Arte Magazine n°21 20 mai 2000
Arte Magazine n°21 20 mai 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de 20 mai 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,4 Mo

  • Dans ce numéro : digitale fiction, petites caméras.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
samedi 20 mai 21.45 Metropolis Magazine culturel européen coordonné par Pierre-André Boutang et Peter Wien (France, 2000-58mn) Rédaction en chef : Dominique Rabourdin LA SEPTARTE ● Cannes 2000 Réalisation : Dominique Rabourdin et Pierre-André Boutang Un choix, forcément arbitraire, pour une sélection officielle elle-même forc é me n t contestée. À l’heure où nous mettons sous presse, sont confirmés : des re p ortages sur les tournages de Lars Von Trier (Dancer in the Dark) et Michael Haneke (Code inconnu), des re n c on t res avec Arnaud Desplechin et Amos Gitaï, un hommage à Robert Bre s s on. ● Les Veilleurs de Josef Nadj Réalisation : Jérôme Cassou Il y a 20 ans, Josef Nadj quittait sa Hongrie natale pour venir à Paris étudier le mime, la danse et les arts martiaux. Il est aujourd’h u i d i recteur du Centre national chorégraphique d’Orléans. En une douzaine de créations, il s’est imposé comme l’un des chorégraphes les plus créatifs de sa génération. La dern i è re pièce de Josef Nadj s’inspire de Kafka. C’est une œuvre énigmatique où il m on t re, une nouvelle fois, son goût pour l’étrange et le rêve. Il nous a reçu lors de ses répétitions au Théâtre de la Ville à Paris avant sa tournée en France et en Allemagne. ● Le « système Jaoui-Bacri » Réalisation : Pierre Philippe P arce que le Goût des autres, leur dern ier film, bat des re c ords d’audience et fait souffler un vent humaniste sur le cinéma français, Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri se sont vus brusquement hissés à la une des médias. Mais ce triomphe a des racines : une attitude profonde et obstinée face aux lois du spectacle. À partir des interv en t i on s télévisées du nouveau couple vedette, une réflexion sur ce que l’on nomme déjà le « système Jaoui-Bacri ». Agnès Jaoui est intelligente, sensible, et elle a très bon goût. La presse s’interroge sur les raisons de son succès. « La DASS, je connais : tu rentres à deux, tu ressors seule. » (Madeleine/Mireille Perrier avec Pierre-Quentin Faesch/Simon) « Madeleine est crédible car elle n’est pas parfaite. Quand nous avons montré le film aux femmes qui nous l’ont inspiré, elles ne se sont pas senties trahies. » (Mireille Perrier) 6 - ARTE MAGAZINE n°21 - 20 mai > 26 mai 2000 22.45 Dancing nuage Chassée de sa caravane par la police, Madeleine s’enfuit avec Simon, son fils de huit ans. Commence une vie de galères, mais aussi de solidarités, illuminée par l’amour tendre et brusque d’une mère pour son fils. Téléfilm d’Irène Jouannet (France, 1995-1h28mn) Scénario : Irène Jouannet, d’après le roman de Georges-Paul Cuny Avec : Mireille Perrier (Madeleine), Pierre- Quentin Faesch (Simon), Sébastien Lesgent (Nicolas), Myriam Mézières (Marcelle), Chantal Neuwirth (Christiane), Farida Rahouad (Farida) Photographie : Chris Renson Montage : Zofia Menuet Son : Didier Pecheur Musique : Faton Cahen Coproduction : La Sept ARTE, France 2, CDP LASEPT ARTE (Rediffusion du 16 janvier 1998) « Dancing nuage » est le nom de la caravane où vivent Simon, 8 ans et demi, et ses p a rents. Au retour de l’école, Simon appre n d que son père vient d’être emprisonné. De peur que l’enfant ne lui soit retiré par la DASS, Madeleine, sa mère, s’enfuit avec lui. Ils mangent et dorment au hasard, dans un wagon, une cave, un appentis. Mais l’amour
m a t ernel et l’amour de la vie restent les plus f orts : « Ne pas aimer la vie, dit Madeleine, c’est un sacré luxe. Il faut être riche pour se le permet t re, et c’est tout à fait en dehors de nos moyens. » Un tour de magie Si les personnages ont tout le poids du réel, la caméra reste légère, sur le fil de l’émotion : Irène Jouannet réussit à filmer cette dérive de banlieue sans enlaidir ni enjoliv er. D’emblée, Mireille Perrier (Madeleine), belle et meurtrie, est parfaite dans un rôle inhabituel pour une jeune actrice. Chaque re n c on t re bénéficie du même re g ard juste et tendre, que ce soit avec l’étonnant Sébastien Lesgent (Nicolas, le copain de Simon) ou avec Farida Rahouad (Farida), a m ou reuse d’un chômeur raciste et aigri. Dans cette galère, la solidarité et l’humour ont aussi leur place. L’action sait se suspendre, le temps d’un tour de magie qui va f ai re naître bien des vocations... Surt ou t, l’a ffection mêlée de crainte qui unit Madeleine et Simon prend toute sa densité au fil de leur dérive. Sur la même longueur d’ondes, la comédienne et la cinéaste révèlent par petites touches le portrait d’une mère trop jeune et trop inquiète. Massive Attack live : bonnes vibrations. ARTE a filmé les meilleurs moments de cet étonnant festival breton qui n’hésite pas à mélanger les styles. Au programme : concerts, interviews exclusives, reportages en coulisses... Ben Harper triomphe en France. ARTE MAGAZINE n°21 - 20 mai > 26 mai 2000 - 7 00.15 Festival des Vieilles Charrues Réalisation : Serge Bergli (France, 1999-1h) Coproduction : La Sept ARTE, Morgane Productions LASEPTARTE (Remontage du 14 août 1999) Massive Attack, Ben Harper, Death In Vegas et Burning Spear en concert au Festival des Vieilles Charrues. Après avoir, pendant deux ans, ret r a n s m i s les meilleurs moments des Eurockéennes de B e l f ort, ARTE était l’an dernier aux Vi e i l l e s C h arrues. Pour sa huitième édition, cet étonnant festival breton proposait une pro g r a m- mation part i c u l i è rement colorée et éclectique, de Ben Harper à Pierre Perret. Pendant trois jours, l’équipe de Serge Berg l i a enregistré les plus grands concert s (Massive Attack, Ben Harper, Eagle Eye C h erry, Death In Vegas et Burning Spear), rencontré les artistes et saisi l’ambiance de ce festival original. Le festival qui monte, qui monte Jamais, depuis sa création, en 1992, le festival n’était parvenu à proposer un plateau d’un tel niveau – à la hauteur d’autres événements européens du même genre. Un véritable tour de force réalisé par les habitants du petit bourg de Carhaix, qui ne compte que 8 000 âmes... Depuis l’origine, les Vieilles Charrues maintiennent une politique artistique originale, métissant allègrement les styles. L’objectif n’est pas d’aligner les stars, mais de favoriser les rencontres entre groupes renommés et formations à découvrir. Un choix plébiscité par le public qu’on retrouve chaque année plus nombreux...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :