Arte Magazine n°2021-09 27 fév 2021
Arte Magazine n°2021-09 27 fév 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-09 de 27 fév 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : 28 minutes, le podcast.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°9. LE PROGRAMME DU 27 FÉVRIER AU 5 MARS 2021 8 La grande histoire du ski retrace les multiples (r)évolutions de ce moyen de locomotion rudimentaire devenu phénomène de société. L’occasion de découvrir quelques fortes têtes qui ont marqué sa destinée mouvementée. Samedi 27 février à 22.25 Documentaire La grande histoire du ski Lire page 11 20/2 28/3 Les pistes aux étoiles Marie Marvingt, la pionnière tout-terrain Au début du XX e siècle, le ski sert de tremplin à l’émancipation féminine. Tolérées sur les pistes, les femmes s’emparent du droit à participer aux compétitions naissantes. Elles se voient toutefois contraintes de skier en robe. Inacceptable pour la célèbre « fiancée du danger », Marie Marvingt. Correspondante de guerre, aviatrice, alpiniste, inventrice, cette influenceuse avant l’heure mène la fronde. Celle qui fut l’une des premières femmes à posséder le permis de conduire, à terminer le Tour de France cycliste et à piloter seule un avion ose (encore) défier le monde masculin  : elle descend les pistes en pantalon, incitant ses comparses à suivre son exemple. Cette transgression inspire les hommes à leur tour  : des affiches érotiques de skieuses en petite tenue se diffusent dans toute la France... et popularisent ce nouveau loisir. Émile Allais, les virages du résistant Inaugurés par Hitler en 1936, les Jeux d’hiver de Garmisch-Partenkirchen consacrent le ski comme épreuve olympique. Pour le Führer, ils doivent asseoir l’excellence allemande dans toutes les disciplines. C’est compter sans un Français de 24 ans, Émile Allais, qui arrache une médaille de bronze, privant l’Allemagne d’un triplé en ski alpin. Non content de gâcher la fête, le jeune sportif refuse d’exécuter le salut nazi. L’image s’affiche dans les journaux du monde entier. En 1940, Allais, désormais multiple champion du monde, rejoint les chasseurs alpins pour combattre l’armée mussolinienne. Héros national, touche-à-tout, ce fils de boulanger au parcours romanesque consacrera sa vie à inscrire le ski dans la modernité  : il forme les premiers moniteurs, invente le virage avec les skis en parallèle, crée des modèles révolutionnaires pour l’entreprise Rossignol... Quelques mois avant sa mort, à 100 ans, Émile Allais glissait encore sur les pistes. Dominique Perret, les hors-piste du dissident Il incarne une génération de skieurs guidés par une quête de liberté. Avec quelques pionniers, dans les années 1980, le Suisse Dominique Perret invente un ski dissident, loin des chemins balisés, où se conjuguent vitesse et prise de risque. C’est l’essor du hors-piste. De nouveaux skis, plus petits et élargis, voient le jour. « Il a fallu se battre avec des fabricants, parfois physiquement, pour qu’ils changent leur façon de faire », explique celui qui a été élu « freerider du XX e siècle » par la presse. À travers des vidéos toujours plus stupéfiantes, l’intrépide, aidé par l’avènement d’Internet, associe la glisse à l’image frisson. Une nouvelle génération, attirée par le nectar de l’adrénaline, quitte parfois à y laisser la vie, a pris depuis le relais. Raphaël Badache GALLICA
SISTER PRODUCTIONS - CLOSE UP FILMS Le mal du siècle Bertrand Burgalat et des membres de son association manifestent dans le cadre de la campagne #insulin4all (insuline pour tous). Mardi 2 mars à 20.50 Documentaire Diabète, une addition salée Lire page 19 IBM 23/2 29/6 Que dévoile votre ouvrage Diabétiquement vôtre *, dont s’inspire le documentaire de Benoît Rossel et Dorothée Frénot ? Bertrand Burgalat  : À travers une longue enquête, j’ai voulu montrer ce que le diabète racontait de nos sociétés, et tordre le cou à des idées reçues, notamment la confusion entre les deux types principaux de diabète. Le diabète de type 1, insulinodépendant, est une maladie auto-immune qui représente 5 à 10% des cas et qui nécessite un traitement quotidien très astreignant, des piqûres, des analyses. Le diabète de type 2, lui, se propage avec la sédentarité et les hydrates de carbone. Moins contraignant dans sa gestion quotidienne, il peut avoir des conséquences d’autant plus graves qu’il est souvent lié à d’autres pathologies, comme l’obésité ou l’hypertension. Vous pointez du doigt le prix excessif de l’insuline... La moitié des diabétiques insulinodépendants dans le monde, qui ne peuvent vivre sans cette hormone, n’y ont pas accès en raison de son prix injustifié – un tarif fixé par une entente tacite entre trois sociétés, qui se partagent un marché de plusieurs dizaines de milliards de dollars. Parmi elles, le laboratoire Sanofi, qui a arrêté toute recherche sur le diabète, continue de faire des profits sur l’insuline allant jusqu’à 3 000%. Je ne reproche pas aux industriels de vouloir gagner de l’argent. Ce qui pose problème, c’est l’absence d’indépendance des autorités de santé, qui devraient renégocier le prix des traitements. Le documentaire Diabète, une addition salée plonge au cœur de ce fléau mondial et du lucratif marché qu’il alimente. Une enquête approfondie, adaptée d’un livre de Bertrand Burgalat, producteur de musique et diabétique insulinodépendant. Entretien. Face aux intérêts des laboratoires, un mouvement de résistance émerge-t-il ? Les associations officielles sont, comme les diabétologues médiatiques, des relais d’opinion. Or leurs messages lénifiants ne sont jamais exempts d’arrière-pensées... C’est pourquoi nous avons fondé il y a cinq ans l’association Diabète et méchant. Nous travaillons avec d’autres organisations, notamment l’ONG T1International, qui se bat pour l’accès à l’insuline, et la campagne #insulin4all. Contrairement au cancer ou au sida, le diabète est présenté comme incurable. Partagez-vous ce fatalisme ? Le 11 février 2022, nous fêterons les 100 ans de la première injection victorieuse d’insuline à un jeune patient diabétique. Depuis cette découverte extraordinaire, la diabétologie n’a pas avancé. Mais je place beaucoup d’espoir dans les recherches sur les autres maladies auto-immunes, qui n’ont pas été aussi « engourdies » par l’argent. Pour le diabète de type 2, ce n’est pas le médicament qui viendra à bout de ce désastre, mais une mise à jour des recommandations des autorités de santé, qui persistent à enjoindre à la population de se gaver de sucres lents, ce qui est catastrophique. Propos recueillis par Hélène Porret * Publié chez Calmann-Lévy en 2015. ARTE MAG N°9. LE PROGRAMME DU 27 FÉVRIER AU 5 MARS 2021 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :