Arte Magazine n°2021-09 27 fév 2021
Arte Magazine n°2021-09 27 fév 2021
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2021-09 de 27 fév 2021

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : 28 minutes, le podcast.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 3 mars ARTE MAG N°9. LE PROGRAMME DU 27 FÉVRIER AU 5 MARS 2021 20 5.00 M IGGY POP LIVE IN PARIS Gaîté Lyrique 2019 Concert 6.05 M XENIUS Les matériaux du futur Magazine 7.00 ARTE JOURNAL JUNIOR 7.05 LM GEO REPORTAGE Dresde, au fil de l’Elbe Reportage 7.50 EM PARADIS NATURELS RETROUVÉS Lac de Constance – Le retour des oiseaux Série documentaire 8.35 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 LMEM DANS LE SILLAGE DES REQUINS Les prédateurs ; La vie secrète ; Les coulisses d’un tournage ; Au-delà des apparences Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 R ARTE REGARDS Les Philippines repeuplent les îles Féroé Reportage 13.35 DM MADEMOISELLE DE JONCQUIÈRES Film 15.35 EM LES MYSTÈRES DU MONT LA PÉROUSE Documentaire 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission 17.15 XENIUS Les robes des chiens Magazine Z ce 17.45 L ER DES MONUMENTS ET DES HOMMES Italie, le Duomo de Florence Série documentaire 18.15 PAR-DELÀ LES ALPES Le lac de Lugano Documentaire 18.55 R LES ÎLES ITALIENNES Tremiti Série documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.52 LER TU MOURRAS MOINS BÊTE Immunologie Série d’animation 20.55 LMDER UN CŒUR EN HIVER Film 22.40 E CLAUDE SAUTET Le calme et la dissonance Documentaire 23.35 PERFECT SENSE Film 1.05 LE POUVOIR DES CARESSES Le toucher, un contact vital Documentaire 2.00 R LE CHEMIN RÊVÉ Film 3.25 LEM DES MONUMENTS ET DES HOMMES Birmanie, la pagode de Shwedagon Série documentaire 3.50 M ARTE REGARDS L’élevage des porcs, pas si rose que ça Reportage Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande Date de disponibilité en avant-première Multidiffusion Rediffusion Disponibilité en ligne Versions linguistiques disponibles Date de fin de replay 20.55 Cinéma Soirée Claude Sautet Un cœur en hiver Dans le monde feutré de la musique de chambre, le cœur de Camille (Emmanuelle Béart), violoniste passionnée, balance entre deux luthiers. Mais celui de Stéphane (Daniel Auteuil) est engourdi... STUDIOCANAL Stéphane est maître artisan dans l’atelier de lutherie qu’il dirige avec son ami Maxime. Lors d’un déjeuner, ce dernier lui apprend qu’il est tombé amoureux de Camille, une violoniste passionnée de Ravel. Stéphane semble indifférent à cette nouvelle et ne montre pas davantage d’émotion quand la belle jeune femme lui confie son instrument à réparer. Mais bientôt, entre les rencontres dans son atelier et les répétitions et enregistrements auxquels il assiste, Stéphane se rapproche de Camille... CHANT ET CONTRE-CHANT Maxime (André Dussollier) est épris de la belle et talentueuse Camille, avec qui il commence une nouvelle vie. Mais la jeune femme, intriguée par l’indifférence et le mutisme de Stéphane, se confie peu à peu à lui. Au gré des regards et des non-dits, une troublante intimité s’établit entre eux. Pourtant, lorsque Camille lui avoue son amour, cet homme mystérieux et taciturne se rétracte violemment. « Quelque chose en moi ne vit pas », confesse-t-il. Autodestructeur, il s’affirme dans le renoncement... Avec Un cœur en hiver, Claude Sautet livre un film mélancolique et retenu sur la confusion des sentiments. Cette tension est exprimée avec intensité par Emmanuelle Béart, extrêmement sensuelle, et Daniel Auteuil, remarquable de noirceur. Claude Sautet filme l’amour impossible sur fond de musique classique  : car la seule passion qui s’exprime pleinement, dans les méandres de ce triangle amoureux, est celle que chacun des protagonistes voue à son art. Film de Claude Sautet (France, 1992, 1h40mn) - Scénario  : Jacques Fieschi, Claude Sautet, Jérôme Tonnerre - Avec  : Emmanuelle Béart (Camille), Daniel Auteuil (Stéphane), André Dussollier (Maxime), Élisabeth Bourgine (Hélène), Brigitte Catillon (Régine) Production  : Cinéa, D.A. Films, Film par Film, France 3 Cinéma, Orly Films, Paravision International S.A., Sédif Productions (R. du 28/4/2014)
PRODUCTION GOYAVES 22.40 Soirée Claude Sautet Claude Sautet Le calme et la dissonance Les films ont permis à cet homme introverti, inoubliable peintre des années 1970-1980, de canaliser son bouillonnement intérieur. Riche d’archives inédites, un portrait touchant de Claude Sautet et de son rapport intime au cinéma. « J’étais un enfant timide », confie-t-il. Ce tempérament introverti l’a rendu observateur. Né à Montrouge en 1924, Claude Sautet a grandi dans la classe moyenne, sujet de tous ses films, auprès d’une mère et d’une grandmère drôles et cultivées. Son père, absent et volage, s’épanouit en tenant un bar, un lieu de convivialité central dans sa filmographie. Au pensionnat, Sautet devient soliste à la chorale, s’éveillant à une sensibilité musicale qui façonnera sa direction d’acteur millimétrée. Il débute au cinéma sous l’impulsion de Lino Ventura, avec qui il tourne Classe tous risques. Mais deux échecs consécutifs découragent ce grand anxieux. De 1968 à 1971, Claude Sautet, surnommé « le ressemeleur », retape les scénarios bancals. Il revient à la réalisation avec la complicité du scénariste Jean-Loup Dabadie, nouant une collaboration passionnée avec Romy Schneider et formant autour de lui une bande de truculents comédiens, de Piccoli à Montand. Peintre subtil des années 1970- 1980, Claude Sautet, revenu du stalinisme mais toujours à gauche, porte un regard lucide sur la société. Mais des Choses de la vie à Nelly et monsieur Arnaud, ses films s’intéressent avant tout aux passions humaines et aux relations tumultueuses entre hommes et femmes. DILEMMES AMOUREUX Puisant son matériau dans des archives parfois inédites, ce film donne la parole à Sautet et ses proches  : Lino Ventura, Romy Schneider, Michel Piccoli... L’évocation de ses longs métrages permet de retracer les grands moments de sa vie, César et Rosalie renvoyant à ses dilemmes amoureux, le héros manipulateur de Max et les ferrailleurs fustigeant les « théoriciens » qui conduisirent Sautet à rompre avec le communisme. Portrait touchant d’un cinéaste réservé et bouillonnant, qui a usé du cinéma pour « garder le calme devant la dissonance », selon la formule qu’il a choisie pour épitaphe. Lire page 6 Documentaire d’Amine Mestari (France, 2020, 52mn) Auteurs  : Thomas Boujut, Amine Mestari Commentaire dit par Charles Berling - Coproduction  : ARTE France, Goyaves 24/2 1/5 23.35 Cinéma Perfect Sense Sur fond d’une pandémie qui prive les malades de l’odorat puis du goût, cette histoire d’amour avec Eva Green et Ewan McGregor tend à notre présent un saisissant miroir. À Glasgow, Michael, un chef talentueux, rencontre Susan, chercheuse en épidémiologie. Ils sont beaux, jeunes, libres, mais leur liaison s’interrompt vite, car aucun des deux n’est prêt à se laisser distraire de sa propre personne. Un jour, dans l’hôpital où elle travaille, Susan accueille un patient subitement privé de l’odorat  : le premier cas d’une pandémie mortelle qui progresse à une vitesse terrifiante dans la ville et le reste du monde. Ceux qui sont atteints, comme Michael et Susan à leur tour, perdent un à un leurs cinq sens  : l’odorat, le goût, puis l’ouïe et la vue. Le toucher est le dernier à disparaître. RÉSONANCES On ne peut regarder aujourd’hui l’histoire de cet amour cheminant entre deux êtres peu à peu dépouillés de ce qui les constituait jusque-là, tandis que le monde semble courir à sa fin, sans être happé par ses multiples effets de miroir avec le présent. Avec cette fable prémonitoire portée par Eva Green et Ewan McGregor, le styliste David Mackenzie (Comancheria) ne brandit pas la menace apocalyptique pour le plaisir de faire peur, mais pour interroger, avec une urgence à laquelle l’actualité confère une troublante force, ce qui fonde notre humanité et la valeur de notre vie. Meilleur film, Édimbourg 2011 Film de David Mackenzie (Royaume-Uni/Danemark/Allemagne, 2011, 1h30mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Kim Fupz Aakeson - Avec  : Ewan McGregor (Michael), Eva Green (Susan), Ewen Bremner (James), Connie Nielsen (Jenny), Stephen Dillane (Samuel) - Production  : BBC Films, Zentropa Entertainments, Scottish Screen, Sigma Films, Subotica Entertainment PRETTY PICTURES Suivi à 1.05 du documentaire Le pouvoir des caresses – Le toucher, un contact vital. mercredi 3 mars ARTE MAG N°9. LE PROGRAMME DU 27 FÉVRIER AU 5 MARS 2021 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :