Arte Magazine n°22 23 mai 2020
Arte Magazine n°22 23 mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de 23 mai 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 26

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Adam Driver, l'enchanteur dans Paterson de Jim Jarmusch.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
lundi 25 mai ARTE MAG N°22. LE PROGRAMME DU 23 AU 29 MAI 2020 14 5.00 M YOUNG EURO CLASSIC 2019 La «Symphonie n°9» de Beethoven Concert 6.10 EM STREETPHILOSOPHY Pessimisme – Cela ne donnera rien ! Magazine 6.40 LEM PAYSAGES D’ICI ET D’AILLEURS Serra da Estrela Série documentaire 7.05 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 LEM LES SECRETS DES GOUFFRES GÉANTS Documentaire 8.00 L R LE CAUCASE EN 30 JOURS En Arménie 8.45 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 L ER GEO REPORTAGE Chili, les phares du bout du monde ; La Volga au rythme des Cosaques Reportage 11.20 EM AMÉRIQUE DU SUD, SUR LA ROUTE DES EXTRÊMES La jungle ; Déserts Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 ARTE REGARDS Reportage 13.35 DEM JONAS Téléfilm 15.00 LMM LES ALPES À VOL D’OISEAU Documentaire 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission 17.10 XENIUS 5G ou zone blanche – La couverture mobile en question Magazine 17.45 ER ENQUÊTES ARCHÉOLOGIQUES Troie Série documentaire 18.10 R EN PASSANT PAR... Le sud de l’Alsace ; Le nord de l’Alsace Série documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.50 L ER TU MOURRAS MOINS BÊTE Pourquoi les ados sont-ils mous ? Série d’animation 20.55 LDER LE RUBAN BLANC Film 23.10 DE Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande PATERSON Film 1.05 LE VOLEUR DE BAGDAD Film muet 3.40 M ARTE REGARDS Reportage Multidiffusion Rediffusion Versions linguistiques disponibles Disponibilité en ligne Date de disponibilité Date de fin de replay en avant-première ARD/DEGETO/BR/X-FILME 20.55 Cinéma Spécial Festival de Cannes chez vous Le ruban blanc Première Palme d’or pour Michael Haneke, Le ruban blanc donne des résonances nouvelles aux obsessions de son auteur, dans une forme totalement accomplie. Un conte noir et cruel qui a l’étoffe des grands classiques. À la veille de la Première Guerre mondiale, la vie d’un petit village protestant du nord de l’Allemagne est troublée par une série d’événements violents et inexpliqués. Tout commence par la chute de cheval du médecin, un câble ayant été tendu entre deux arbres sur sa route. Le lendemain, la femme d’un paysan est victime d’un accident mortel à la scierie où l’avait envoyée le régisseur du baron. Quelques semaines plus tard, alors que les villageois sont réunis dans la cour du château pour fêter la fin des moissons, le fils de la défunte saccage le champ de choux du domaine. Peu après, Sigi, le jeune fils des châtelains disparaît... LE VILLAGE DES DAMNÉS «Une histoire allemande pour enfants»  : c’est le sous-titre de ce récit qui se présente effectivement comme un conte, une histoire exemplaire exhumée du passé par un vieil homme à la voix douce. On s’en doute, Michael Haneke ne s’est pas pour autant transformé en comtesse de Ségur... De moralité il ne nous en donnera pas. Comme à son habitude, il préfère nous secouer, dans une succession de scènes d’une sourde intensité qui explorent l’une après l’autre les différents visages de la cruauté. Le réalisateur de Funny Games poursuit ainsi sa réflexion sur le mal dans une analyse implacable et distanciée, qui suscite plus de questions que de réponses. Le fait de situer l’action à l’aube du XX e siècle donne à son propos des résonances historiques vertigineuses et lui inspire une mise en scène au dépouillement stylisé, magnifié par un superbe noir et blanc. Palme d’or, prix Fipresci, prix du jury œcuménique, Cannes 2009 Meilleur film étranger, Golden Globes 2010 (Das Weiße Band) Film de Michael Haneke (Autriche/Allemagne/France/Italie, 2009, 2h18mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Michael Haneke Avec  : Christian Friedel (l’instituteur), Burghart Klaußner (le pasteur), Ulrich Tukur (le baron), Suzanne Lothar (la sage-femme), Leonie Benesch (Eva) - Production  : Les Films du Losange, X Filme Creative Pool, Wega Film, Lucky Red (R. du 15/5/2013)
23.10 Cinéma Spécial Festival de Cannes chez vous Paterson Un discret chauffeur de bus compose des poèmes à ses heures perdues. Réunissant Adam Driver et Golshifteh Farahani, Jim Jarmusch tisse une ode délicate à la beauté du quotidien. MARY CYBULSKY Chauffeur de bus, le taciturne Paterson vit avec Laura dans une petite ville du New Jersey qui porte le même nom que le sien. Chaque jour de la semaine, il répond aux mêmes rituels, des céréales du petit déjeuner jusqu’au demi de bière dans un bar après avoir promené Marvin, leur bouledogue. Âme sensible, Paterson consigne dans les interstices de son existence les vers que lui inspirent des détails de ses journées et qu’il nourrit des conversations de ses passagers. Volubile et bouillonnante d’énergie, Laura, elle, échafaude mille projets, qu’elle réalise d’originaux cupcakes, se mette à la guitare ou réinvente leur intérieur avec des motifs fantaisie. CŒURS SIMPLES Le bras de l’aimée encore endormie que l’on embrasse, la pause savourée au milieu d’une nature indomptée, le samedi soir au cinéma, la balade vespérale en compagnie du chien... C’est un monde empli des petits riens qui font la beauté des routines ordinaires que dessine Jim Jarmusch. Consignés dans un modeste carnet par l’antihéros Paterson incarné par Adam Driver (Marriage Story, BlacKkKlansman  : j’ai infiltré le Ku Klux Klan), les poèmes de l’Américain William Carlos Williams (1883- 1963) se fraient un chemin vers les cœurs simples, à la manière des dépouillés haïkus japonais. Face à l’impérial acteur, tout en retenue et délicatesse, la solaire Golshifteh Farahani (Les deux amis) compose l’autre moitié, lumineuse, du couple modeste et aimant que forment à l’écran leurs personnages. En compétition officielle à Cannes en 2016, une ode délicate à la beauté du quotidien. Sélection officielle, Palm dog (le chien Nellie), Cannes 2016 Lire page 4 Film de Jim Jarmusch (États-Unis, 2015, 1h51mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Jim Jarmusch - Avec  : Adam Driver (Paterson), Golshifteh Farahani (Laura), Nellie (le chien Marvin), Barry Shabaka Henley (Doc), Cliff Smith (Method Man), Chasten Harmon (Marie), William Jackson Harper (Everett), Masatoshi Nagase (le poète japonais) Production  : Animal Kingdom, Amazon Studios, Inkjet Productions, K5 Film, Le Pacte 7/6 PHOTOPLAY PRODUCTIONS/PJS PRODUCTIONS 1.05 Cinéma Le voleur de Bagdad Dans un Orient rêvé, un voleur s’éprend d’une princesse. Portée par le virevoltant Douglas Fairbanks, cette féerie visuelle bientôt centenaire fut l’un des plus grands succès du cinéma muet. À Bagdad, l’athlétique Ahmedexerce fièrement la profession méprisée de voleur. Tout ce que sa fantaisie désire, il s’en empare. Aussi, quand trois princes chargés de présents franchissent les portes de la ville pour demander au calife la main de sa fille, il décide de s’introduire au palais pour dérober leurs offrandes, puis enlever la princesse. Mais les deux jeunes gens s’éprennent l’un de l’autre au premier regard, et Ahmed, converti au bien, se lance dans des épreuves successives pour mériter sa princesse. Il lui faudra aussi prendre de vitesse le perfide prince des Mongols, l’un des prétendants, qui complote pour s’emparer du royaume... ENCHANTEMENTS Cette superproduction phénoménale pour son époque, dont les décors et les costumes restent éblouissants presque cent ans après leur conception, a constitué l’un des plus grands succès de Douglas Fairbanks, et du cinéma muet tout court. Voulu et porté par la première star d’Hollywood, dont les incessantes et athlétiques cascades rythment le conte, c’est aussi à ses effets spéciaux fabuleux (tapis volant, corde magique, monstres en tout genre...) que Le voleur de Bagdad doit son triomphe. Ils continuent, eux aussi, d’enchanter, autant par leur inventivité que par l’attendrissante fraîcheur de ce premier âge du cinéma. La couleur discrète et la qualité de l’accompagnement musical symphonique complètent le plaisir de ce voyage merveilleux dans un Orient rêvé, aux sources du septième art. (The Thief of Bagdad) Film muet de Raoul Walsh (États-Unis, 1924, 2h34mn, noir et blanc colorisé) - Scénario  : Elton Thomas, Lotta Woods, Douglas Fairbanks, d’après un conte des Mille et une nuits - Avec  : Douglas Fairbanks (Ahmed, le voleur), Charles Becher (le saint homme), Julanne Johnston (la princesse), Sojin Kamiyama (le prince des Mongols), Noble Johnson (le prince des Indes), Snitz Edwards (le complice du voleur), Brandon Hurst (le calife), Mathilde Comont (le prince des Perses) Musique  : Mortimer Wilson, Mark Fitz-Gerald - Production  : Douglas Fairbanks Pictures - Version restaurée 22/8 Le documentaire Douglas Fairbanks – Je suis une légende est disponible en VOD sur ARTE Boutique. lundi 25 mai ARTE MAG N°22. LE PROGRAMME DU 23 AU 29 MAI 2020 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :