Arte Magazine n°2021-44 30 oct 2021
Arte Magazine n°2021-44 30 oct 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-44 de 30 oct 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : il était une fois le musée du Louvre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
LES TEMPS FORTS ELEPHANT DOC ÉMISSION Invitation au voyage Nos inspirations Du lundi au vendredi, Linda Lorin donne désormais rendezvous pour un supplément d’évasion, à la suite d’Invitation au voyage. Depuis plus de quatre ans, Invitation au voyage propose un tour du monde à travers plusieurs rubriques  : «L’inspiration», «L’héritage» ou «L’incontournable», et, plus récemment, la séquence gourmande «Papilles». Le magazine, présenté par Linda Lorin, raconte les influences qu’exercent les lieux sur les hommes – en particulier les artistes – et inversement. Le samedi, il revisite une ville, une région ou un pays, grâce à une multiplicité de regards. À compter du 1er novembre, du lundi au vendredi, l’émission, désormais diffusée vers 17.40, sera suivie, à 18.25, d’un nouveau rendez- vous d’une durée de vingt-huit minutes, Invitation au voyage – Nos inspirations, prolongement de ce vagabondage de plus en plus suivi par le public, qui a connu un pic d’audience le 20 septembre dernier avec 389 000 téléspectateurs. Linda Lorin y réunit deux artistes autour d’un même thème ou nous raconte les métamorphoses d’un artiste au gré de ses pérégrinations. Inaugurant ce supplément d’évasion, le premier numéro, «Loin des hommes», plonge dans l’Alaska sauvage de Jon Krakauer, l’auteur d’Into the Wild, et explore la Finlande de l’écrivain Arto Paasilinna. Émission présentée par Linda Lorin (France, 2021, 28mn) - Coproduction  : ARTE France, Éléphant Doc # du lundi au vendredi à 18.25 @ 67 jours Précédé, toujours vers 17.40, d’Invitation au voyage. 10 ARTE MAG N°44 LE PROGRAMME DU 30 octobre au 5 novembre 2021 F-BOUKLA Inspirations vagabondes L’équipe d’Invitation au voyage étoffe son tour du monde quotidien en proposant un nouveau rendez-vous thématique, Nos inspirations. Rencontre avec sa présentatrice, Linda Lorin. Bonne nouvelle pour ceux qui aiment voyager  : l’émission prolonge sa présence à l’antenne... Linda Lorin  : Oui, ce bonus quotidien de vingt-huit minutes arrive à point dans l’époque anxiogène actuelle. Les gens ont de plus en plus besoin d’évasion. Je le vois chaque jour dans les messages que je reçois sur les réseaux sociaux. Invitation au voyage emmène les téléspectateurs loin du quotidien et de l’actualité et ça leur fait du bien. J’ai le sentiment que se cristallisent autour de l’émission une bienveillance, une sympathie, qui nous touchent beaucoup. Comment va s’articuler Nos inspirations ? Nous allons proposer chaque jour des thèmes différents, illustrés par deux «inspirations», à savoir un endroit du monde qui a influencé un artiste. Par exemple, pour une spéciale «Frissons», nous partons à San Francisco avec Alfred Hitchcock, qui, suite à son passage dans cette ville escarpée, a imaginé le vertigineux Sueurs froides, et à l’autre extrémité des États-Unis, nous explorons le Maine, que Stephen King a su rendre si inquiétant. Dans «Révolution et mode», nous mettons en parallèle deux photographes de mode, Peter Lindbergh, qui a révolutionné l’image de la femme et des top models, et Alberto Korda, connu aussi pour ses clichés du Che et de Fidel Castro pendant la révolution cubaine. Mais nous pouvons aussi construire notre numéro autour d’un pays et découvrir comment deux artistes l’ont appréhendé, ou nous focaliser sur un unique créateur, comme Gauguin, que nous suivons à deux moments clés de sa vie, au Danemark puis en Polynésie. »L’inspiration» a-t-elle été choisie parce qu’elle est la séquence préférée des spectateurs ? Cette rubrique est certes appréciée du public, mais nous aurions pu aussi bien créer un spécial «Papilles», lancée en janvier dernier et consacrée aux recettes à travers le monde, qui plaît également beaucoup. «L’inspiration», elle, nous permet de tracer des perspectives. Mon rôle de présentatrice est de contextualiser puis de créer le lien qui fera sens entre deux histoires. Propos recueillis par Pascal Mouneyres
PALMARÈS Elles tournent et gagnent Les splendides, grand prix du jury, pour faire connaissance avec des «meufs de tèce» telles qu’elles se rêvent et se revendiquent, filmées dans le quartier de La Reynerie, à Toulouse, par Meryem-Bahia Arfaoui ; Elana, le portrait vibrant d’une adolescente handicapée, qu’Erika Haglund suit depuis l’enfance, prix ex-aequo du jury avec Nobody Owns Me («Je n’appartiens à personne»), intense rencontre signée Anouk Meissner avec une jeune squatteuse «sauvée par l’amour», mais aussi par les mots… Outre ces trois films primés, quatorze autres courts métrages documentaires, sur plus de huit cents contributions, ont été retenus à l’issue du concours «Et pourtant, elles tournent», ouvert par ARTE France fin 2020 aux réalisatrices, sur le thème «Besoin de personne». Les dix-sept films lauréats, de sept à douze minutes, seront diffusés prochainement à l’antenne et sur arte.tv, et feront l’objet, le 9 novembre, d’une journée de projection et de débats au siège de la Scam (Société civile des auteurs multimédia), partenaire de l’opération. Babelio EN BREF SUR YOUTUBE «La Genèse» dans «ARTE Book Club» ARTE Book Club, terre de contrastes. Après un numéro consacré à Virginie Despentes, le webzine affûté qui donne envie de lire tous les livres nous ramène plusieurs millénaires en arrière, dans une «histoire qui est passée dans toutes les bouches», et que tout le monde croit connaître sans savoir exactement ce qu’elle raconte  : La Genèse. Choisissant la traduction la plus récente, publiée par Bayard Éditions, Pierrot et Redek, les fondateurs et animateurs de la chaîne Le Mock, nous promènent du début («Premiers/Dieu crée ciel et terre/terre vide solitude…») à la fin (l’histoire de Joseph et ses frères), avec le concours inspiré de la lectrice Vinora Epp. En vingt minutes chrono, dans une analyse à deux voix comme de coutume évocatrice, ludique, précise et toujours accessible, ils effeuillent les principales questions posées par le, ou plutôt les textes, pour faire résonner leur mystère et leur beauté. Exégèse suivie, le 23 octobre, d’un débat live avec la chercheuse en littérature comparée Claire Pacial et, sous réserve, une autre youtubeuse éprise de littérature, Antastesia. @ dès le 21/10/2021 sur la chaîne Youtube d’ARTE En partenariat avec PODCAST Vivons heureux avant la fin du monde Comment (bien) se séparer ? Un an après s’être penché sur le couple aujourd’hui, le podcast mensuel de Delphine Saltel Vivons heureux avant la fin du monde fait sa rentrée (fracassante) avec un sujet rendu encore plus brûlant par les confinements  : comment (bien) se séparer ? Pourquoi se sépare-t-on autant, le plus souvent vite et mal ? Comment faire mieux, ou moins pire ? Réponses comme toujours argumentées et mêlées d’éclats sonores de la vraie vie, proposées en trois volets. Le premier, en ligne le 27 octobre, recueille la (bonne) parole de la sociologue Irène Théry, qui évoque, entre autres, le philosophe Stanley Cavell et les comédies du remariage selon Hollywood. L’émission entrelace aussi des récits de séparation à la première personne avec les propos d’une conseillère conjugale, et dévoile une séance de médiation très animée. Suivront, le 24 novembre, un deuxième épisode sur l’épineuse question de l’argent, «nerf de la guerre» entre séparés, puis, le 22 décembre, un dernier volet sur la garde des enfants et la résidence alternée. dès le 27/10/2021 sur arteradio.com, Youtube et toutes les plates-formes de podcasts LE PROGRAMME DU 30 octobre au 5 novembre 2021 ARTE MAG N°44 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :