Arte Magazine n°2021-14 3 avr 2021
Arte Magazine n°2021-14 3 avr 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-14 de 3 avr 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : les chemins du sacré.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°14. LE PROGRAMME DU 3 AU 9 AVRIL 2021 6 En quête spirituelle Frédéric Lenoir Samedi 3 avril à 20.50 Documentaire Les chemins du sacré Lire page 11 27/3 2/6 Qu'est-ce qui vous a donné envie de réaliser ce film autour des différentes voies ouvrant au sacré ? Frédéric Lenoir  : J’aimerais d'abord préciser ce que recouvre le mot « sacré ». Selon Émile Durkheim, le fondateur de la sociologie, il concerne uniquement les religions. Sa définition distingue le sacré du profane tout en établissant que le premier possède une valeur supérieure. Or, pour moi, il relève d'une conception anthropologique plus profonde, définie au début du XX e siècle par le théologien allemand Rudolf Otto et le psychologue américain William James. Tous deux considèrent que le sacré s'inscrit dans l'expérience première vécue par l'être humain face à la beauté du monde et au mystère de l'existence. Cette émotion devant un phénomène qui le dépasse est qualifiée de sacrée car elle ouvre à une forme de spiritualité. La notion de transcendance propre à la religion n'est pas nécessairement présente. Cette définition anthropologique, qui revêt un caractère plus universel, me permettait d'évoquer une quête spirituelle s'inscrivant dans un cadre à la fois laïc et religieux. Des rencontres vous ont-elles particulièrement touché pendant votre tournage ? Celle en Éthiopie avec des pèlerins se rendant dans le mausolée de Cheikh Hussein, un saint soufi du XIII e siècle, qui représente l'espoir d'une vie meilleure, s'est révélée très émouvante. Ces femmes, ces hommes et ces enfants, peu habitués à voir des Occidentaux, étaient Dans une odyssée documentaire aux splendides images, le philosophe, sociologue et écrivain Frédéric Lenoir chemine à la rencontre de femmes et d’hommes, épris, comme lui, de spiritualité. Entretien. d'une grande gentillesse, à l'image de notre témoin principale, Rabia. Une rencontre au Guatemala avec des femmes chamanes de culture maya, qui assurent des rituels pour la communauté, m'a aussi beaucoup marqué. J'ai assisté à une cérémonie au cours de laquelle le volcan, dont elles honorent les esprits, est entré en éruption avec une magnifique synchronicité. J'ai été touché par le discours profond de ces femmes, leur lien à la nature et la manière dont elles remercient en permanence la Terre-Mère. Quelle évolution constatez-vous dans le rapport de l'humain au sacré ? Aujourd'hui, on assiste au retour à la nature de citadins déracinés qui ont perdu un lien vital avec elle. Ils tentent de le retrouver en empruntant différents chemins, comme le documentaire le montre avec l'apnéiste Guillaume Néry en communion avec la mer ou Ernst Zürcher, un ingénieur forestier suisse qui évoque la valeur spirituelle des arbres. Au fond, nous revenons à ce qu'il y a de plus archaïque dans l'histoire de l'humanité  : le rapport à la nature et la recherche d'une spiritualité qui s'expérimente à travers elle. Propos recueillis par Laure Naimski Retrouvez aussi Les chemins du sacré sous la forme d’une série documentaire en cinq épisodes, disponibles sur arte.tv du 20 mars au 19 septembre. CAMERA LUCIDA PRODUCTIONS - LES PROTAGONISTES PRODUCTIONS
MICHAEL REYNOLDS/POOL/GETTY IMAGES La politique internationale de Donald Trump raconté de l’intérieur par ses proches conseillers et de hauts dirigeants, dont François Hollande  : la nouvelle série documentaire de Norma Percy (Les années Obama) offre un portrait inédit de l’ex-président américain. Donald Trump, ce stratège Mardi 6 avril à 20.50 30/3 4/6 Série documentaire America First, le bilan (1-3) Lire page 18 Pourquoi vous être lancée dans une série documentaire sur Trump, après tout ce qui a été dit sur lui ? Norma Percy  : Avec mon équipe, nous avons toujours souhaité que le téléspectateur se retrouve comme plongé au cœur du pouvoir lorsque les grandes décisions, celles qui vont changer l’ordre du monde, sont prises. Or, jusqu’alors, personne n’avait encore vraiment essayé de porter un regard global sur la façon dont Donald Trump a géré les crises internationales. Nous nous sommes donc concentrés sur son mandat à travers le prisme de la politique étrangère et avons pu dénicher des histoires jamais racontées, et montrant vraiment qui est Trump. Trump a souvent été présenté comme impulsif, ingérable… Mais ne faites-vous pas, à l’inverse, le portrait d’un homme qui a toujours eu un programme clair et s’est montré prêt à tout pour l’appliquer ? De nombreuses personnes pensent que Donald Trump n’avait aucune stratégie claire. En réalité, sur le front de la politique étrangère, il en avait une parfaitement identifiable  : « America First », l’Amérique d’abord. En parallèle, ses conseillers ont vite découvert qu’il écoutait peu leurs recommandations et pouvait prendre des décisions clés en un claquement de doigts. Par exemple, lors des négociations avec la Corée du Nord, il a annoncé qu’il stopperait les exercices de l’armée américaine en Corée du Sud, pourtant cruciaux pour la sécurité de la région. Stupéfait, John Bolton [son ancien conseiller d’État, NDLR] nous a confié  : « Cela lui est venu d’un coup. C’était une erreur manifeste, une concession pour laquelle nous n’avons rien reçu en retour. » N’est-ce pas l’ancien ambassadeur de France aux États-Unis, Gérard Araud, qui résume le mieux l’embarras des leaders européens  : « Comment créer une relation avec cette étrange créature ? » Oui, c’est exactement le sentiment de ces dirigeants lors de leurs premières réunions avec lui. Mais très vite, ils ont établi de nouvelles règles, comme le résume Gérard Araud  : « Ne soyez pas condescendants envers Trump, ne le prenez pas de haut, et ensuite, ne vous alliez pas contre lui. » François Hollande, peut-être le plus malin des observateurs de l’ancien businessman, avait prévenu Emmanuel Macron  : « N’attends rien de lui. Ne t’imagines pas capable de changer ses positions, de le transformer ou de le séduire. » Ce dernier a ignoré son conseil. Il a passé une année à tenter de le convaincre de revenir sur ses décisions les plus surprenantes, comme la sortie de l’accord de Paris sur le climat ou le retrait de celui de Vienne sur le nucléaire iranien. En vain. Propos recueillis par Raphaël Badache 7ARTE MAG N°14. LE PROGRAMME DU 3 AU 9 AVRIL 2021



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :