Arte Magazine n°21 20 mai 2000
Arte Magazine n°21 20 mai 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de 20 mai 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,4 Mo

  • Dans ce numéro : digitale fiction, petites caméras.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
m erc redi 24 mai Pour Darcey Bussell, la danse est une drogue exaltante. 21.40 Flash Bach Durant toute l’année 2000, ARTE propose Flash Bach : de brèves rencontres surprises avec les plus belles œuvres de Bach, interprétées par les grands musiciens du siècle, détournées par les jazzmen et les humoristes, revues par de jeunes cinéastes. Chaconne (extrait de la Partita n°2 pour violon seul). Par Ferruccio Busoni et Arturo Benedetti Michelangeli (1966) Source de l’archive : BBC LASEPTARTE En partenariat avec et Aucune musique ne se prête mieux aux transcriptions et aux transpositions que celle de Jean-Sébastien Bach. Ainsi de la célébrissime Chaconne, écrite à l’origine pour violon seul, et qui devint, grâce aux transcriptions de Brahms et de Busoni, un des tubes du répert o i re pianistique. Ce document de la BBC présente deux fragments de cette transcription de Busoni : l’un fut gravé par lui sur un rouleau de piano automatique, l’autre est interprété en chair et en os par Arturo Benedetti Michelangeli, grand amateur de la Chaconne de Jean- Sébastien Bach. 22 - ARTE MAGAZINE n°21 - 20 mai > 26 mai 2000 21.45 Darcey Bussell Portrait d’une danseuse étoile Réalisation : Melissa Raimes (1999-57mn) ARD/NDR Prima ballerina du Royal Ballet, Darcey Bussell est aussi mannequin chez Dior et la coqueluche des médias anglais. Portrait d’une ballerine moderne et séduisante qui brille dans le répertoire classique. Ce portrait est le fruit d’un travail en commun de Darcey Bussellavec la réalisatrice Melissa Raimes. Il présente une jeune femme au sens de l’humour exquis, sûre d’elle, prima ballerina au Royal Ballet mais aussi mannequin à l’emploi du temps très c h argé, qui n’en garde pas moins les pieds sur terre. D arcey Bussell nous introduit dans l’univers du ballet, sur scène, mais aussi et surt ou t dans les coulisses. Entre deux répétitions, elle nous entraîne à une séance de photos chez Dior, ou encore à des essayages de c h a u s s u res sur mesure. Et lorsqu’elle accorde des interviews, nous sommes aussi de la p artie … Darcey Bussell est actuellement à l’affiche du Covent Garden, où elle danse Manon avec le Royal Ballet. 22.40 Silent Cries Chorégraphie : Jiri Kylian Réalisation : Hans Hulscher (1996-12mn) ZDF (Rediffusion du 19 novembre 1997) Une chorégraphie de Jiri Kylian construite sur l’Après-midi d’un faune de Claude Debussy. Une danseuse – Sabine Kupferberg – danse d err i è re une vitre comme si elle était en cage. Dans cette chorégraphie de Jiri Kylian élaborée sur l’Après-midi d’un faune de D e b u s s y, elle danse le lent processus de l’acceptation de son identité.
22.55 Profil. Le cas Howard Phillips Lovecraft Documentaire de Pierre Trividic et Patrick Mario Bernard (France, 1998-45mn.) Scénario : Anne-Louise Trividic, Pierre Trividic Photographie : Anne Khripounoff Coproduction : France 3, Taxi Video Brousse, INA, La Sept ARTE, Carré Noir (RTBF-Liège) LASEPTARTE F I PA d’or du documentaire 1999, Silver S p i re des Golden Gate Aw ards de San Francisco 1999, Prix « Cheval ailé » au Festival Premios Ondas de Barc e l o ne 1999, Laurier d’or du Sénat 1999, Grand Prix « Littérature » au Festival du film d’art de l’UNESCO 1999, Premier Prix a u Festival H. P.Lovecraft de Vancouver 1999 De démons en merveilles, un voyage hallucinant et angoissé dans l’univers de Lovecraft. Hors des sentiers battus de la biographie, ce documentaire retrace la vie du maître de la littérature fantastique à partir de son œuvre et joue comme elle avec les limites de l’imagination. Ce portrait de l’écrivain américain Howard Phillips Lovecraft, continuateur et rénovateur de la tradition gothique, maître de la littérat u re fantastique, se présente comme une tentative de « biographie psychique » à travers l’œuvre. Il a pour unique décor un a p p artement pauvre et vétuste, peut-être l’a p p artement new-yorkais où Lovecraft vécut sa descente aux enfers. Mais c’est aussi et surtout le paysage mental de l’écrivain. Un paysage hanté par la peur, ravagé par l’échec social et l’exil intérieur. À mesure que s’aff irme sa vocation d’écrivain, son univers quotidien se re s t reint. La seule vie qui lui semble valoir la peine d’être vécue a p p artient à la littérature. Lovecraft fut en e ffet à sa manière un écrivain « maudit », méconnu de son vivant, gagnant sa vie à c orriger les autres pour le magazine We ird Ta l e s dans lequel il publia certaines de ses nouvelles. L’a t m o s p h è re gothique, trou b l a n- te et merveilleuse qu’affectionnait Lovecraft est ici superbement recréée par des images en noir et blanc qui suggèrent tout autant qu’elles montrent et laissent l’imagination s’e m b a l l er. « La peur est la première et la plus puissante des émotions humaines, la plus puissante de toutes est la peur de l’inconnu. » (Lovecraft) Un portrait imaginaire audacieux et juste. Grégoire et Isabel ont accepté d’être filmés du matin au soir. Le résultat est troublant : mais ce film parle-t-il d’eux ou de nous ? ARTE MAGAZINE n°21 - 20 mai > 26 mai 2000 - 23 23.40 La lucarne. Tableaux d’une intimité Documentaire de Judith du Pasquier (France, 1996-58mn) Coproduction : Les Productions de la Lanterne, Images Plus LASEPTARTE (Rediffusion du 22 octobre 1997) Portrait intime d’un jeune couple de peintres : leurs habitudes, leurs petites manies, leurs peurs face à l’avenir… Isabel et Grégoire habitent un atelier en duplex envahi par les tableaux, les tubes de couleurs et les pinceaux. Chacun travaille dans son coin, à distance. Ils mangent ensemble, se disputent, accueillent des amis. Leur histoire se dévoile le temps d’un coup de pinceau sur la toile, de la préparation d’un plat, d’une réflexion… Les immatures Ils ont la trentaine, vivent à Paris, lisent Libé et écoutent Kat Onoma… Derr i è re cette apparente banalité, à laquelle chacun sera tenté de s’identifier, se lit le portrait d’un couple – f orcément – unique. Judith du Pasquier a filmé Isabel et Grégoire sans relâche, les dérangeant parfois, les surprenant toujours. Peu à peu, à travers les moments anodins, sa caméra saisit les tensions, les rivalités, les peurs refoulées des deux artistes. Mais ce documentaire n’est pas une simple mise à nu : en révélant ce qui est à peine perceptible, il prend luimême, au fur et à mesure de l’accumulation des détails, la forme d’un tableau. Un tableau qui illustre à merveille les difficultés d’une certaine génération dans l’affirmation de sa personnalité.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :