Arte Magazine n°2021-47 20 nov 2021
Arte Magazine n°2021-47 20 nov 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-47 de 20 nov 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : festival du documentaire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
LES TEMPS FORTS Festival du documentaire 2021 Nous Un voyage à travers la banlieue parisienne le long de la ligne B du RER, pour un portrait en mosaïque de ceux qui l’habitent. Inspirée par Les passagers du Roissy-Express de François Maspero, Alice Diop documente des vies «de peu», qui confluent vers un possible «nous». Athénaïse DOCUMENTAIRE Au lendemain de la manifestation du 11 janvier 2015, en réaction aux attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher, Libération titre en une «Nous sommes un peuple», et Alice Diop (La permanence) s’interroge sur cette foule très majoritairement blanche. À la manière de François Maspero dans son livre Les passagers du Roissy-Express (Seuil, 1990), la cinéaste décide alors d’entreprendre un voyage au long cours en suivant la ligne B du RER, à la rencontre de tous ces «autres» qui ne figurent pas sur la photo. De son enfance revisitée en Seine-Saint- Denis, sur les traces fugaces de parents émigrés du Sénégal dans les années 1960, aux sentiers d’une forêt automnale en vallée de Chevreuse empruntés par une chasse à courre en passant par le mémorial de la Shoah de Drancy, le périple met en lumière un territoire contrasté. Esquissant un portrait choral de Franciliens 4 ARTE MAG N°47 LE PROGRAMME DU 20 au 26 novembre 2021 saisis dans leur quotidien, la réalisatrice tisse ainsi librement le récit d’un «nous» possible. Un ferrailleur malien au Bourget, une infirmière – la sœur d’Alice Diop –, visiteuse patiente de destins brinquebalés, des royalistes fervents qui assistent à une messe en mémoire de Louis XVI à la basilique de Saint-Denis, des adolescentes joueuses et tchatcheuses, l’écrivain Pierre Bergounioux ou des jeunes de cités émus par «La foule» d’Édith Piaf...  : devant sa caméra défilent, sans ordre ni hiérarchie, comme à travers les vitres d’un train, visages et paysages de banlieue, pavillons avec jardins et grands ensembles, composant envers et malgré tout une vacillante mémoire collective. LES OUBLIÉS DE LA PHOTO Comment faire communauté au-delà des différences ? Comment agréger des micromondes, à la lisière les uns des autres, sur un même territoire ? En questionnant en toute sensibilité les dissemblances mais aussi l’humanité partagée de ce «nous» flou voué à l’impermanence, Alice Diop documente d’abord les vies «ordinaires» des oubliés de la photo et leur restitue une place dans le cadre national. Alors que les regards brillent à l’unisson, étoilés par un feu d’artifice de 14 Juillet, son film-mosaïque se fait le reflet d’une histoire de France en mouvement. Meilleur documentaire, meilleur film (sélection Encounters), Berlinale 2021 Documentaire d’Alice Diop (France, 2021, 1h52mn) Coproduction  : ARTE France, Athénaïse # mercredi 24/11 à 22.30 @ du 17/11/2021 au 29/01/2022
Athénaïse À travers la vitre En suivant la ligne du RER B, la réalisatrice Alice Diop réinvente l’imaginaire de la banlieue pour collecter les récits de vie et sonder la mémoire de ses habitants. Entretien. Pourquoi le RER B ? Alice Diop  : Pour le livre de François Maspero, Les passagers du Roissy- Express, relatant la randonnée qu'il fit en 1989 le long du RER B. Cette ligne relie des mondes sociaux variés. Elle franchit des zones industrielles, des cités, des quartiers pavillonnaires, des lieux d’histoire comme le mémorial de la Shoah à Drancy ou la basilique de Saint-Denis... Native d’Aulnay-sous-Bois, je la connais depuis toujours. Faire un film à partir de ce livre, c'était réaliser un projet politique autant qu'intime. Remonter le fil d'une histoire familiale tout en m'interrogeant sur la possibilité d'un «nous» entre des gens que tout sépare. Le RER B m'offre le cadre pour questionner tout cela. Quelle continuité votre film établit-il avec le livre de François Maspero ? La beauté du livre, c'est d'abord son projet  : arpenter ces territoires que l'on regarde peu ou très mal pour les offrir à la littérature, loin des fantasmes et des images réductrices. La banlieue échappe ainsi au regard journalistique ou sociologique trop souvent posé sur elle. Ce qui intéresse Maspero, c'est l'ordinaire, la banalité, le non-événement. En cela, sa démarche est éminemment politique. J’ai longtemps désiré en faire un film. Après les attentats de 2015, j’ai éprouvé le même besoin de fuir les discours réducteurs. Décrire mon expérience sensible inspirée de cette approche pouvait y répondre. Durant un mois et demi, aux côtés d’un aquarelliste, j'ai arpenté les alentours du RER B sans savoir ce que j'allais y trouver. Nous est né de cette expérience en la prolongeant. Proposer un contre-regard apaisé sur la banlieue était-il votre but ? Je désirais la documenter avec beauté et poésie. Le film capte des vies invisibilisées. Je fais du cinéma pour offrir une existence à ceux qu’on ne regarde pas. Collecter leurs traces les inscrit dans un imaginaire cinématographique et politique. À l’écran, les archives de ma famille sénégalaise, devenue française par ses enfants, transcendent l’intime pour livrer une valeur mémorielle collective. Je veux empêcher ces gens de disparaître du récit national comme ce fut le cas pour mes parents. Ce «nous» apparaît-il davantage possible à la lumière du film ? Il reste autant une question qu'un constat, une utopie ou un projet en cours. Mais il existe en tout cas dans ce film, puisque des univers que tout oppose et qui s'ignorent y coexistent. Un monde sépare les royalistes commémorant la mort de Louis XVI à la basilique de Saint-Denis et Ismaël, le sans-papiers qui dort sous un pont de l’A86, mais ils partagent le même territoire. Des gamins de cité aux patients de ma sœur infirmière, en passant par l’essayiste Pierre Bergounioux dont les Carnet de notes saisissent la vie d’un intellectuel de Gif-sur-Yvette, ce film leur donne à tous une place, sans a priori. Propos recueillis par Clara Le Quellec Festival du documentaire 2021 Du 23 au 29 novembre à l’antenne et sur le site arte.tv, du grand cinéma documentaire en treize films. Retour à Reims – [Fragments] # mardi 23/11 à 20.50 @ du 16/11/2021 au 28/05/2022 Misha et les loups # mardi 23/11 à 22.15 @ du 22/11/2021 au 20/02/2022 Ghofrane et les promesses du printemps # mardi 23/11 à 23.45 @ du 16/11/2021 au 21/05/2022 Les âmes mortes (1) # mardi 23/11 à 1.10 @ du 16/11/2021 au 29/11/2021 Nous # mercredi 24/11 à 22.30 @ du 17/11/2021 au 29/01/2022 Les sherpas et la paroi des ombres # mercredi 24/11 à 0.25 @ du 23/11/2021 au 21/02/2022 Les âmes mortes (2) # mercredi 24/11 à 2.00 @ du 17/11/2021 au 30/11/2021 Les âmes mortes (3) # jeudi 25/11 à 0.30 @ du 18/11/2021 au 01/12/2021 Le procès contre Mandela et les autres # vendredi 26/11 à 23.25 @ du 19/11/2021 au 02/12/2021 La prochaine fois que je viendrai au monde # vendredi 26/11 à 1.10 @ du 19/11/2021 au 24/01/2022 Retour à l’âge de glace – L’hypothèse de Zimov # samedi 27/11 à 22.25 @ du 20/11/2021 au 25/01/2022 Acasa, l’adieu au fleuve # samedi 27/11 à 23.55 @ du 26/11/2021 au 24/02/2022 Le nomade sur les pas de Bruce Chatwin # dimanche 28/11 à 0.30 @ du 28/11/2021 au 27/11/2022 Notre mémoire nous appartient # lundi 29/11 à 0.30 @ du 22/11/2021 au 27/05/2022 Être vivant et le savoir # lundi 29/11 à 2.00 @ du 22/11/2021 au 05/12/2021 LE PROGRAMME DU 20 au 26 novembre 2021 ARTE MAG N°47 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :