Arte Magazine n°2021-51 18 déc 2021
Arte Magazine n°2021-51 18 déc 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-51 de 18 déc 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : scènes de la vie conjugale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
LES TEMPS FORTS MEMOX DOCUMENTAIRE L’ours en moi Le documentariste Roman Droux accompagne le biologiste David Bittner en Alaska, où ils vont passer trois mois en autarcie au plus près des grizzlis. Une aventure exceptionnelle à la rencontre de la nature sauvage. Enfant déjà, le réalisateur suisse Roman Droux était fasciné par les ours, de la peluche qui veillait sur ses nuits à ses virées familiales au zoo. Des années plus tard, le biologiste David Bittner, rencontré lors d’une conférence, a accepté de l’embarquer dans son expédition estivale sur la côte méridionale de l’Alaska, où il a noué, au fil des années, une incroyable relation de proximité avec les grizzlis. Pendant trois mois, depuis leur campement ceinturé par une clôture électrique, les deux hommes, coupés de la civilisation, ont arpenté torrents, pistes et plaines, semant des caméras ici et là, pour rapporter des images impressionnantes du quotidien des plantigrades. D’abord discrets, les ours sortent bientôt de leur tanière et investissent les luxuriantes prairies côtières, où ils broutent de l’herbe en «troupeau», dans l’attente de la migration des saumons – premier produit d’exportation alaskien, ceux-ci sont également convoités par les pêcheurs. Bruno, le chef de 6 ARTE MAG N°51 LE PROGRAMME DU 18 AU 24 décembre 2021 la lagune, doit sortir les griffes pour chasser de son territoire un redoutable concurrent. Les saumons se laissant désirer, une mère affamée, qui a abandonné à son triste sort l’un de ses trois oursons, blessé, se rabat sur un porc-épic pour nourrir sa progéniture. D’autres vivent des moments plus doux, à l’instar de Luna, la favorite de David, qui savoure une sieste après la baignade, pendant que l’un de ses acolytes s’octroie une jubilatoire séance de grattage contre un arbre... PORTRAIT DE GROUPE «Chaque jour, tu pourras t’asseoir un peu plus près», dit le renard au petit prince. Tel le héros du conte de Saint-Exupéry, David Bittner est parvenu, progressivement, à s’approcher à moins de 2 mètres des grizzlis du parc national de Katmai. Mais au pays des ours, la tentation du pas de plus peut s’avérer fatale, comme l’a montré la funeste expérience de l’écologiste Timothy Treadwell, retracée dans un documentaire de Werner Herzog (Grizzli Man). Méthodes de pêche, préludes amoureux, combats féroces entre mâles, stratégies maternelles pour protéger les petits...  : dans une nature intacte d’une beauté à couper le souffle, ce film retrace l’aventure extraordinaire du duo et dévoile les comportements de Luna, Berta ou Balou (l’autre «ami» de longue date de David, réapparu à la toute fin de l’expédition), au fil d’images aériennes, terrestres et sous-marines capturées au plus près d’eux. Entre adrénaline, poésie et réflexion sur le rapport de l’homme à la nature, une incursion fascinante au royaume des ours. Documentaire de Roman Droux (Suisse, 2019, 1h32mn) Production  : Memox GmbH # samedi 18/12 à 20.50 @ du 11/12/2021 au 17/03/2022
MEMOX Danse avec les ours Passionné depuis l’enfance par les plantigrades, le documentariste suisse Roman Droux s’est immergé, plusieurs mois durant, auprès des grizzlis d’Alaska, la dernière région sauvage d’Amérique du Nord. Entretien. Qu’est-ce qui vous a intéressé dans la démarche de votre compatriote, le biologiste David Bittner, grand spécialiste des ours bruns ? Roman Droux  : Je connais le travail de David depuis quinze ans, notamment via le journal filmé de ses expéditions. Chaque été, il retourne dans la baie poissonneuse du parc national de Katmai, en Alaska. Au fil du temps, il a établi une connexion très particulière avec quelques ours comme Luna ou Balou. Qu’est-ce qui peut inciter un ours, espèce sauvage et solitaire, à s’approcher d’un homme ? Luna ne voulait ni dévorer David, ni s’accoupler ou se battre avec lui. Aucune réponse biologique ne vient éclairer ce qui demeure un mystère. Un jour, cette ourse s’est même endormie à ses côtés, ce qui signifiait qu’elle se sentait à l’aise et protégée. Votre film a reçu un excellent accueil du public et de nombreux prix. Comment avez-vous réussi à tourner les images exceptionnelles qui ont contribué à ce succès ? J’ai d’abord construit la narration avec l’objectif qu’elle soit accessible à de jeunes enfants – ce qui a fonctionné puisqu’ils ont entraîné leur famille au cinéma ! Ensuite, nous avons décidé de ne jamais nous approcher des ours mais de les laisser venir à nous. Au départ, je me suis interrogé sur la pertinence de leur donner des prénoms comme le fait David. Mais j’ai découvert que cela permettait d’imaginer le caractère de chacun et donc d’anticiper un éventuel danger si l’un d’entre eux s’approchait de moi. Pour les gros plans, nous avons utilisé des caméras fixées dans les prés, le lit de la rivière, les arbres et même sous l’eau. Il nous a fallu beaucoup de patience et des centaines d’essais pour parvenir à nos fins car les ours faisaient souvent tomber les appareils et les piétinaient. Mais nous avons ainsi pu obtenir des instants rares comme celui où un grizzli se frotte à des branches. LES TEMPS FORTS Rendez-vous en terres animales samedi 18 décembre Quand l’homme n’est pas là... les animaux dansent ! (1 & 2) # à 9.45 @ du 09/12/2021 au 14/01/2022 Le blaireau – Ce furtif voisin # à 12.55 @ du 10/12/2021 au 08/01/2022 Les superpouvoirs des aigles # à 14.25 @ du 25/11/2021 au 08/12/2022 Tanzanie, royaume des lionnes # à 16.00 @ du 25/11/2021 au 30/01/2022 L’ours en moi # à 20.50 @ du 11/12/2021 au 17/03/2022 Les ours bruns d’Alaska sont-ils une espèce menacée ? Il y a quatre ans, un peu plus au sud de la région où j’ai séjourné, une famine les a frappés. Les saumons, leur principale nourriture, se raréfient à mesure que les courants marins diminuent, à cause du changement climatique, et que se développe la surpêche. Dans certains fleuves, on trouve désormais davantage de saumons d’élevage que d’espèces sauvages. Qu’avez-vous retiré de cette immersion ? L’image que j’ai des ours a changé. Je ne comprends pas qu’on puisse les exhiber pour notre plaisir comme on le fait chez moi, à Berne, dans la célèbre fosse aux ours. Mais je ne veux pas non plus attirer les touristes en Alaska. L’ours se porte mieux sans l’espèce humaine, responsable de sa disparition en forêt et en montagne. Propos recueillis par Laure Naimski LE PROGRAMME DU 18 au 24 décembre 2021 ARTE MAG N°51 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :