Arte Magazine n°2021-39 25 sep 2021
Arte Magazine n°2021-39 25 sep 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-39 de 25 sep 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : hip-hop !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
LES TEMPS FORTS Les frères Morozov Mécènes et collectionneurs Le passionnant portrait de Mikhaïl et Ivan Morozov, flamboyants collectionneurs russes du tournant du XX e siècle, dont les trésors, de l’impressionnisme à l’art moderne, sont présentés à la Fondation Louis-Vuitton. DOCUMENTAIRE À la fin du XIX e siècle, Moscou, florissante cité marchande et industrielle, devient l’un des foyers d’un renouveau artistique russe qualifié d’«âge d’argent». Dans le sillage du précurseur Pavel Tretiakov, qui ouvre sa galerie de peinture au public avant de la céder à la municipalité, et en parallèle de Sergueï Chtchoukine, héros d’une exposition à la Fondation Louis-Vuitton en 2016, les frères Morozov, eux aussi marchands de textiles, constituent, de 1890 à 1917, l’une des plus fabuleuses collections d’art impressionniste et moderne au monde. Descendants d’un serf qui a acheté sa liberté en 1821, Mikhaïl (1870-1903) et Ivan (1871-1921) héritent d’un empire industriel et de solides convictions progressistes. Ils installent des théâtres dans leurs usines et tiennent salon dans leurs hôtels particuliers peuplés de chefs-d’œuvre inestimables. Car les deux frères, formés à la peinture par des maîtres passés par la France, tel Constantin Korovine, ont été les premiers à se passionner pour les révolutions de l’art nées à Paris  : Monet, Renoir, Cézanne, Van Gogh, Matisse, Denis ou encore Picasso côtoient dans leurs collections la production russe contemporaine. Nationalisées après 1917, celles-ci rejoignent en 1923 le Musée national d’art moderne occidental de Moscou, avant d’être sauvées en 1948 par les directeurs des musées Pouchkine et de l’Ermitage d’une destruction décrétée par Staline. 10 ARTE MAG N°39 LE PROGRAMME DU 25 SEPTEMBRE AU 1 ER OCTOBRE 2021 MÉCÈNES OUBLIÉS Émaillé d’archives, de focus sur des œuvres emblématiques et d’éclairages de spécialistes – dont Anne Baldassari, commissaire générale de l’exposition présentée à la Fondation Louis-Vuitton (interviewée ci-contre) –, ce documentaire retrace la captivante saga des frères Morozov, figures hautes en couleur et oubliées de l’histoire de l’art. Documentaire d’Élisabeth Kapnist (France, 2020, 52mn) - Auteurs  : Élisabeth Kapnist et Christian Dumais-Lvowski - Coproduction  : ARTE France, Bel Air Média, Fondation Louis- Vuitton # dimanche 26/09 à 18.00 @ du 19/09/2021 au 24/11/2021 BEL AIR MEDIA 2021 SUCCESSION H. MATISSE
SUCCESSION H. MATISSE FONDATION LOUIS VUITTON/LUC CASTEL Révolutionnaires des arts Entretien avec Anne Baldassari, commissaire générale de l’exposition que la Fondation Louis-Vuitton consacre, à compter du 22 septembre, aux collectionneurs visionnaires que furent les frères Morozov. En quoi cette rétrospective sur les frères Morozov s’inscrit-elle dans la continuité de celle dédiée à leur aîné et ami Sergueï Chtchoukine, organisée par la Fondation en 2016 ? Anne Baldassari  : Réalisées en partenariat avec les musées de l’Ermitage, des Beaux-Arts Pouchkine et la galerie Tretiakov, les deux expositions du cycle «Icônes de l’art moderne» sont complémentaires pour retracer une époque, celle de l’âge d’argent moscovite (1890- 1914), auquel ont contribué les Morozov et Chtchoukine. Ensemble, et avec quelques autres figures éminentes de leur temps, comme les frères Tretiakov, Savva Mamontov ou Mikhaïl Riabouchinski, ces riches industriels ont créé un nouveau monde économique, social et culturel, en bâtissant notamment des bibliothèques, des écoles, des centres de formation pour les jeunes ouvriers et les femmes, ainsi qu’une incroyable collection d’art née entre Paris et Moscou. Comment ont-ils forgé leur goût pour les arts ? Comme on l’apprend dans le documentaire, les ancêtres des Morozov, comme des Chtchoukine, étaient des serfs, engagés dans la foi schismatique de la vieille-croyance orthodoxe. Jusqu’à l’obtention de droits civils par une loi de 1905, ils étaient considérés comme des parias. Ils ont vécu des pogroms et ont été parqués dans des ghettos. Ces origines colorent leurs acquisitions. Les Morozov cherchent à être pris au dépourvu, à s’inventer eux-mêmes, car ils viennent de nulle part. Contrairement à la haute tradition académique de Saint-Pétersbourg, ces amateurs d’art s’agitent tous azimuts sur le front de l’avant-garde, en allant chercher des toiles à Paris. Quel est le projet commun de Chtchoukine et des Morozov ? Leur objectif est de bâtir une collection réunissant tous les grands courants novateurs nés en France – du fauvisme au cubisme – pour la galerie Tretiakov. C’est un travail presque programmatique. De 1907 à 1914, leurs acquisitions sont exponentielles. Ils vont se mettre à acheter les mêmes artistes à Paris, mais sans esprit de concurrence, en échangeant leurs points de vue et en s’encourageant. Après la révolution russe de 1917, cette collection va être confisquée, nationalisée, puis dispersée. Que reste-t-il de cet héritage ? Les archives des Morozov ont été préservées à la galerie Tretiakov et au musée Pouchkine. Nous disposons de bons d’achat ou de correspondances avec les marchands parisiens. On peut voir la collection se construire pas à pas, au fil de leurs hésitations et de leurs engouements. L’exposition sur les Morozov apporte un éclairage documentaire sur cette période oubliée de l’histoire. Propos recueillis par Hélène Porret L’exposition «La collection Morozov. Icônes de l’art moderne», dont ARTE est partenaire, se tiendra à la Fondation Louis-Vuitton du 22 septembre 2021 au 22 février 2022. LE PROGRAMME DU 25 SEPTEMBRE AU 1 ER OCTOBRE 2021 ARTE MAG N°39 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :