaire Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande 16.00 L ER PAYSAGES D’ICI ET D’AILLEURS La Réunion, les cirques et les pitons Série documentaire 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission 17.10 XENIUS La stérilisation  : une contraception d’avenir ? Magazine 17.45 ER ENQUÊTES ARCHÉOLOGIQUES Ichijodani, un retour aux sources Série documentaire 18.15 R EN PASSANT PAR... La Lorraine Série documentaire 18.55 R L’ALSACE SAUVAGE Documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.50 E LIBERTÉ SANS LA PILULE Documentaire 22.25 ER LES ANNÉES 68 (1 & 2) La vague ; L’explosion Documentaire 1.40 M ARTE REPORTAGE Magazine 2.35 EM LE DESSOUS DES CARTES Quand le monde accélère  : du temps solaire aux nanosecondes Magazine 2.50 EM CORÉE DU SUD, AU CŒUR DU CHUNGCHEONGBUK SAUVAGE (2) Documentaire 3.35 EM VOX POP Magazine 4.05 M ARTE REGARDS Reportage Multidiffusion Rediffusion Versions linguistiques disponibles Disponibilité en ligne Date de disponibilité Date de fin de replay en avant-première Soirée présentée par Émilie Aubry LANGBEIN & PARTNER 20.50 Liberté sans la pilule Soixante ans après sa mise sur le marché, la pilule n’est plus en odeur de sainteté chez les femmes. Et si l’émancipation féminine passait désormais par la contraception masculine ? Décryptage d’une arlésienne vieille de cinquante ans. Le 9 mai 1960, les États-Unis autorisent la commercialisation d’Enovid, la première pilule contraceptive de l’histoire. Un vent de libération féminine souffle sur le monde. Mais soixante ans plus tard, certaines femmes s’en détournent, préoccupées par ses effets indésirables, quand d’autres expriment leur ras-le-bol de devoir supporter seules la charge de la contraception. Aux États-Unis et en Inde, des chercheurs travaillent sans relâche à l’élaboration d’un contraceptif masculin. L’idée n’est pas nouvelle puisque l’Organisation mondiale de la santé lançait dès les années 1970 des études sur le sujet. Cependant les symptômes rapportés par les participants (apathie, perte de libido...) – pourtant communs à certaines femmes sous pilule – ont stoppé net les recherches et les financements des laboratoires pharmaceutiques. INÉGALITÉS DE GENRE En parallèle de l’histoire du contraceptif oral féminin et des raisons de son désamour, ce documentaire montre comment les mentalités patriarcales ont eu raison des premiers essais cliniques sur la contraception masculine. Au fil d’interviews de spécialistes mais aussi de femmes et d’hommes persuadés que l’égalité des sexes trouvera son salut dans une maîtrise commune de la fertilité, le film dresse un état des lieux instructif des techniques en cours d’expérimentation  : la pilule combinant testostérone et progestérone, le gel spermicide ou encore une molécule bloquant la synthèse de la vitamine A nécessaire à la fabrication des spermatozoïdes. En attendant le remède miracle, certains avant-gardistes se tournent vers un outil étonnant mais non moins efficace  : le slip contraceptif chauffant. Quasi inconnu du grand public, ce sous-vêtement bloquant par la méthode thermique la production de spermatozoïdes n’est pourtant pas récent puisqu’il a été conçu dans les années 1980 par un andrologue toulousain. Un éclairage passionnant, révélateur des inégalités de genre dans la société. Documentaire de Kirsten Esch (Autriche, 2019, 1h30mn) - Production  : Langbein & Partner 1/6
22.25 Histoire Les années 68 (1 & 2) Du Brésil au Japon, de la Californie à l’Europe, Don Kent fait revivre la vague contestataire qui, de 1965 à 1975, a ébranlé le monde. Un voyage impressionniste porté par de vibrants témoins. ARTLINE FILMS/GEBRUEDER BEETZ 1. La vague En 1968 et 1969, alors qu’au Sud-Viêtnam les États-Unis s’engagent de plus en plus massivement dans la guerre, une vague de contestation déferle sur la planète. Dans des pays aussi différents que les vieilles nations européennes et japonaise, les États-Unis, le Mexique, le Brésil sous dictature militaire, la Tchécoslovaquie communiste ou le Zaïre de Mobutu, la jeunesse étudiante constitue souvent le fer de lance de cette révolte multiforme et globale. Alors que les atrocités perpétrées contre les populations civiles vietnamiennes par la puissance américaine – au nom de la défense de la liberté et de la démocratie – jouent un rôle déclencheur, de multiples facteurs, comme le combat pour les droits civiques des Noirs et le mouvement hippie aux États-Unis, le poids de la tutelle soviétique à Prague ou la dénazification inachevée de la RFA, cristallisent aussi la révolte. Partout, la génération née après la Seconde Guerre mondiale descend dans la rue pour rejeter les modèles politiques, économiques et familiaux qu’on lui enjoint de reproduire. Dans ce maelström d’événements, les deux mois de troubles et de grèves qui, de Paris, gagnent toute la France, semblent presque anecdotiques. 2. L’explosion Si la révolution souhaitée tourne bien souvent à la violence, des aventures sanglantes de la Fraction Armée rouge (RAF) allemande à celles des Brigades rouges italiennes, les revendications sociétales, des mouvements féministe et gay à l’enracinement de l’écologie, amorcent des changements en profondeur, toujours à l’œuvre cinquante ans après. Quant aux mots d’ordre conspuant la société de consommation, le déni de démocratie ou la collusion des pouvoirs politique et économique, ils n’ont rien perdu de leur actualité. PAS DE CÔTÉ Ayant vécu à Paris ce que l’on appelle alors les «événements» «comme Fabrice à Waterloo» (le héros de Stendhal perdu au cœur d’une bataille historique sans le savoir ni en percevoir l’ampleur), le réalisateur britannique Don Kent a choisi d’élargir son champ de vision pour évoquer Mai 68. Celui qui était alors étudiant à l’Idhec, l’école de cinéma, se fait le narrateur modeste d’un voyage impressionniste à travers le monde. Sans prétendre penser un mouvement déjà analysé tant de fois, et dont l’héritage continue de diviser, il donne la parole à une foule de témoins, aussi divers que pertinents, rencontrés du Brésil au Japon, de la Californie à l’Italie. Certains sont célèbres internationalement (l’ex-guérillera et présidente brésilienne Dilma Rousseff, les philosophes Régis Debray, Toni Negri et Judith Butler, l’ex-Panthère noire Kathleen Cleaver, les écrivains Hélène Cixous, Erri De Luca, Alain Mabanckou et Viet Thanh Nguyen, l’ancien batteur des Doors John Densmore...), d’autres beaucoup moins, à l’instar de ces extraordinaires activistes japonaises (l’une pacifiste, l’autre féministe), animées d’une foi restée intacte au fil du demi-siècle. Quarante ans après Chris Marker (Le fond de l’air est rouge, 1977), Don Kent fait revivre ce basculement planétaire en évitant l’hommage commémoratif empesé. Car il ne cesse de bifurquer avec ses interlocuteurs dans des directions inattendues, au gré de rafraîchissants pas de côté. Documentaire de Don Kent (France/Allemagne, 2018, 2x1h30mn) - Auteurs  : Don Kent et François-Xavier Destors Coproduction  : ARTE France, Artline Films, Gebrüder Beetz Filmproduktion, Grifa Filmes, ZDF, NHK, Canal Curta !, en association avec Histoire, RTS, ORF, DR (R. du 22/5/2018) 19/5 1/6 mardi 26 mai ARTE MAG N°22. LE PROGRAMME DU 23 AU 29 MAI 2020 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :