Arte Magazine n°2021-41 9 oct 2021
Arte Magazine n°2021-41 9 oct 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-41 de 9 oct 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : hypermarchés, la chute de l'empire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
LES TEMPS FORTS 2019 WOWOWTELEPACK/YOSHIKAZU KATO SÉRIE Collection «Nouveau départ» La maison de la rue en pente Sélectionnée comme jurée dans le cadre d’un procès pour infanticide, Risako Yamasaki voit son existence bouleversée au contact de l’accusée. Une série aussi dure que poignante sur la place des femmes dans le Japon moderne. Risako Yamasaki mène une vie paisible jusqu’au jour où elle se voit nommée jurée suppléante dans un procès d’assises. La situation contrarie son mari, Yoichiro, qui considère qu’elle devrait rester s’occuper de leur fille de 3 ans, Ayaka. Le procès tente d’éclairer le mystère d’un infanticide, commis par Ando Mizuho, une mère au foyer du même âge que Risako. Au fil des audiences, Risako ne peut s’empêcher de reconnaître de troublantes similitudes dans son parcours de vie, et d’éprouver une empathie pour l’accusée. Dans l’intimité, sa propre confiance s’érode, à force d’être rabaissée par son mari qui ne la croit pas capable de tenir le rythme du procès. Fragilisée, Risako se laisse aller à des accès de colère envers sa fille. 10 ARTE MAG N°41 LE PROGRAMME DU 9 au 15 octobre 2021 SUSPENSE TÉTANISANT Derrière ses atours de série judiciaire, La maison de la rue en pente est une fiction à énigmes et à double fond, à la forme vivifiante et au suspense tétanisant, s’emparant à bras-le-corps de questions universelles (qui n’a jamais eu les nerfs vrillés par des pleurs inconsolables de bébé ?) pour mieux mettre au jour les failles de la société japonaise. Quels secrets inavouables peuvent mener une mère à commettre l’irréparable ? Comment la maternité peut-elle se transformer peu à peu en prison ? Pour y répondre, la série de Yukihiro Morigaki hybride son style naturaliste aux codes du mélo autant que du thriller psychologique. Les scènes de prétoire et de concertation des jurés servent avant tout d’arrière-fond à un panorama inquiet de la société nippone, et de la place particulièrement précaire et ingrate qu’elle laisse à ses femmes. Dans la grande tradition des portraits de mères ou d’épouses acculées par la pression professionnelle et familiale (on pense souvent à la Gena Rowlands d’Une femme sous influence de John Cassavetes), La maison de la rue en pente propose une approche sensorielle et onirique du mal-être de son héroïne, d’une efficacité redoutable. La série creuse en profondeur les recoins labyrinthiques de la psyché troublée de Risako, véritable desperate housewife débordée et déconsidérée au sein de son foyer, aux prises avec les codes trop longtemps intégrés d’une société patriarcale. (Saka no Tochuu no Ie) Série de Yukihiro Morigaki (Japon, 2019, 6x50mn, VOSTF) - Scénario  : Eriko Shinozaki, Mitsuyo Kakuta, d’après son roman - Avec  : Ko Shibasaki, Seiichi Tanabe, Miki Mizuno, Atsuko Takahata, Jun Fubuki Production  : Wowow, Telepack @ du 15/10/2021 au 02/09/2022 Disponible en coffret DVD chez ARTE Éditions. La maison de la rue en pente fait partie, avec trois autres séries (Mes funérailles, Hopeville, 30 degrés en février), de la collection «Nouveau départ», à découvrir sur arte.tv.
PODCAST Fenêtre sur cour L’affaire Daval – Un procès hors champ Pour clôturer les trois saisons de Fenêtre sur cour, sa collection de podcasts consacrée aux faits divers, la chroniqueuse judiciaire Élise Costa propose un formidable hors-série sur l’affaire Daval et, surtout, sa folle médiatisation. Pour ce «hors champ» du fait divers qui enflamma la France à l’automne 2017 – la découverte dans les environs de Gray-la-Ville du corps d’une jeune femme prénommée Alexia –, journalistes et avocats retracent ce feuilleton à rebondissements, qui tint le public en haleine dans le sillage de caméras et d’hélicoptères, jusqu’à l’épilogue du procès à Vesoul en novembre 2020. De marches blanches, roses à la main, en déclarations face caméra, la douleur digne de Jonathan Daval, veuf éploré, suscita d’abord la compassion d’un pays qui ne lui pardonna pas sa trahison quand il avoua son crime trois mois plus tard. En trois épisodes de vingt minutes, cette série documentaire sonore décortique la fabrication d’un fait divers, ses mécanismes et ses ressorts qui, toujours, révèlent beaucoup de nous-mêmes. dès le 23/09/2021 sur arteradio.com et les plates-formes de podcast Babelio EN BREF RÉSEAUX SOCIAUX Pulse/Impulse La photographe Charlotte Abramow, le plasticien Jérémy Gobé, la compositrice et cheffe d’orchestre Uèle Lamore ou encore le duo germano-syrien de musiciens Shkoon…  : Pulse/Impulse revient avec une deuxième salve de neuf épisodes inédits. Réalisée par Camille Gicquel, Judith Grumbach et Maxime Vatteblé, et coproduite par ARTE France, Effervescence et Bronx Digital, cette série documentaire, déclinée en deux formats, part à la rencontre de jeunes artistes engagés, qui s’expriment sur tous les supports. Au travers d’interviews de huit minutes diffusées sur arte.tv et Youtube, Pulse décrypte leur processus créatif. En complément, Impulse présente en trois minutes sur IGTV et Facebook un échec présumé et assumé de ces artistes, à la source de leur envie de créer. Une plongée dans l’univers d’une génération de talents qui en inspirent d’autres, grâce à une production rendue plus accessible. @ dès le 05/10/2021 sur arte.tv, Youtube, Instagram et Facebook SUR YOUTUBE ARTE Book Club «Les jolies choses» de Virginie Despentes Le ARTE Book Club poursuit ses pérégrinations littéraires futées. Après le décryptage de Chavirer de Lola Lafon et de Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez, cette saison 3 plonge dans Les jolies choses (Grasset, 1998), troisième roman de Virginie Despentes. Lequel, selon le duo Pierrot et Redek, les vidéastes de la chaîne Le Mock, «restitue leur corps aux femmes et, en un sens aussi, aux hommes», au travers du destin de jumelles, Claudine et Pauline, entre séduction, rébellion et émancipation. En dix-huit minutes, ce tour de l’œuvre rondement mené – avec détours par Le misanthrope de Molière ou Orlando de Virginia Woolf – dévale les «pentes» de la Croix-Rousse, à l’origine du pseudo de l’auteure de la saga Vernon Subutex, redécouvre une réjouissante et très punk interview de l’écrivaine à la parution de Baise-moi et serpente dans sa King Kong théorie. Selon le rituel du magazine, coproduit par ARTE France et Urbania Production, l’analyse sera suivie d’un live le 23 septembre à 20.20, avec Klaire fait Grr et Cécile Chatelet, avant un prochain rendez-vous en octobre avec la Genèse. @ sur la chaîne Youtube d’ARTE En partenariat avec LE PROGRAMME DU 9 au 15 octobre 2021 ARTE MAG N°41 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :