Arte Magazine n°2021-15 10 avr 2021
Arte Magazine n°2021-15 10 avr 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-15 de 10 avr 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : faire l'histoire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°15. LE PROGRAMME DU 10 AU 16 AVRIL 2021 Fluide Websérie en ligne le 29 mars sur arte.tv, ARTE Youtube et sur le compte Instagram @arte_asuivre 8 D’un corps à l’autre Après Été, les auteurs Thomas Cadène et Joseph Safieddine continuent d’explorer le couple dans Fluide  : une websérie drôle et légère contant les aventures amoureuses et sexuelles d’un duo d’amis, et prolongée par une bande dessinée homonyme. Quand Emma annonce à Léo, son amoureux, qu’elle aimerait vivre aussi une histoire avec une femme, c’est la douche froide pour cet auteur de BD, jusque-là bien au chaud dans son couple. Bousculé par les envies d’ailleurs de sa compagne, il s’en ouvre à son collègue et ami Waël qui, à son tour, se met à questionner sa relation avec Esther. Serait-il temps pour eux d’explorer de nouvelles sexualités ? Coproduite par ARTE France et Kelija, et conçue par Thomas Cadène et Joseph Safieddine, déjà coauteurs de la BD numérique Été, la pétillante websérie Fluide, en ligne le 29 mars, fait voler en éclats les barrières du couple traditionnel. « Nous sommes à une époque où tout est remis à plat, où il n’existe plus d’évidences. Cela influe sur nos relations », explique Thomas Cadène. Au fil de ces dix épisodes de six minutes, réalisés par Sarah Santamaria-Mertens, cette attachante bande d’amis enchaîne les aventures sexuelles et sentimentales, à deux, à trois ou à quatre, laissant libre cours à ses désirs et découvrant de nouveaux plaisirs. Des parenthèses charnelles et ludiques qui donnent lieu à des situations parfois cocasses. Le jeu des acteurs contribue au comique de ces scènes, avec, en tête, Waël et Léo, duo tendre et complice formé à l’écran par les comédiens Simon Thomas et Matthias Jacquin. LIGNES MOUVANTES « Les personnages masculins tâtonnent, voire pataugent. Ils peuvent être guidés par les clichés et sont parfois navrants. Mais c’est aussi ce qui les rend intéressants. À travers eux, nous montrons que certains modes de pensée restent à déconstruire », commente Thomas Cadène. Les femmes de Fluide, elles, incarnent plutôt le changement. Interprétées par Manon Kneusé et Pauline Clément, de la Comédie-Française, Esther et Emma bousculent les codes de la masculinité et les repères de leurs partenaires. Parallèlement, ces derniers chroniquent leur révolution intime dans une bande dessinée, coéditée par Dargaud et ARTE Éditions, qui devient l’espace d’expression de leurs fantasmes inavoués. Le résultat de cette création s’évade de l’écran pour devenir un album homonyme bien réel, à découvrir en librairie le 2 avril. Avec la complicité du dessinateur Benjamin Adam, Thomas Cadène et Joseph Safieddine ont profité du confinement pour donner ainsi une double vie à leur univers fantaisiste. Le livre et la websérie sont toutefois indépendants l’un de l’autre, mais l’expérience s’enrichit de leur combinaison. L’occasion de se plonger dans l’imaginaire débridé de Waël et Léo, qui s’animent dans la BD sous les traits de Sasha et Hector, et de leur extraordinaire alter ego William, à retrouver sur ARTE Youtube et sur Instagram. Hélène Porret La bande dessinée Fluide est disponible le 2 avril. KELIJA
GEDEON PROGRAMMES D’Artagnan et son double Aussi documenté que captivant, La véritable histoire de d’Artagnan perce à jour la vie du mousquetaire sous les faux-semblants de sa légende. Il y a parfois loin, entre le héros d’Alexandre Dumas et celui qui l’a inspiré. Homme sans visage Dans le sillage de Dumas, Gérard Philipe, Jean Marais ou encore Jean-Paul Belmondo lui ont prêté leurs traits. Du vrai Charles de Batz de Castelmore, dit d’Artagnan, ne subsiste qu’une gravure ornant les Mémoires de Monsieur d’Artagnan. Réédité en 2017 par Gallimard, ce livre apocryphe, publié peu après la mort, en 1673 au siège de Maastricht, de celui qui en est le héros, est l’œuvre d’un certain Courtilz de Sandras, jeune mousquetaire qui l’aurait côtoyé à la fin de sa carrière. Cette source étant sujette à caution, le visage du Gascon se niche peut-être dans les toiles d’Adam François van der Meulen, peintre officiel de Louis XIV, qui immortalisa les campagnes militaires du Roi-Soleil. Héros sans sépulture D’autres mystères entourent le grand homme, à commencer par celui de sa date de naissance. Faute de registres paroissiaux disponibles, les historiens la situent entre 1611 et 1615, à quelques kilomètres du village gersois de Lupiac. Il faut attendre 1912 pour voir s’étoffer sa biographie. Enfant d’une fratrie comptant quatre garçons et trois filles, très tôt orphelin de père, le jeune Charles de Batz de Castelmore n’a pas 20 ans lorsqu’il rejoint l’armée pour fuir sa condition modeste. Là encore, aucune trace formelle de son engagement. A-t-il été d’abord cadet de Gascogne, puis connu Athos, Porthos et Aramis, que les Mémoires de Courtilz de Sandras présentent comme des frères ? Rien de moins sûr, même si les trois hommes semblent bien avoir émargé sous pseudonyme au sein de la Compagnie des mousquetaires du roi, fondée par Louis XIII en 1622. Dans sa fin glorieuse, d’Artagnan emporte une dernière énigme  : le lieu de son inhumation, peut-être sous les dalles d’une église dans la périphérie de Maastricht. Soldat avant tout Hâbleur, séducteur et justicier sous la plume de Dumas, d’Artagnan renvoie de sa vraie vie une tout autre image. Marié et père de famille, le mousquetaire doit composer avec une épouse possessive qu’il finit par envoyer se confiner en Bourgogne. Sa fidélité va d’abord au pouvoir royal. Quand survient la Fronde en 1648, il prête allégeance à Mazarin et à la régente Anne d’Autriche. Après le sacre de Louis XIV et le rétablissement de l’absolutisme, il soutient sans réserve le Roi-Soleil. C’est à lui que revient la charge d’arrêter le ministre Fouquet, soupçonné de conspiration. Il n’a pas plus d’états d’âme pour réprimer la révolte paysanne du Vivarais, en 1670. Connu pour son intransigeance et son autoritarisme, le mousquetaire n’aura eu de cesse de rappeler au cours de sa carrière la devise de sa compagnie  : non pas « Un pour tous, tous pour un », mais « Quo ruit et letum » (« Là où elle [la bombe] tombe, la mort aussi »). Benoît Hervieu-Léger Samedi 10 avril à 20.50 Documentaire La véritable histoire de d’Artagnan Lire page 11 3/4 8/6 I ARTE MAG N°15. LE PROGRAMME DU 10 AU 16 AVRIL 2021 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :