Arte Magazine n°2022-03 15 jan 2022
Arte Magazine n°2022-03 15 jan 2022
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2022-03 de 15 jan 2022

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : winder of mysteries.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
DOCUMENTAIRE 2020 TORONTO STAR Winter of Mysteries Stephen King Le mal nécessaire Au fil d’archives de ses interviews, un éclairant portrait du plus célèbre romancier américain de la littérature populaire, roi du fantastique et de l’horreur. De quoi a peur Stephen King ? «Mais de tout ! », assure le prolixe romancier américain. Né en 1947 dans le Maine, où il vit toujours, il s’est imposé depuis le mitan des années 1970 comme le roi du fantastique et de l’horreur, vendant autour du monde en un demi-siècle plus de 350 millions d’exemplaires de ses best-sellers. Revitalisant le genre en jouant sur les terreurs enfantines, ses récits, ancrés dans l’Amérique rurale d’aujourd’hui, ont inspiré une pléiade de cinéastes chevronnés, de Brian De Palma (Carrie au bal du diable) à Stanley Kubrick (Shining) en passant par John Carpenter (Christine), David Cronenberg (Dead Zone), George A. Romero (La part des ténèbres) ou Rob Reiner (Misery). DÉMONS INTÉRIEURS Influencé dans sa jeunesse par les œuvres de Richard Matheson et les classiques du fantastique (ceux de H. P.Lovecraft, de Mary Shelley et de Bram Stoker), marqué aussi bien par l’arrestation d’un tueur en série dans les années 1950 que par l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, ce chantre de la littérature populaire revient sur la genèse de quelques-uns de 14 ARTE MAG N°3 LE PROGRAMME DU 15 au 21 janvier 2022 ses plus grands succès de librairie et leur adaptation, pour la télévision ou le cinéma, au fil d’interviews réunies par Julien Dupuy dans un éclairant portrait documentaire. Entre deux extraits de films, Stephen King y confie ses souvenirs d’enfance – la figure du père, qui les abandonna, sa mère et lui, quand il avait 2 ans –, sa jeunesse impécunieuse dans une bourgade du Maine, ses méthodes de travail, mais aussi sa lutte contre ses démons intérieurs (la dépendance à l’alcool notamment), sa défiance envers les machines, dont il a mis en scène la révolte dans Maximum Overdrive, son unique film en tant que réalisateur, ou le soutien qu’il apporte en philanthrope aux bibliothèques afin de permettre au plus grand nombre d’avoir accès aux livres. Documentaire de Julien Dupuy (France, 2020, 52mn) Coproduction  : ARTE France, Brainworks, Rockyrama (R. du 23/10/2020) # vendredi 21/01 à 0.15 @ du 14/01/2022 au 21/03/2022 Charles Manson, le démon d’Hollywood Les crimes odieux de Charles Manson marquent la fin de l’insouciance hippie aux États-Unis. Retour sur l’existence sinistre d’un être maléfique au fil de nombreux témoignages. Charles Manson a grandi sans figure paternelle auprès d’une mère alcoolique, souvent absente. Dès l’âge de 11 ans, il commet ses premiers larcins et, lorsqu’il fonde en 1967 la secte Manson Family, le casier judiciaire du jeune gourou au regard magnétique prend déjà des dimensions kilométriques. Cette communauté de hippies déboussolés, qui prennent Manson pour un messie, s’établit dans le sud de la Californie. À cette époque, Charles Manson rêve de devenir une star du rock à l’instar de ses idoles, les Beatles. Il cherche à se rapprocher de producteurs et d’artistes en vogue, mais ses tentatives restent lettre morte. Frustré, il sombre dans la folie et fantasme une apocalypse sur fond de conflit racial entre Blancs et Afro-Américains. En août 1969, la fureur du gourou manipulateur atteint son paroxysme  : il use de son charisme pour pousser ses adeptes à commettre une série de crimes, dont il voulait par la suite attribuer la responsabilité à la communauté noire. Sharon Tate, épouse de Roman Polanski et star montante, compte parmi les victimes de cette vague macabre. De nombreuses interviews viennent nourrir le récit de l’histoire de ce serial killer qui a traumatisé Hollywood et l’Amérique entière. Documentaire de Tom O’Dell (États-Unis, 2019, 1h34mn) Production  : Spiritlevel Cinema - (R. du 30/08/2019) VISION FILMS, INC. # vendredi 21/01 à 22.30 @ du 21/01/2022 au 19/02/2022
1996 LELAND H. FAUST, PATRICIA HITCHCOCK O’CONNELL AND KATHLEEN O’CONNELL FIALA, TRUSTEES UNDER THE ALFRED J. HITCHCOCK TRUST. ALL RIGHTS RESERVED Winter of Mysteries Sueurs froides Un psychodrame vertigineux de la plus pure expression hitchcockienne, avec un James Stewart au bord du gouffre et une Kim Novak aux deux visages. Scottie, inspecteur de police, a été limogé parce qu’il est sujet au vertige. Un de ses vieux amis le charge de surveiller sa très belle femme, Madeleine, dont le comportement étrange lui fait craindre qu’elle ne se suicide. Scottie la prend en filature, la sauve d’une noyade volontaire puis s’éprend d’elle. Mais, en raison de sa peur du vide, il ne parvient pas à l’empêcher de se précipiter du haut d’un clocher. Se sentant responsable de sa mort, il est en proie à une dépression nerveuse, jusqu’au jour où il rencontre le sosie de Madeleine... D’ENTRE LES MORTS Tiré d’un roman de Boileau et Narcejac spécialement écrit pour Hitchcock, Vertigo est un pur chef-d’œuvre tant par sa mise en scène que par son scénario, complètement déroutant. Le film baigne dans un San Francisco hanté par un malaise dimensionnel reflétant la tendance au vertige de Scottie. L’intrigue, qui s’apparente à une spirale, se déroule avec une lenteur contemplative inquiétante, au rythme d’une histoire racontée du point de vue d’un homme émotif, plongé dans une stupeur mentale et mû par une quête impossible. Les efforts de Scottie pour recréer la femme qu’il traque restent ambigus  : Judy est-elle Madeleine ou une autre ? Si le spectateur connaît la réponse, Scottie, lui, ne sait pas. Sous le néon vert de l’hôtel, le visage de Judy prend le teint d’un mort-vivant. «C’est de la pure nécrophilie», indique ainsi Alfred Hitchcock dans ses entretiens avec François Truffaut. (Vertigo) Film d’Alfred Hitchcock (États-Unis, 1958, 2h03mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Alec Coppel et Samuel Taylor, d’après le roman de Pierre Boileau et Thomas Narcejac Avec  : James Stewart, Kim Novak, Barbara Bel Geddes, Tom Helmore, Henry Jones, Raymond Bailey Production  : Paramount - (R. du 24/04/2016) # dimanche 16/01 à 21.00 Suivi à l’antenne de la rediffusion du documentaire Dans l’ombre d’Hitchcock – Alma et Hitch, à 23.05. Winter of Mysteries Rage Après une opération chirurgicale, une femme en proie à d’incontrôlables pulsions propage une nouvelle forme de rage dans la ville de Montréal. L’un des premiers films de David Cronenberg (Crash), fascinant mélange d’érotisme et de gore. Dans la campagne montréalaise, un jeune couple est victime d’un grave accident de moto. Le docteur Keloid, qui dirige une clinique de chirurgie esthétique à proximité, leur porte secours. Pour sauver la jeune femme, grièvement brûlée à l’abdomen, il décide de pratiquer en urgence une greffe de peau, en expérimentant une technique révolutionnaire. Un mois après l’intervention, Rose (Laure dans la version française) se réveille en hurlant. Alors qu’un autre patient s’est précipité à son chevet, elle se cramponne à lui de toutes ses forces, le laissant amnésique et sanguinolent. Quelque temps plus tard, l’homme attaque à son tour un chauffeur de taxi... DUNNING/LINK/REITMAN PRODUCTIONS VAMPIRISME Dans la lignée de Frissons (1975), où des parasites transformaient les habitants d’un immeuble en maniaques sexuels, le débutant David Cronenberg (Dead Zone, Chromosome 3) enchaînait avec un autre film d’exploitation et de contagion, toujours imprégné d’érotisme et de gore. À la fois freudien (on y aperçoit un exemplaire de L’interprétation du rêve) et politique, Rage dépeint, dans le sillage de son héroïne en proie à d’irrépressibles pulsions, une société qui s’enfonce inéluctablement dans la tyrannie  : tandis que Rose/Laure (l’actrice porno Marilyn Chambers), dotée d’un dard apparu sous son aisselle, ingurgite le sang de ses victimes au cours d’étreintes aussi sensuelles que terrifiantes, ces dernières se jettent au hasard sur les passants, prochains condamnés d’une épidémie hors de contrôle qui contraint les autorités à tirer sur les malheureux enragés et... à imposer le passeport vaccinal. (Rabid) Film de David Cronenberg (Canada/États-Unis, 1977, 1h27mn, VF/VOSTF) - Scénario  : David Cronenberg - Avec  : Marilyn Chambers, Frank Moore, Joe Silver, Howard Ryshpan, Patricia Gage, Susan Roman - Production  : Dunning/Link/Reitman Productions, Cinépix Films Properties, Canadian Film Development Corporation # jeudi 20/01 à 23.45 @ du 20/01/2022 au 18/07/2022 CINÉMA LE PROGRAMME DU 15 au 21 janvier 2022 ARTE MAG N°3 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :